Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Eclair Digital Cinema garantit l’interopérabilité des projections numériques

Prestataire technique pour les exploitants de salles de cinéma, Eclair Digital Cinema offre à ses clients la garantie de l’interopérabilité entre les différents serveurs du marché et les projecteurs numériques.



Comme le constate quotidiennement Eclair Digital Cinema, l’une des quatre filiales du groupe Eclair – avec Eclair Laboratoires, Télétota (société de post-production télévisuelle), et GTC (post-production et laboratoire cinématographique) – il subsiste beaucoup de travail pour que l’interopérabilité promise par les recommandations DCI soit une réalité effective sur le terrain.



Dans son laboratoire interne, spécialement conçu à cet effet, Eclair Digital Cinema teste l’interopérabilité des serveurs et la qualité des projecteurs. Le groupe Eclair a acquis deux projecteurs DLP Cinéma 2K de cinéma numérique selon les recommandations DCI : les Christie CP2000 et CP2000X. Le premier est utilisé comme projecteur de démonstration et de tests, le second pour l’étalonnage numérique au sein de GTC.



Il existe bien une recommandation technique internationale et des standards en cours de validation dans le domaine de l’interopérabilité des serveurs de cinéma numérique. Toutefois : «Nous devons assurer aux exploitants de salles que, quelle que soit la marque de leur projecteur et du serveur, l’exploitation du film numérique conservera une qualité de projection identique. C’est pourquoi nous devons préalablement tester les différents matériels en question. Parvenir à ce résultat implique que nous fabriquions le master d’un film numérique, puis que nous l’installions d’un serveur à un autre pour en évaluer l’interopérabilité potentielle, voire les différences. Tout cela nécessite donc une qualité de projection irréprochable, ce que nous offre le Christie CP2000», explique Gwendal Auffret, directeur général d’Eclair Digital Cinema.



Après l’étalonnage des films chez GTC sur le Christie CP2000X, si un master de diffusion est réalisé, des tests sont effectués sur le Christie CP2000 au Cinéma des Cinéastes à Paris où Eclair Digital Cinema à ses locaux.



La post-production, maillon essentiel du cinéma numérique

Leader européen de la post-production numérique en 2K, le groupe Eclair vient même de réaliser la post-production du premier film numérique européen en 4K chez Eclair Laboratoires.



La post-production consiste à intervenir après le montage, afin de préparer les images du film ( étalonnage numérique ou argentique, effets spéciaux, etc.).



Eclair Group est équipé de plusieurs systèmes complets d’étalonnage et de finishing pour le film. Chacun de ces systèmes offre des performances d’étalonnage en temps réel sur des images allant du SD au 4K. Le CP2000X de GTC assure la projection lors de l’étalonnage numérique des films, en liaison avec un de ces systèmes, le Baselight 8 de la société Filmlight.



Ces différentes stations sont dotées d’une capacité de stockage pouvant conserver pendant toute la durée de l’étalonnage l’équivalent de 3 longs métrages (rushes, FX, différentes versions et rendu final) post-produits en 2K. Elles permettent l’utilisation illimitée de corrections primaires ou secondaires, et est dotée d’outils de travail adaptés à la post-production : masques géométriques ou par sélection de couleurs, trackers performants, outils de restauration, etc….



Chaque station d’étalonnage s’appuie sur une calibration par LUT 3D permettant à l’image projetée en numérique, au travers du projecteur Christie CP2000, d’être en tout point identique à l’image projetée en argentique dans les salles de cinéma. Cette calibration a été développée en interne par Eclair Laboratoires. Chaque salle d’étalonnage est épaulée par une station assistante permettant de réaliser tous les travaux de support de la station principale : conformation, préparation des travaux d’étalonnage, gestion de projet, l’archivage, nettoyage des poussières photographiées …



Obtenir une projection standardisée de grande qualité

Une fois le rendu final du film obtenu, il faut parvenir à un mastering, ce qui revient à créer un DCP (Digital Cinema Package) selon les normes DCI, c’est-à-dire une version chiffrée et compressée au format Jpeg2000 du film. Cette dernière version est jouée sur le serveur de diffusion de la salle de cinéma. C’est là qu’intervient le Christie CP2000 d’Eclair Digital Cinema.



Celui-ci est connecté, via un câblage Dual HD-SDI, à un serveur compatible DCI (Doremi, Quvis ou Dolby), qui change selon les besoins des tests.



La liaison entre le projecteur et le serveur est assurée par chiffrement des données, au moyen du logiciel CineLink. Cela permet de protéger les informations entre le serveur et le projecteur. «La finalisation de l’interopérabilité DCI passe par la mise en oeuvre de CineLink (version 2). Ceci implique des évolutions logicielles et matérielles, qui seront disponible dans les mois qui viennent. Nous aurons alors quelques soit la marque de projecteurs et serveurs, un système de chiffrement unique et fiable», remarque M. Auffret.



De fait, tous les nouveaux projecteurs de cinéma numérique Christie, dès leur sortie d’usine, sont conformes aux standards CineLink 2, qui impliquent un écran de contrôle sécurisé et des serrures impossibles à falsifier. Depuis septembre 2006, ils sont même conformes aux normes FIPS-140 (Federal Information Processing Standards Publication), en ce qui concerne la fourniture du logiciel par Texas Instrument.



La projection peut ensuite s’effectuer sur un écran de 4 mètres de base sur 2 mètres de hauteur.



Le CP2000 n’est exploité que quelques heures par jour tandis que le CP2000X fonctionne 8 heures par jour pour les étalonnages quotidiens. Les lampes de 2K de chaque projecteur fonctionnent ainsi sans incident depuis leur installation en octobre 2005, avec des lampes CDXL à Xénon, disponibles auprès de Christie.



Le Christie CP2000 est installé dans une cabine de cinéma traditionnelle. Même si aucun problème n’est venu troubler l’installation du projecteur, des soucis inhérents à la cabine, essentiellement un manque de place devant le volume du matériel, sont survenus. «C’est la réalité de terrain de transition numérique ; l’intégration du nouveau matériel aux cabines existantes nécessite bien souvent des adaptations spécifiques », indique M. Auffret. Le Christie CP2000 peut projeter des images sur des écrans allant de 5 mètres à 25 mètres de largeur. La flexibilité de ce projecteur de cinéma numérique, due au fait qu’il peut utiliser des lampes de différentes tailles, n’est véritablement efficace que s’il dispose d’un système pour le réfrigérer, ce qui prend de la place. C’est pourquoi, le panneau de contrôle et tous les points d’entrée ont été relégués à l’arrière de la machine.



Une équipe d’une dizaine de personnes exploite le Christie CP2000. «C’est une bonne machine, qui ne pose pas de problème et qui répond à nos besoins», commente M. Auffret.



Ouvrir son horizon technique

Le choix d’Eclair Digital Cinema s’est porté sur ces projecteurs Christie, car l’entreprise souhaitait tester de nouvelles marques de projecteurs. «Une fois notre décision arrêtée, le CP2000 était un des produits du marché que nous souhaitions tester. Notamment, son prix attractif et le fait qu’il soit déployé à plus de 1.000 exemplaires par Christie dans le monde entier, sans compter sa réputation de fiabilité et sa robustesse, ont motivé notre choix», note M. Auffret.



La maintenance du CP2000 d’Eclair Digital Cinema est contractuellement assurée par Christie, bien que la mise en place du projecteur et son calibrage aient été réalisées par le personnel du groupe Eclair qui dispose de l’expérience nécessaire. Le projecteur installé utilise les logiciels natifs Christie, ainsi que les logiciels nécessaires à chaque serveur (Doremi, Quvis ou Dolby).