Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

controle arrêt maladie par des organismes privés

La contre-visite médicale employeur est une procédure en plein essor, bien qu'encore méconnue du grand public et des employeurs. La plupart des dirigeants d'entreprises pense que le contrôle d'un arrêt maladie est du ressort de la CPAM. Or, un organisme privé de contrôle médical peut également mettre en place ce type de contre-visite.
En effet, depuis plus de 20 ans, la loi autorise les employeurs du secteur privé ou public à mandater un médecin par le biais d'organismes privés, afin de contrôler les arrêts maladie de leurs salariés, d'en vérifier le bien-fondé et d'agir ainsi sur le taux d'absentéisme au sein des structures de travail.
Depuis sa création AXMEDICA, rencontre un franc succès auprès des employeurs. Le premier trimestre 2009 affiche d'ailleurs une croissance du CA atteignant près de 30 %.

Fort de ce succès auprès des employeurs, AXMEDICA a sollicité début 2009 toutes les caisses primaires d'assurance maladie du territoire afin de transmettre systématiquement les rapports de contrôles effectués sur les salariés. Près de 30% des caisses ont répondu favorablement à notre démarche et acceptent de prendre en compte des rapports médicaux d'un cabinet privé. L'absentéisme touche différemment les professions et les secteurs d'activité, mais il existerait selon les spécialistes, un taux incompressible d'absentéisme (compris entre 3,5 et 4 %).

Les chiffres suivants mettent en évidence le poids et l'impact de l'absentéisme pour les entreprises :
-246 millions de journées ont été indemnisées pour des arrêts de travail en 2005, soit un coût de 7,2 milliards d'euros environ (pour le régime général) : 20 % de la population active a bénéficié d'un arrêt de travail (source : CNAM).

-En 2006, la France a enregistré le taux d'absentéisme au travail le plus élevé d'Europe avec un taux de 4,5 %, la moyenne européenne se situant à 4 %. La France devance notamment l'Allemagne (4,4 %), la Belgique et la péninsule ibérique (4,1 %), le Royaume-Uni (3,9 %) et l'Italie (3 %) (source : rapport du cabinet d'audit et de conseil Pricewater house Coopers).

-En 2007, le taux d'absentéisme français s'élèverait à 3,69 % (soit 13,5 jours d'absence en moyenne par salarié) (source : Baromètre de l'absentéisme en France de Alma Consulting Group).

-L'absentéisme représenterait 7 millions d'arrêts de travail environ (source : CNAM)

-Entre 1997 et 2002, le nombre d'indemnités journalières pour maladie a augmenté d'environ 34 % dont10 % pour la seule année 2002 (source : CNAM)

-Depuis fin 2003, le nombre d'indemnités journalières pour maladie a toutefois diminué de 8,5 % entre2003 et 2005 (source : CNAM).

-En 2003, le coût de l'absentéisme a été estimé à 7,4 milliards d'euros.

-Le coût de l'absentéisme lié au stress en 2000 était au minimum de 370 millions d'euros pour les entreprises (source : INRS)

-Les trois principaux motifs d'arrêt de travail sont liés pour :
o 25 % à des problèmes musculo-squelettiques (TMS) ;
o pour 15 % liés à des troubles mentaux et du comportement ;
o pour 10 % à des lésions traumatiques (source : rapport annuel 2003 de la CNAM)

-50 % des personnes interrogées jugent leur travail plutôt pénible et 20 % des personnes en arrêt évoquent un conflit dans leur travail (source : rapport annuel 2003 de la CNAM).

Cependant, près de 60% des employeurs en France admettent ne pas avoir mis en place un système de contre-visite et de gestion de l'absentéisme.

--
Contact Presse:
AXMEDICA
RAPHAEL WECKER
0 964 388 467

http://www.axmedica.fr

--

Communiqué envoyé le 14.05.2009 17:50:54 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

La contre-visite médicale employeur est une procédure en plein essor, bien qu'encore méconnue du grand public et des employeurs. La plupart des dirigeants d'entreprises pense que le contrôle d'un arrêt maladie est du ressort de la CPAM. Or, un organisme privé de contrôle médical peut également mettre en place ce type de contre-visite.
En effet, depuis plus de 20 ans, la loi autorise les employeurs du secteur privé ou public à mandater un médecin par le biais d'organismes privés, afin de contrôler les arrêts maladie de leurs salariés, d'en vérifier le bien-fondé et d'agir ainsi sur le taux d'absentéisme au sein des structures de travail.
Depuis sa création AXMEDICA, rencontre un franc succès auprès des employeurs. Le premier trimestre 2009 affiche d'ailleurs une croissance du CA atteignant près de 30 %.

Fort de ce succès auprès des employeurs, AXMEDICA a sollicité début 2009 toutes les caisses primaires d'assurance maladie du territoire afin de transmettre systématiquement les rapports de contrôles effectués sur les salariés. Près de 30% des caisses ont répondu favorablement à notre démarche et acceptent de prendre en compte des rapports médicaux d'un cabinet privé. L'absentéisme touche différemment les professions et les secteurs d'activité, mais il existerait selon les spécialistes, un taux incompressible d'absentéisme (compris entre 3,5 et 4 %).

Les chiffres suivants mettent en évidence le poids et l'impact de l'absentéisme pour les entreprises :
-246 millions de journées ont été indemnisées pour des arrêts de travail en 2005, soit un coût de 7,2 milliards d'euros environ (pour le régime général) : 20 % de la population active a bénéficié d'un arrêt de travail (source : CNAM).

-En 2006, la France a enregistré le taux d'absentéisme au travail le plus élevé d'Europe avec un taux de 4,5 %, la moyenne européenne se situant à 4 %. La France devance notamment l'Allemagne (4,4 %), la Belgique et la péninsule ibérique (4,1 %), le Royaume-Uni (3,9 %) et l'Italie (3 %) (source : rapport du cabinet d'audit et de conseil Pricewater house Coopers).

-En 2007, le taux d'absentéisme français s'élèverait à 3,69 % (soit 13,5 jours d'absence en moyenne par salarié) (source : Baromètre de l'absentéisme en France de Alma Consulting Group).

-L'absentéisme représenterait 7 millions d'arrêts de travail environ (source : CNAM)

-Entre 1997 et 2002, le nombre d'indemnités journalières pour maladie a augmenté d'environ 34 % dont10 % pour la seule année 2002 (source : CNAM)

-Depuis fin 2003, le nombre d'indemnités journalières pour maladie a toutefois diminué de 8,5 % entre2003 et 2005 (source : CNAM).

-En 2003, le coût de l'absentéisme a été estimé à 7,4 milliards d'euros.

-Le coût de l'absentéisme lié au stress en 2000 était au minimum de 370 millions d'euros pour les entreprises (source : INRS)

-Les trois principaux motifs d'arrêt de travail sont liés pour :
o 25 % à des problèmes musculo-squelettiques (TMS) ;
o pour 15 % liés à des troubles mentaux et du comportement ;
o pour 10 % à des lésions traumatiques (source : rapport annuel 2003 de la CNAM)

-50 % des personnes interrogées jugent leur travail plutôt pénible et 20 % des personnes en arrêt évoquent un conflit dans leur travail (source : rapport annuel 2003 de la CNAM).

Cependant, près de 60% des employeurs en France admettent ne pas avoir mis en place un système de contre-visite et de gestion de l'absentéisme.

--
Contact Presse:
AXMEDICA
RAPHAEL WECKER
0 964 388 467

http://www.axmedica.fr

--

Communiqué envoyé le 14.05.2009 17:50:54 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Lire plus sur: http://affaires.annuairecommuniques.com/2009/05/controle-arret-maladie-par-des.html