Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

CFDT AEF : Communiqué moratoire fusion

COMPTE-RENDU DU RENDEZ-VOUS AU MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION


La CFDT (RFI-FRANCE24-TV5MONDE) a été reçue, ce matin, par le cabinet d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication.
La réunion était présidée par Gilles Leblanc, directeur adjoint de cabinet, en présence de Daniel Guérin (conseiller social), Kim Pham (conseiller audiovisuel) et de la directrice de la DGMIC (Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles), accompagnée d’une collaboratrice.
La CGC (MCD et F24) et la CFTC (F24) étaient présentes à ce rendez-vous sollicité par la CFDT.

Les sujets abordés lors de cet entretien, comme dans celui d’hier avec Jean-Paul Cluzel, ont été d’ordre stratégique. Nombre de questions d’ordre opérationnel ne trouveront de réponses qu’à l’issue du moratoire.
La CFDT s’est donc exprimée sur les points suivants :

- Si l’entreprise unique AEF permet de sécuriser l’avenir des personnels dans leurs métiers et leurs évolutions, la méthode mérite d’être questionnée.
Comme elle l’avait déjà dit avant l’élection présidentielle, la CFDT a réclamé ce matin, l’arrêt de la fusion des rédactions et un projet d’entreprise articulé autour d’une réflexion éditoriale et stratégique.
Notre syndicat souligne depuis des mois qu’il n’est pas contre la fusion mais contre « cette fusion ».

- Il est plus qu’urgent de remettre RFI à sa vraie place au sein de l’AEF. La radio, ses missions, son personnel expérimenté et le poids de son auditoire doivent être traités à la hauteur de ce qu’ils représentent.
A France 24, il faut maintenir l’élan du personnel qui n’a pas fléchi malgré plusieurs crises internes, un contexte compétitif particulièrement dur et des moyens relativement modestes.
La fusion risque de devenir un facteur démotivant si elle ne prend pas en compte cette intense mobilisation.
L’équilibre entre les grandes marques de l’AEF, les savoir-faire et la reconnaissance professionnelle de ses salariés doivent être rétablis et revalorisés.
Rien ne peut se faire sans la restauration de cet environnement.

- La CFDT a souligné encore une fois, la pression inconsidérée que le précédent gouvernement a imposée pour la mise en place d’une réforme sans précédent dans l’audiovisuel public français, accentuée par deux PSE.
Comment imaginer bâtir une entreprise unique en moins de dix huit mois avec des sociétés si différentes dans leur culture d’entreprise et d’y adjoindre en parallèle la renégociation du socle social et le déménagement sur un site unique ?... Tout ça sans projet d’entreprise !

- La CFDT a aussi mis en garde les Tutelles sur la mauvaise gestion du déménagement sur un site unique et les incohérences de l’équipe chargée de mener à bien le projet. L’immeuble d’Issy-les-Moulineaux, censé accueillir uniquement le personnel de RFI, voit chaque jour arriver dans ses murs plus de personnel de France 24. Jusqu’où ? Jusqu’à quel problème majeur de sécurité ?
Le personnel de RFI a besoin de l’espace promis.
Les personnels de France 24 et de MCD doivent aussi avoir des espaces de travail dignes de ce nom.
Le regroupement sur un site unique ne doit se faire au détriment d’une entité par rapport à une autre, ni même être un point de crispation et d’opposition.

De son côté, même si TV5MONDE possède une place particulière dans le développement de l’audiovisuel extérieur de la France, ses missions de service public intègrent entièrement celles voulues par le nouveau gouvernement (entre autre la défense de la francophonie et la promotion de la diversité culturelle).

Pour permettre à TV5MONDE et à son personnel de mener sereinement et efficacement ses missions, la CFDT demande au gouvernement de clarifier son positionnement, d’assurer son financement pérenne et son autonomie. TV5MONDE pourra alors apporter toute son expertise, notamment dans la distribution pour travailler dans une nouvelle relation d'indépendance et de confiance avec les opérateurs de l’AEF.


A l’issue du moratoire actuel, l’Etat prendra une décision politique et stratégique engageant son action (et notre avenir) pour les cinq années qui viennent. Mr Leblanc nous a précisé qu’elle serait connue entre le 22 juin et le 5 juillet.
La CFDT a redemandé à l’Etat de valider l’existence durable d’un audiovisuel extérieur de la France 100% public, fort et indépendant.
La CFDT a également réclamé un C.O.M garantissant les moyens nécessaires au développement et à la stabilité de l’AEF. Ce n’était pas le cas du C.O.M proposé par le gouvernement précédent en fort recul budgétaire.
C’est à ce prix que la paix sociale et la pérennité des emplois seront garanties.

Gilles Leblanc, directeur adjoint de cabinet de la ministre, a souligné l’attachement du nouveau gouvernement à la notion de service public.

La CFDT a très clairement dit qu’elle n’acceptera aucune forme de casse sociale et réclame, pour construire, du temps, de la stabilité et de la sérénité pour l’ensemble des personnels de l’AEF.


Paris, le 12 juin 2012


--
Contact Presse:

AEF - Audiovisuel extérieur de la France
Rodolphe Paccard
0173015407

Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=53605



--

Communiqué envoyé le 13.06.2012 11:02:28 via le site Categorynet.com dans la rubrique Communication / Relations Presse

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______