Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La banque britannique Barclays accepte de payer 290 millions de livres

Soupçonnée d'avoir essayé de manipuler des taux interbancaires, la banque britannique était l'objet d'une enquête depuis le mois de mars 2011. Afin de suspendre l'enquête menée par les autorités boursières britanniques et américaines, la banque a annoncé qu'elle acceptait de payer l'amende s'élevant à 290 millions de livres.

Accords à l'amiable

Les taux interbancaires Libor et Euribor sont des références internationales des taux d'intérêts pratiqué sur les emprunts et les prêts de liquidités entre les banques. Ces taux influent sur les taux d'intérêts demandés aux emprunteurs qu'ils soient des particuliers ou des sociétés. 

La banque Barclays a été accusée de manipulations de ces taux après que des mails échangés entre les courtiers de la banque Barclays ainsi que d'autres banques ont été interceptés. 

Le ministre des Finances Georges Osborne a déclaré que « Tout au long de 2005,2006 et début 2007, nous avons des preuves de cupidité aux dépens de l'intégrité et de la stabilité financière ». Ces infractions auraient été commises avec la complicité d'autres banques comme la banque française Société Générale, la Deutsche Bank, Bank Of América, Crédit Suisse, Lloyds Banking Group et de nombreuses autres encore.

L'autorité britannique des services financiers a déclaré voir donné une amende de 59,5 millions de livre à Barclays pour avoir manipulé les taux interbancaires sur le marché londonien (Libor) et dans la zone euro (Euribor). Concernant l'autorité de régulation des marchés à terme et dérivés ainsi que du département de la Justice américaine, la banque britannique devra leur verser à chacune 200 millions de dollars et 160 millions de dollars. Ces accords à l'amiable lui ont valu un rabais de la part des autorités britanniques et une immunité dans les enquêtes en cours de la part du département de la Justice américaine. La FSA ou l'autorité britannique a tenu a précisé que les enquêtes continuaient leur cours et que les amendes reçues par Barclays ne faisaient figure que d'avertissement.

La banque pas encore au bout de ses peines

Le ministre de la Justice britannique  Ken Clarke a déclaré sur la BBC que les banques coupables de fraudes financières devaient être jugées devant les tribunaux. D'après lui « des investigations doivent bien sûr encore être menées, mais une fois que ces enquêtes arrivées à leur terme, si délits il y a, les coupables devront être traduits en justice ». Il a ajouté « Nous ne traitons pas comme il convient les délits financiers au plan judiciaire de ca pays. Je pense qu'il est plus facile de s'en tirer quand on commet un délit financier plutôt que n'importe quel autre délit ». S'il semblerait que la banque Barclays s'en tire simplement avec quelques amendes, certains membres de l'opposition s'indignent et demandent l'ouverture d'une enquête conduite par une commission publique.

Suite à l'amende infligée a la banque, les actifs boursiers de Barclays ont subit une chute de 17% en séance entrainant dans cette descente ceux de la Royal Bank avec une chute de 12% et de la Lloyds Banking Group avec 7% de baisse. Cette affaire tombe au moment ou le secteur bancaire britannique est déjà perturbé par le gros bug informatique subit par la Royal Bank Of Scotland qui a empêché les mouvements bancaires de millions de personnes durant des jours. Options binaires



--

Contact Presse:
none


http://www.lesoptionsbinaires.eu
Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=71611

 

--

Communiqué envoyé le 13.11.2012 10:27:23 via le site Categorynet.com dans la rubrique Economie
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

______