Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Une association de solidarité pour les karens

Terres Karens

Terres Karens est une équipe d'une quinzaine d'anciens volontaires de solidarité internationale des Missions Etrangères de Paris ou d’Enfants du Mekong, qui ont tous passé six mois ou un an sur le terrain. Revenus de Thaïlande ils souhaitent continuer à soutenir les communautés karens qui les ont accueillis en mettant leurs compétences et leur expérience au service des volontaires de terrain et des projets portés par l'association :
• Une filière intégrée de commerce équitable
• Une coopérative
• Une école de couture
Leur but est de continuer à soutenir le développement des villages karens les plus isolés en participant depuis la France à la mise en place de projet qui permettent de concilier développement économique et respect des traditions.

Le peuple karen

L'ethnie karen est un peuple de tradition nomade originaire des régions tibéto-birmanes. Depuis la fixation d’un sous-groupe ethnique dans les montagnes entre la Thaïlande et la Birmanie vers le XVIIIème siècle, les Karens ont vécu comme un peuple minoritaire. Pratiquant la culture sur brûlis, la chasse et la pêche, ils changent régulièrement d'emplacement au gré de l'assèchement des sols.
La vie agricole et le tissage traditionnel constituent le cœur de l'activité des villageois encore largement à l'écart des développements économiques récents de la vallée thaïe. Leurs coutumes, qui permettent de préserver l'harmonie de la vie communautaire et les rapports à la nature, se sont préservées au cours des siècles jusqu'à aujourd'hui.

La vie agricole, en cohérence avec le cycle des saisons, rythme les habitudes de vie d'un village. L’année est divisée en trois saisons : la saison des pluies, la saison sèche et la saison chaude. Les femmes tissent lorsque la saison ne les réclame pas à la culture, ou pendant les soirées.
Les besoins des communautés karens

Depuis une cinquantaine d'années, notamment grâce au travail des Missions Etrangères de Paris, les karens mettent en place des projets pour trouver des solutions face à l'arrivée des économies "modernes" dans leur univers "traditionnel".

Le développement de long terme des villages les plus isolés ne peut se faire si l'autosuffisance alimentaire n'est pas réalisée, ce qui n'est pas encore le cas aujourd'hui. Les difficultés à s'insérer dans la vie économique locale et l'absence d'activité dans les montagnes entretiennent de plus un exode rural. Les écoles ne permettent qu’à un trop petit nombre de karens de développer de nouvelles activités professionnelles ou de participer aux réseaux d'éducation thaïs.

Si le peuple karen doit acquérir les moyens de faire face à l'arrivée de nouveaux acteurs économiques, il cherche avant tout à préserver sa culture, ses ressources naturelles et ses traditions.
Les projets de Terres Karens

Conscient de ces enjeux, Terres Karens a créé une coopérative pour un regroupement de village. Les objectifs sont multiples :

• La suffisance alimentaire : négocier les prix du riz, diffuser les nouvelles techniques et les nouveaux outils agricoles.

• L’accompagnement dans l'insertion économique : force d'achat (pour les semences et les matières premières de la vie agricole et du tissage traditionnel) et de vente (pour les surplus agricoles et les produits de l'artisanat) aux producteurs isolés

• La lutte contre l'exode rural : contribuer à la création de richesses et d'opportunités locales et offrir la possibilité de développer le crédit ou l'épargne.

• La préservation de la culture karen : donner un cadre pour organiser et valoriser les savoir-faire traditionnels comme le tissage, l’habit traditionnel ou la vannerie.

La coopérative achète du fil en gros et le revend aux femmes des villages, elle permet aussi aux femmes de se regrouper pour répondre à des commandes de tissu. Elle est gérée par les femmes elles-mêmes. Terres Karens aide à la gestion de la structure et la commercialisation, grâce notamment au soutien et au transfert de compétences des volontaires des Missions Etrangères de Paris sur le terrain. La coopérative de riz permet, elle, aux karens d’acheter du riz en ville à un prix très avantageux. La culture sur brûlis ne permet pas en effet d’avoir deux récoltes par an, obligeant les villageois à acheter leur riz en ville pour subsister une grande partie de l’année.

La coopérative de tissu est à l’origine d’une filière de commerce équitable. Les lés de tissu commandées aux femmes sont transformées en produits finis pour être vendus en France et en Thaïlande en ventes privées, sur des points de vente éphémères ou en boutique de commerce équitable. L’association propose aussi aux professionnels du textile et de la mode diverses prestations de services pour leur permettre de concevoir et de mettre en vente des gammes de produits et accessoires de mode sur le marché français. Elle agit comme un intermédiaire entre la coopérative isolé et le professionnel français.
Enfin, toujours dans un souci de créer de nouveaux travails et de nouvelles sources de revenus, Terres karens soutient depuis fin 2011 la création d’une école de couture au sein de villages karens. Bientôt les accessoires de mode vendus en France et en Thaïlande seront entièrement confectionnés dans les villages karens !

Pour en savoir plus sur l’association Terres Karens et les projets qu’elle développe
Visitez notre site : http://www.terres-karens.org/

Les sites de nos principaux partenaires :
Le site des Missions Etrangères de Paris : http://www.mepasie.org/
Le site d’Enfants du Mékong : http://www.enfantsdumekong.com/





--
Contact Presse:

Association Terres Karens
Alexis BALMONT
0622631449
http://www.terres-karens.org
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=72658



--

Communiqué envoyé le 20.03.2012 11:03:11 via le site Categorynet.com dans la rubrique Cause humanitaire / Solidarité

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______