Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le Rectorat de Paris met en danger les Structures Spécifiques du Lycée Jean Lurçat (Paris 13)



Quand les pouvoirs publics appellent aux parcours personnalisés, à
l'aide individualisée des demandeurs d'emploi et des jeunes en rupture
scolaire



Le Rectorat de Paris, pour des raisons purement comptables, met en
danger les Structures Spécifiques du Lycée Jean Lurçat (Paris 13) et la
coopération Nord/Sud en matière d'échanges sur les TICE



Depuis 10 ans, le pôle innovant du lycée Jean Lurçat (La Ville Pour
Ecole, le Lycée de la Solidarité Internationale, le Lycée intégral), a
remis, d'une manière novatrice, des dizaines de grands adolescents et
de jeunes adultes, en rupture scolaire et sociale, sur les rails d'un
projet de formation, d'un projet professionnel, d'un projet de vie.



En s'appuyant sur la mise en place :



• d'une relation de confiance entre les jeunes et les éducateurs,



• d'un accompagnement personnalisé longitudinal qui implique une grande disponibilité de ces derniers,



• de pratiques innovantes dans la consolidation du « socle commun de
connaissances » nécessaire pour leur permettre de rejoindre les cycles
de formation ou d'apprentissage traditionnels,



• d'actions destinées à les remettre en face de la réalité de la vie
(découverte des milieux professionnels par des stages, actions de
solidarité avec le tiers-monde...)



• d'une insertion active des parents dans les projets collectifs,



les 12 enseignants ont su faire du pôle innovant une référence en
matière d'accompagnement de jeunes en rupture comme en témoignent les
rapports élogieux de leurs pairs (Inspecteurs de l'Education
Nationale), le fait qu'ils soient aujourd'hui consultés comme référents
dans leur domaine d'intervention, le soutien des Institutions
(Ministère de l'Education Nationale, Conseil Régional
Ile-de-France,,...), des professionnels et des parents des générations
d'élèves qui se sont succédés sur les bancs du Lycée.



Une culture de projet pour les pédagogues...



Le plus grand mérite des enseignants du Pôle Jean Lurçat est d'avoir
compris qu'à la logique de l'apprentissage linéaire des " bons "
élèves, devait s'ajouter une culture de projet qui implique le jeune en
rupture tant dans ses apprentissages que dans sa vie même.



Le meilleur exemple en est fourni par l'usage que font les enseignants
du Pôle Jean Lurçat des Technologies de l'Information et de la
Communication. Internet n'est pas perçu comme un objet en soi, comme un
outil à accumuler les connaissances, mais comme un sujet qui, outre les
avantages pédagogiques qu'il procure, est mis au service d'une cause.



Nouvelles technologies et échanges Nord/Sud, l'exemple du Lycée de la Solidarité Internationale

Pendant un an, le groupe de jeunes inscrits au Lycée de la Solidarité
Internationale (une des structures du pôle innovant) découvre la
maintenance des ordinateurs, les usages des logiciels métiers, les
usages pédagogiques qui peuvent en être faits tout en profitant d'une
remise à niveau dans les matières fondamentales (français, maths,
langues, sciences...) et met en pratique les compétences acquises tant au
niveau local par des stages en entreprises ou dans des associations
qu'à l'international en allant à Dakar et Diara au Sénégal, participer
aux échanges Nord/Sud dans une logique de développement durable, en
installant dans des écoles primaires ou des collèges, des réseaux
d'accès à Internet, en formant élèves et enseignants sénégalais aux
usages et aux services offerts par la "Toile ". Quel renversement de
valeurs pour ces jeunes qui de l'étiquette de " cancres " reviennent
pour se réinsérer dans les filières de formation classique avec le
statut d' " experts ".



Mais comme tout projet, le projet du pôle innovant a ses spécificités,
et, non des moindres, celle qui, pour réunir les compétences à mettre
en œuvre pour le faire vivre, a conduit à un recrutement " hétérogène "
des enseignants. Ils sont soit titulaires affectés à titre provisoire,
soit contractuels. Ces contractuels issus de l' " Education Populaire "
ou du " Monde de l'entreprise " ont, pour la plupart, été à
l'initiative des projets ou cooptés sur des compétences indispensables
à l'équipe.



.... aujourd'hui menacée par la simple logique comptable de l'administration du Rectorat de Paris

Peut-on remplacer, au pied levé, avec de mauvais arguments et de
manière cavalière (disponible par demande par mail : la lettre de
licenciement d'un professeur contractuel - édifiante tant dans le fond
que dans la forme), un ou plusieurs membres d'un projet en action et
performant, sans le remettre en cause, voire en le mettant en péril ?

" Au prétexte qu'il existe dans cette structure un certain nombre
d'enseignants non titulaires de postes, le Rectorat de Paris vient de
procéder à un premier licenciement (qui devrait être logiquement suivi
de sept autres). Pire, alors que l'équipe du Pôle Jean Lurçat a procédé
à un appel à candidature auprès de ces enseignants non-affectés, appel
à candidature infructueux tant au niveau du respect des profils de
postes recherchés, que des candidatures soumises, le Rectorat de Paris
prétend aujourd'hui nommer, de son propre chef, des enseignants sans
même respecter les besoins du projet. (disponible par demande par mail,
Le communiqué des professeurs du Pôle Jean Lurçat. décrivant les
motivations et l'action du Rectorat de Paris).



Au-delà de cette action purement administrative et comptable, n'y
a-t-il pas une volonté du Rectorat de Paris de se décharger du suivi
des jeunes en difficulté scolaire ? Quand on connaît le pourcentage des
jeunes identifiés en échec scolaire ou sans formation professionnelle
au moment du recensement effectué lors de la journée d'appel à la
préparation à la défense (J.A.P.), on comprend mieux le désir du
Rectorat de Paris de mettre le black-out sur ses carences.

Pourtant, en contradiction avec l'ensemble de la classe politique, des
pouvoirs publics, des acteurs socio-économiques qui posent aujourd'hui
pour les jeunes entrant dans la vie active :

• le droit à l'accompagnement personnalisé,

• le droit à l'échec et le droit au complément de formation,

• le droit à l'accès au socle commun de connaissance (à l'aide des Technologies de l'Information et la Communication),

• le droit à l'accès à des formateurs compétents,

• le droit " au partenariat public/privé "

• le droit " au projet innovant "

• " ....

le Rectorat de Paris refuse d'examiner les solutions alternatives au
licenciement de contractuels, licenciement qui crée plus de problèmes
qu'il n'en résout (8 nouveaux inscrits à l'ANPE, imposition de
compétences qui n'entrent pas dans la logique du projet, perte de
confiance d'une équipe qui vivait et travaillait depuis plusieurs
années sur la cohérence de leurs projets...) avec à terme la disparition
des structures spécifiques du lycée...

• Pour plus d'informations et soutiens au Pôle Innovant (équipe enseignante) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

• Contact (parents) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Compléments d'informations disponibles par mail :



• Le communiqué des professeurs du L.S.I. décrivant les motivations et l'action du Rectorat de Paris.

• La première lettre de licenciement adressé récemment à l'un des professeurs de l'équipe.