Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Les blogues au cœur de la Présidentielle 2007

Selon la dernière étude du cabinet Echo Research, la communication politique est entrée dans une nouvelle ère où l'Internet tient une place prépondérante.

Paris, le 21 mai 2007 - Au terme d'une étude du contenu de blogues dédiés à la campagne présidentielle française 2007, il apparaît incontestable que la blogosphère a joué un rôle fondamental dans la campagne électorale. «Permettant à tous les citoyens de partager, d'échanger entre eux, mais aussi avec les candidats et les groupes de pression, elle a fait preuve de l'engouement des Français pour cette campagne.» selon Sylvie Testard-Ramírez, directrice générale d'Echo Research France.

La blogosphère au cœur de la campagne
La campagne 2007 a, plus que jamais, intéressé et suscité des passions. Pour preuve, le fort taux de participation aux deux tours du scrutin mais aussi le nombre de commentaires analysés et d'articles de presse générés. Les Américains ont même estimé pouvoir tirer des leçons constructives de l'utilisation qui été faite de l'Internet par les candidats. «La blogosphère est devenue bien plus qu'un phénomène de mode. C'est un réel outil d'influence et de communication, complémentaire aux autres moyens existants, plus traditionnels. Dans cette campagne, les candidats, les médias et les citoyens lui ont conféré un rôle non négligeable. Nul doute que nous devrons compter avec elle à l'avenir dans le monde politique mais aussi dans les entreprises.» précise Sylvie Testard-Ramírez, d'Echo Research France.

Du 19 mars au 8 mai, Echo Research a scruté les commentaires des blogueurs en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Au total, ce sont 4.056 commentaires générés, tous pays confondus, qui ont été analysés, extraits de 71 blogues officiels des partis politiques, des candidats, de la presse, de groupes de pression et de syndicats mais aussi de citoyens. Parallèlement, Echo Research a suivi quantitativement le nombre de retombées presse, soit 16.763 articles.

Une blogosphère plus hostile à Nicolas Sarkozy
Comparativement aux tendances recensées pour l'ensemble des candidats, Nicolas Sarkozy a été le plus fréquemment "malmené" par les blogueurs, recueillant 40 % de commentaires défavorables, contre 30 % pour Jean-Marie Le Pen, 18 % pour Ségolène Royal et 16 % pour François Bayrou.

La candidate socialiste a bénéficié de l'accent mis sur les valeurs humaines défendues par la gauche, tandis que Nicolas Sarkozy a déchaîné les passions à plusieurs reprises, notamment en annonçant la création d'un ministère de l'immigration et de l'identité nationale.

De toute évidence, à en juger par les scores obtenus par le candidat de l'UMP, la majorité des blogueurs ne partageaient pas l'avis des électeurs. Et les valeurs humaines défendues par Mme Royal n'ont pas suffi à motiver les indécis et les électeurs de M. Bayrou pour faire peser la balance en sa faveur.

Cependant, la candidate socialiste a également eu son lot de critiques. Les blogueurs ont regretté son manque de précisions sur les réformes qu'elle souhaitait entreprendre. Mme Royal a été critiquée tout au long de la campagne en raison de ses attaques contre la personnalité du candidat de l'UMP, plutôt que contre son programme. Les blogueurs ont toutefois reconnu sa bonne performance lors du débat avec Nicolas Sarkozy.

Une campagne en quête de débats
Jusqu'au premier tour, les blogueurs n'ont eu de cesse de réclamer des débats politiques permettant de comparer les programmes. Il leur aura fallu attendre l'entre deux-tours pour assister au débat entre Mme Royal et M. Bayrou, puis au "duel" entre Mme Royal et M. Sarkozy pour satisfaire leur soif. Faute de débats, les spéculations sur les sondages ont eu la part belle - ce que certains blogueurs ont regretté.


Une campagne "New Generation", à l'Américaine
mais un poids trop important à l'image
Autre caractéristique de la campagne, le nouveau style imposé par les candidats en tête du peloton, plus jeunes et dynamiques. Qualifiée de campagne à l'Américaine, les blogueurs ont cependant salué le style de cette nouvelle génération, tout en pointant les erreurs commises.

Malgré les aspects positifs de ce renouveau de la classe politique, les blogueurs ont regretté à maintes reprises l'importance accordée à l'image et aux personnalités, déplorant le flou des discours, notamment avant le premier tour.

Un challenger : François Bayrou
Jusqu'au débat organisé avec Ségolène Royal, les blogueurs ont observé la campagne de François Bayrou, notant qu'il défiait les deux candidats en tête des sondages. Recueillant 28 % de commentaires favorables, contre 16 % de défavorables, le candidat de l'UDF a interpellé à maintes reprises les blogueurs. Comme la plupart des candidats, M. Bayrou a été critiqué pour le flou de son programme. Sa popularité sur la blogosphère s'est affaiblie après le second tour malgré les rumeurs sur son éventuelle participation au gouvernement de Mme Royal si cette dernière était élue.

Le Front National hors jeu
Le candidat du Front National a été pratiquement ignoré sur la blogosphère. Le choc qu'avait suscité l'évincement de Lionel Jospin au premier tour en 2002, propulsant Jean-Marie Le Pen face à Jacques Chirac, a toutefois hanté la toile. Les blogueurs ont unanimement considéré que cette campagne serait sans doute la dernière de Jean-Marie Le Pen.

Et des "petits" partis en perte de vitesse
Parmi les autres perdants, se trouvent les candidats des petits partis. Victimes de l'appel au "vote utile" de Ségolène Royal au premier tour, les partis de gauche minoritaires ont essuyé un sérieux échec, remettant même en question l'avenir de certains d'entre eux, notamment les Verts et le Parti Communiste.

Ces "petits" candidats ont eu une visibilité médiatique réduite et n'ont guère réussi à susciter de passions sur la blogosphère. José Bové a eu la part belle avec 6,4 % de commentaires sur les blogues, suivi de Philippe de Villiers (5 %) et Olivier Besancenot (4,7 %), ex aequo avec Dominique Voynet et Marie-George Buffet. Une question se pose toutefois sur la réelle explication des faibles scores enregistrés et sur la quasi-absence de la blogosphère de ces candidats. N'ont-ils pas manqué le rendez-vous avec les blogueurs et les électeurs faute d'avoir adapté leur discours aux nouvelles attentes des Français et de l'évolution de la société ?

Des attentes fortes
Au-delà des divergences politiques, la campagne 2007 a bouleversé le paysage politique français. Au lendemain du second tour, des attentes fortes se sont fait sentir envers :

 le nouveau Président pour mettre en œuvre les réformes promises
 le Parti Socialiste qui doit plus que jamais rassembler et dépasser les conflits internes
 le nouveau parti de François Bayrou et sa capacité à maintenir l'engouement suscité
 les partis marginaux et leur capacité à ressortir la tête de l'eau aux prochaines élections législatives


«Notre étude révèle combien il est important d'allier diverses sources d'informations pour mesurer toutes les facettes, tous les éléments qui façonnent la réputation et l'image. L'étude approfondie du contenu des blogues fournit des pistes de réflexion sur les enjeux et les débats sur la place publique. Prendre en compte les faiblesses pointées du doigt par de telles analyses permet de mieux répondre aux attentes des citoyens et aux parties prenantes au sens large.» indique Sylvie Testard-Ramírez, d'Echo Research France.


Contacts presse :
De plus amples informations sont disponibles dans la synthèse ci-jointe et auprès de :

France Sylvie Testard-Ramírez : 01 40 07 86 48, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.