Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Intervida lance un cri d’alarme pour le Guatemala

Malgré les efforts déployés tant par les instances gouvernementales que par les organisations de coopération nationale et internationale, la situation reste incontrôlable. Les conditions météorologiques extrêmes sont le pire ennemi des équipes d'urgence.

Selon des sources officielles, la reconstruction du pays devrait durer un an et coûtera 240 millions d'euros. Le Vice-Président de la République, Eduardo Stein, a reconnu publiquement que la catastrophe dépassait largement celle causée par l'ouragan Mitch, en 1998. Le nombre des morts pourrait être multiplié par deux.
Les estimations officielles font état de : 100 000 personnes sinistrées, 84 949 personnes déplacées et hébergées, 337 disparus, 5 118 maisons endommagées, 630 habitations détruites, 421 communautés touchées, 180 communautés coupées du reste du Guatemala et 255 campements installés.

Malgré les difficultés, Intervida a pu distribuer, par la route ou la voie aérienne, depuis le début de la catastrophe, 37 tonnes de produits de première nécessité comprenant des comprimés de purification d'eau, de la nourriture, des couvertures et des tapis. Les équipes d'Intervida travaillent sans relâche pour déblayer les routes et rétablir les communications par voie terrestre.
Intervida a mobilisé 400 salariés pour porter secours à 275 000 personnes dont 55 000 enfants. 400 autres salariés bloqués pour le moment par l'état des routes, devraient venir renforcer les équipes sur place. En effet, à l'endommagement des voies terrestres est venue s'ajouter, à présent, la neige.

Les équipes d'INTERVIDA apportent en priorité leur soutien aux camps de réfugiés mais le nombre de personnes déplacées dépasse de loin la capacité d'accueil de ces camps où de nombreuses personnes souffrent d'infections respiratoires et de problèmes gastro-intestinaux.

Par ailleurs, Intervida lance un appel à toutes les personnes et entreprises susceptibles de pouvoir mettre à disposition des hélicoptères. En effet, dans l'Altiplano, la chute des températures fait craindre pour la survie des populations. Il est urgent de pouvoir acheminer de l'aide à Ixchiguan (San Marcos), située à 3 800 mètres d'altitude et où la baisse des températures a provoqué la mort par hypothermie de plusieurs personnes. La situation est également critique à Concepcion Tutuapa et Tejutla où l'on enregistre aussi un grand nombre de décès.
A San Marcos, les médecins d'Intervida ont relevé plusieurs cas de dengue et plusieurs personnes, en majorité des enfants, ont été transférées vers la capitale pour être soignées. Le gouvernement a lancé un appel à la population pour la prévenir des risques de contamination par l'eau stagnante.

Les prévisions pour les prochains jours sont pessimistes. Le gouvernement guatémaltèque a, en effet, indiqué que le fleuve Motagua, à l'est du pays, risquait à tout moment de déborder touchant des zones jusqu'à présent non affectées par l'ouragan Stan.
Cette situation pourrait se compliquer si les prévisions de l'INSIVUME (Institut de Sismologie, Vulcanologie, Météorologie et Hydrologie du Guatemala), selon lequel arriveraient des pluies tropicales venant du Venezuela, venaient à se confirmer.


INTERVIDA travaille au Guatemala depuis 1996. Elle mène des projets de développement intégral, dont bénéficient 1 200 000 personnes dans 1 764 communautés rurales du pays. 333 000 enfants sont scolarisés dans 1 825 écoles publiques. 800 experts travaillent toute l'année pour mettre en place des projets favorisant le développement du pays.

Les équipes d'Urgence d' INTERVIDA, formées par des professionnels de la santé et de la logistique, sont venues déjà en aide aux populations sinistrées, à plusieurs reprises, lors des catastrophes survenues ces dernières années : le Tsunami qui a ravagé le sud-est asiatique en décembre 2004, les pluies torrentielles qui ont frappé la ville bolivienne de La Paz en février 2002, ou le tremblement de terre qui a dévasté Arequipa (Pérou) en juillet 2001 (où Intervida fut choisie par l'Agence Espagnole de Coopération Internationale - AECI pour coordonner l'échange d'informations entre les ONG et les autres associations d'aide internationale), les tremblements de terre qui ont frappé le Gujarat (Inde) et le Salvador en janvier 2001.

INTERVIDA a mis en place une campagne de collecte de fonds afin de venir en aide aux victimes des communautés où elle travaille. L'organisation recueille des dons par téléphone au 08.1000.2000. Un compte bancaire a été ouvert pour collecter les dons :
BBVA OPERA (Paris), numéro de compte RIB: 41189 00001 16007024408 31 ; IBAN : FR76 4118 9000 0116 0070 2440 831 (Pour l'Etranger)

À PROPOS D'INTERVIDA
L'ASSOCIATION INTERVIDA est une association Loi 1901, apolitique, non confessionnelle et indépendante. Son objectif est d'améliorer les conditions de vie de milliers d'enfants et de leurs familles dans les zones les plus défavorisées de la planète. Elle intervient au Pérou, en Bolivie, au Guatemala, au Salvador, en Inde, au Bangladesh et au Mali. Actuellement, plus de 350 000 familles en Europe soutiennent plus de 3 millions de personnes dans ces pays, en parrainant des enfants.

Contact Intervida : 01.58.51.10.10 - Marie Laure Fernandez - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.associationintervida.org
47/49 avenue du Docteur Arnold Netter - 75592 PARIS CEDEX 12