Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

370 millions de personnes en voie d’extinction

En 1994, l’Assemblée générale des Nations Unies a décrété le 9 août, la Journée internationale des peuples autochtones. Mais ce n’est que le 13 septembre 2007 que la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée, malgré l’opposition du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis.
Depuis 15 ans, l’association INTERVIDA fait de son soutien aux populations autochtones menacées de pauvreté et d’extinction, l’une de ses priorités. Dans le cadre des programmes de développement durable qui leur sont entièrement consacrés, tout particulièrement en Amérique Latine, l’association mise sur l’éducation interculturelle bilingue.
On estime à 370 millions, la population autochtone dans le monde.

 

La déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones affirme notamment que « les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination et qu'en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique et recherchent librement leur développement économique, social et culturel ».
Les peuple autochtones sont victimes discrimination, de marginalisation et vivent souvent dans une profonde misère. Expropriés de leurs terres, ce sont leurs traditions, leur langue et leur mode de vie qui sont anéantis avant d’aboutir parfois à l’extinction de ces peuples. C’est pourquoi INTERVIDA se bat au quotidien pour leur donner les outils nécessaires à leur développement économique et social.

En plus des programmes de développement dans les domaines de l’agriculture, la santé, l’éducation et la formation, INTERVIDA soutient la préservation de leur culture, tout particulièrement de leur langue.
Ainsi, au Pérou, INTERVIDA incorpore dans les institutions éducatives des régions andines, en maternelle et au primaire, la diversité culturelle et linguistique dans l’enseignement quotidien.

Actuellement, 16 structures scolaires rurales dans 16 communautés des départements de Puno et Apurimac bénéficient de ce soutien. Tous les acteurs de la communauté éducative au niveau communal, local et régional sont impliqués dans une gestion participative et formés par INTERVIDA à l’éducation interculturelle bilingue. Les écoles sont soutenues dans leur fonctionnement institutionnel et l‘éducation interculturelle bilingue est également promue dans les espaces communautaires et villageois.

Le but de ce programme est de développer les compétences communicationnelles en langue maternelle des étudiants et implanter des stratégies méthodologiques sur l’utilité d’une éducation interculturelle bilingue pour le développement local. Le personnel éducatif peut compter sur une proposition éducative qui allie les savoirs locaux et les autres cultures dans une démarche ethnographique. Deux espaces de concertation créés par INTERVIDA ainsi que les institutions locales sont conscientes de l’importante de l’éducation interculturelle bilingue dans l’environnement communale et local. Les populations autochtones sont valorisées, préservent et respectent leur culture, tout en s’intégrant dans un contexte de développement durable et contemporain.


   Sources : INTERVIDA, ONU




Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Voleau Vanessa
 
INTERVIDA
 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.associationintervida.org





Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence RWBVPI9P