Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

UN REVE POUR LA VIE, UN OUVRAGE SIGNE D’ALAIN NESME, FONDATEUR ET PRESIDENT D’ARC-EN-CIEL

Paris, le 30 octobre 2006- Depuis 1991, l’Association Arc-En-Ciel réalise les rêves des enfants malades.

Aujourd’hui, dans son livre « Un Rêve pour la Vie » (co-écrit avec Marianne Mazars), Alain Nesme, fondateur et Président de l’Association fait partager 15 ans de la vie d’Arc-En-Ciel. Entièrement consacrée aux enfants, l’Association- reconnue d’utilité publique- a pour unique vocation d’offrir un moment de rêve aux enfants atteints de graves maladies en leur permettant de voir leur rêve se réaliser. Depuis le tout premier rêve de Frédérick en 1991, qui rêvait de rencontrer Nicolas Hulot et d’assister à l’enregistrement d’Ushuaïa, ce sont plus de 600 rêves d’enfants qui ont été réalisés. L’intégralité des bénéfices sera bien sûr reversée à Arc-En-Ciel, afin de permettre à toujours plus d’enfants de voir leur rêve devenir réalité.

« Un Rêve pour la Vie » est préfacé Nicolas Hulot et Sophie Marceau, ses parrain et marraine, et également par Lorie, son ambassadrice.



16 € - 212 pages

Editions Arc-En-Ciel

Code ISBN : 2.9527565.0.3

En vente dès le 30 octobre 2006 en librairie, GMS, chez Virgin, la Fnac, Cultura et sur le site d’Arc-En-Ciel : www.arc-en-ciel.com



LA CREATION D’ARC-EN-CIEL IL Y A 15 ANS

En 1991, alors qu’il est hospitalisé, Alain Nesme passe chaque jour de longues heures avec les petits patients du service de pédiatrie. Touché par ces enfants qui luttent contre des maladies graves et admiratif devant leur combativité, il a l’idée de créer une association qui leur ferait oublier un peu leur maladie. Il décide de réaliser leurs rêves.

Monique, son épouse, partage immédiatement son enthousiasme et c’est ainsi que tous deux créent Arc-En-Ciel : un rayon de soleil au milieu d’un ciel gris menaçant.

Depuis maintenant 15 ans, plus de 600 rêves ont déjà été réalisés.



CHAQUE REVE D’ENFANT EST UNIQUE

Arc-En-Ciel n’est pas une machine à rêves : c’est parce que chaque enfant est unique que son rêve l’est aussi.

C’est là une singularité d’Arc-En-Ciel. L’enfant réalise le rêve qu’il a formulé durant une journée qui lui est entièrement consacrée, accompagné d’un de ses parents et d’un membre de l’association.

Le financement du rêve est totalement pris en charge par Arc-En-Ciel.



ARC-EN-CIEL REND TOUS LES REVES ACCESSIBLES

Prendre l’avion pour la première fois et nager avec les dauphins, survoler le Mont-Blanc en hélicoptère, assister à l’entraînement des astronautes, découvrir les coulisses d’un tournage de film, assister à un concert de son chanteur favori puis dîner avec lui, rencontrer l’équipe de France de football … il y a tant de rêves d’enfants déjà réalisés.

Depuis 1991, 600 rêves sont devenus réalité … aussi divers que le sont les enfants eux-mêmes.



UNE COLLABORATION CONSTANTE AVEC LES EQUIPES MEDICALES

Arc-En-Ciel travaille en étroite collaboration avec les équipes médicales qui entourent l’enfant. Premier maillon de la chaîne, ce sont les infirmières, les médecins, le personnel soignant, qui mettent en relation Arc-En-Ciel avec les enfants concernés.



Aujourd’hui, le corps médical s’accorde à reconnaître les bienfaits du rêve réalisé. Il s’agit d’un bénéfice majeur et durable qui constitue une étape à part entière dans la thérapie.



ARC-EN-CIEL OFFRE AUX ENFANTS UN MOMENT DE TREVE DANS LA MALADIE

Réaliser son rêve permet à l’enfant malade de penser à autre chose que sa maladie et par là même de mieux accepter son traitement.

En aucun cas Arc-En-Ciel ne prétend agir comme un antidote face à la douleur. L’association souhaite seulement offrir à l’enfant un moment magique dont le souvenir l’aidera à faire face à la maladie.



LA SEULE ASSOCIATION DE CE TYPE RECONNUE D’UTILITE PUBLIQUE

Depuis juin 2004 Arc-En-Ciel est devenue une association reconnue d’utilité publique par décret du Ministère de l’Intérieur. Cette reconnaissance lui confère une sorte de label et une légitimité particulière puisqu’elle est la seule association qui réalise les rêves d’enfants malades à posséder ce statut.



LE SOUTIEN DE PARTICULIERS ET DE BENEVOLES DANS LA FRANCE ENTIERE : UNE FORMIDABLE CHAINE DE SOLIDARITE

C’est principalement grâce à la générosité des particuliers que les rêves se transforment en réalité, puisque leurs dons financiers couvrent deux tiers du budget annuel.

Et c’est encore grâce à eux, au travers de l’aide de bénévoles, qu’Arc-En-Ciel peut économiser frais de personnel et charges sociales : ainsi, seulement 2,29% du budget est consacré aux frais de fonctionnement.

Sur 10 € donnés, 9,77 € sont consacrés à la réalisation des rêves d’enfants.



EXTRAITS DU LIVRE



« Je cherchais aussi comment appeler cette association. Je voulais lui donner un nom bien adapté qui traduise du mieux possible la finalité de cette nouvelle structure. Finalement, j'ai choisi de l’appeler : Arc-En-Ciel. Pourquoi « Arc-En-Ciel » ? Tout simplement parce que pour moi, un arc-en-ciel représente le rayon de soleil qui arrive à apparaître malgré un ciel chargé de pluie. Ces nuages et cette pluie symbolisent la maladie et tout ce que cela implique de souffrance, de découragement, de problèmes quotidiens, en fait la difficulté de la vie. Le soleil, lui, symbolise l'espoir, le réconfort, une vie meilleure, le baume au cœur. Alors, lorsqu’un Arc-en-ciel est visible, il réchauffe le cœur. » (…)



« Bien sûr Arc-En-Ciel n’est pas un antidote à la douleur ni un moyen de guérison, mais avoir la possibilité de réaliser son rêve permet à un enfant en souffrance d’avoir un projet et de penser à autre chose qu’à sa maladie. Cela lui permet aussi de mieux supporter son traitement. Vivre son rêve constitue alors une formidable bouffée d’air pur, un moment d’évasion, un répit face à la souffrance. Pour les médecins, c’est apporter un bénéfice majeur et durable.



Car les enfants ne vivent pas les choses comme les adultes. L’on pourrait distinguer trois phases dans un rêve. Le projet tout d’abord : l’enfant est informé de la réalisation prochaine de son rêve. Il entre alors dans une phase d’exaltation où il imagine ce qu’il va faire bientôt, ce qu’il va dire, etc. C’est un peu comme l’attente avant Noël. Puis vient l’heure du voyage vers ce qu’il croyait impossible à accomplir. L’émotion est à son apogée. Enfin, la phase du retour. Je craignais que cette période soit mal vécue, qu’elle provoque une possible dépression chez l’enfant, en fait c’est le contraire qui se produit. Il peut y avoir un instant où l’enfant est un peu triste car il est temps de rentrer, de retrouver le quotidien, mais ce sentiment ne dure jamais longtemps. Très vite, l’enfant est heureux de raconter ce qu’il a vécu et il puise dans ses souvenirs la force nécessaire pour continuer sa lutte contre la maladie. » (…)



« Et les bienfaits du rêve se font sentir dès le début, dès sa simple évocation, car ce projet que l’on n'attendait pas vient nourrir les dialogues et les échanges entre enfants, mais aussi avec les soignants. Parler de son rêve à venir, en préparation ou déjà accompli diffuse dans les services de pédiatrie joie et légèreté. Beaucoup d’infirmières nous disent que cela leur fait un sujet de conversation supplémentaire avec les enfants. En plus des soins qu’elles doivent prodiguer aux enfants, elles peuvent évoquer les passions de l’enfant qu’elles sont en train de soigner, cela facilite parfois les soins qui peuvent être douloureux ou invasifs. De même lorsque le rêve est planifié, elles continuent à en parler avec l’heureux élu :



- Alors, c’est pour bientôt ? Tu l’imagines comment ? Qu’est ce que tu va lui dire ? Tu ne trouves pas le temps trop long ? Allez, il faut vraiment te remettre en forme pour que tu puisses partir…



Et enfin, après la réalisation du rêve, les infirmières demandent à l’enfant :

- Alors, comment ça c’est passé ? Racontes-moi ce que tu as fait… Il est gentil ?... Tu as des photos ?



Ainsi, en plus du rêve lui-même, l’on peut dire que tout ce qui entoure le rêve amène également du positif. C’est un sujet de conversation intarissable qui facilite le quotidien à l’hôpital. Idem dans l’univers familial : l’enfant raconte, son regard pétille et l’entourage retrouve son enfant. »





A PROPOS D’ARC-EN-CIEL



Depuis 1991 l’Association Arc-En-Ciel réalise les rêves des enfants malades.

L’Association, créée par Alain et Monique Nesme, a pour unique vocation d’offrir un moment de bonheur aux enfants qui souffrent. En collaboration avec le corps médical, Arc-En-Ciel permet à des enfants atteints de pathologies lourdes d’oublier leur maladie le temps d’un rêve.

Nager avec les dauphins, sauter en parachute, déjeuner avec son artiste préféré, assister à un match de football puis rencontrer toute l’équipe … tous les rêves sont permis.

Reconnue d’utilité publique, Arc-En-Ciel a pour parrain et marraine Nicolas Hulot et Sophie Marceau. L’association s’est aussi dotée d’une ambassadrice en la personne de Lorie.



Contact Presse



Nathalie Testu

Clipping-traitdunion

28 rue des petites écuries 75 010 Paris

Tél. 01 53 24 98 32

Nathalie.testu ( a ) clipping-tu.com

www.clipping-tu.com



Pour plus d’informations : www.arc-en-ciel