Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Prévention des fissures de joints de prédalle : le choix du produit de traitement est crucial

Contrairement à une idée véhiculée dans la profession, la fissuration parfois observée sur les joints de prédalle, loin de relever d’une cause structurelle, trouverait son origine dans leurs conditions de mise en œuvre. Pour prévenir efficacement tout désordre, il s’agit donc avant tout de choisir le produit adapté en fonction de la phase de traitement. Telles sont les conclusions de l’étude sur la sinistralité des joints de prédalle menée par le Centre d’Etudes et de Recherche de l’Industrie du Béton (CERIB) à la demande de Rector et des autres membres du groupement Quali Prédal.

La sinistralité des joints : un enjeu de qualité majeur pour les fabricants de prédalle

Fondée sur des observations aléatoires, l’idée que les joints de prédalle ont tendance à fissurer est assez répandue chez les professionnels du BTP. Suffisamment en tout cas pour que certains, craignant les impacts en termes de délais et de coûts d’une potentielle fissuration des joints, se montrent réticents à recourir aux solutions préfabriquées en prédalle dans leurs projets de construction.

Pour Rector, comme pour les autres membres du groupement Quali Prédal, qui rassemble les acteurs majeurs de la filière autour de la promotion des bonnes pratiques métier, identifier l’origine des désordres parfois observés sur les joints était donc un enjeu crucial. « Comme tous les signataires de la charte Quali Prédal, Rector s’engage sur la qualité de la fabrication des planchers à prédalle et de leur mise en oeuvre. Dans une optique d’amélioration continue, il était donc important de comprendre l’origine des fissures pour être en mesure de recommander des pratiques de mise en oeuvre plus qualitatives », précise Delphine Wagner, chef de produit Logement Collectif Tertiaire Industriel chez Rector.

Des tests menés au plus proche des conditions chantier

C’est dans ce contexte qu’une étude dédiée a été commandée au CERIB par l’ensemble des acteurs du groupement Quali Predal. Afin de valider en conditions chantier l’étude menée par le CERIB sur la base d’interviews de professionnels, d’essais de flexion et de séchage des produits de traitement, des tests de traitement de joints de prédalle grandeur nature ont été organisés au cours du premier semestre 2016. Au total, ce sont 10 produits de traitement de joints parmi les plus utilisés du marché qui ont ainsi été testés dans les laboratoires du CERIB.

Résultats de l’étude : le choix du produit en fonction de la phase de traitement est déterminant

Au terme de 3 mois d’investigations, les études menées n’ont permis d’identifier aucun facteur structurel susceptible d’expliquer l’apparition de fissures. En revanche, les conditions de mise en oeuvre et le produit utilisé se sont révélés être les facteurs déterminants impliqués dans les désordres observés.

Au regard des résultats livrés par le CERIB, de nouvelles recommandations de mise en œuvre seront donc prochainement intégrées au guide Quali Prédal. L’étude, qui sera prochainement diffusée sur le site internet du CERIB, recommande notamment de :

• préparer correctement les supports,
• choisir le produit adéquat en fonction de la phase d’intervention.

Ainsi, si le traitement des joints doit se faire très rapidement, juste après l’enlèvement des étais, on choisira un produit à base organique (type Vicat Lordal PE ou Olivé Caulmat), seul capable de reprendre l’ensemble des déformations normales d’une dalle béton jusqu’à sa mise en service.

Si le traitement est réalisé plus tardivement, après cloisonnement et mise en oeuvre de la chape et des charges lourdes sur le plancher, un produit à base cimentaire (type Lankopredal 1020 ou Nanocrete FC) sera plus adapté, sa capacité de déformation étant moindre mais son séchage plus rapide.

Un tableau comparatif synthétise les résultats obtenus par les produits de traitement de joints les plus répandus du marché, sur la base de 5 critères considérés comme importants par les personnes interviewées :

• la performance vis-à-vis de la fissuration
• la facilité de mise en œuvre
• le temps de séchage
• l’accompagnement du fournisseur
• le prix
• la disponibilité

--
Contact Presse:

André Sudrie Relations Presse
Catherine Sudrie
01 42 78 33 62
http://www.andresudrie.com/
Identifiant Diffuseur : 60371
--

Communiqué envoyé le 14/09/2016 10:00:57 via le site Categorynet.com dans la rubrique Construction

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______