Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

L'appel du Comité des maires de France en défense d'Achraf

Le 19 janvier 2014,
A l’occasion d’une cérémonie à Auvers-sur-Oise (Val d’Oise) en présence de nombreux maires et élus, le Comité des maires de France en défense d’Achraf et de Liberty, a remis à la dirigeante de la Résistance iranienne Maryam Radjavi le soutien de 14.000 maires et élus de villes et communes de toutes les régions de France, qui condamnent avec vigueur les massacres dans les camps d’Achraf et Liberty en Irak de membres de l’opposition iranienne.

Le Comité des maires de France en défense d’Achraf signale que sur les maires et élus qui ont apporté leur soutien aux résistants iraniens à Achraf depuis que ces massacres par les forces irakiennes ont commencé, se trouvent des maires d’une quarantaine de grandes villes de France, 15 présidents de régions, plus de 50 présidents de conseil général, 306 députés, 98 anciens députés, 122 sénateurs et 22 anciens sénateurs.

Le Comité des maires de France en défense d’Achraf est sérieusement préoccupé par le bilan négatif de la présidence d’Hassan Rohani et s’indigne que de nombreux prisonniers politiques aient été pendus depuis le début du nouveau mandat présidentiel et que le nombre des exécutions en Iran soit multiplié par deux.

Les maires et élus s’inquiètent également de voir que les crimes commis par le régime iranien en Syrie augmenter en même temps que l’envoi en nombre de pasdaran (gardiens de la révolution) dans ce pays.

Dans un appel au gouvernement français, le Comité précise : « Nous lançons cet appel pour que les violations des droits humains en Iran et l’ingérence belliqueuse en Syrie ne soient pas éclipsées par les préoccupations soulevées par son programme nucléaire à visées militaires. »

Le 1er septembre 2013, les forces irakiennes à la demande de Téhéran, ont attaqué le camp d’Achraf en Irak qui abritait des membres de l’opposition iranienne. Cet assaut sanglant, contre une population sans défense, a abouti au massacre de 52 personnes, blessés et personnel médical compris, tous achevés d’une balle dans la tête, ainsi qu’au rapt de 7 réfugiés du camp (dont 6 femmes).


Sous la pression du gouvernement irakien, les résidents d’Achraf ont été transférés dans le camp Liberty près de Bagdad que des experts de l’ONU pour les détentions arbitraires, considèrent une prison à ciel ouvert. Le camp Liberty a été touché à quatre reprises l’année dernière par des attaques à la roquette. La dernière attaque le 26 décembre a tué quatre habitants. La tragédie qui a touché Achraf peut se reproduire à tout moment à Liberty. Provoquées par le régime iranien, les forces irakiennes peuvent se déguiser en éléments d’Al-Qaïda et lancer une intrusion sanglante dans le camp Liberty où se trouvent 3000 réfugiés iraniens et échapper ensuite à tout justice comme se fut le cas à Achraf.

Dans ces conditions, le silence et l’inaction préparent le terrain à ce crime.

Photo: http://www.ncr-iran.org/fr/images/resized/images/stories/200/event2014/Radj-19_330_228.jpg


--
Contact Presse:

Comité des maires de France en défense d'Achraf
Eric Carter
0699723337
http://www.ncr-iran.org/fr/
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=79800



--

Communiqué envoyé le 19/01/2014 23:20:52 via le site Categorynet.com dans la rubrique Droits homme

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______