Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Rapprochement Orange-Bouygues Télécom

C.F.T.C.

Vous défendre comme Personne

Fédération CFTC des Postes et des Télécommunications

– 100 avenue de Stalingrad – 94800 Villejuif
( 01 43 90 21 81 - 7 01 45 21 82 95

 

Contacts :

Alain TRIBOULT Président Fédéral 0684036654
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Jean-Pierre PRASEUTH Président de la Section Nationale Orange 0680586548 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Hervé RUBIN Secrétaire de la Section Nationale Orange 0685433416
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nicolas FABER Délégué Syndical Central Section Bouygues Télécom 0660319894 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rapprochement
Orange-Bouygues Télécom

Bien qu’à l’état de projet, la C.F.T.C n’est pas surprise par la recomposition du paysage des télécommunications françaises, avec cette annonce de rapprochement entre Orange et Bouygues-Télécom après celle de SFR et Numéricâble.

Dans le cadre actuel du secteur des télécommunications, la C.F.T.C ne s’oppose pas au retour à 3 opérateurs, ce projet n’étant que le prélude des réorganisations annoncées au niveau Européen où d’une centaine d’opérateurs actuels, il devrait ne subsister que 4 ou 5 opérateurs transnationaux à l’horizon 2020 selon nos sources européennes.

La C.F.T.C s’attachera à ce que ce projet ne vienne pas grossir les chiffres du chômage.

La C.F.T.C œuvrera énergiquement au maintien de l’emploi dans nos 2 entreprises mais aussi dans leurs filiales, prestataires et sous-traitants.

La C.F.T.C interpellera les pouvoirs publics, l’ARCEP et les autorités de la concurrence afin que les règles liées à la concurrence soient communes à tous les acteurs et ne soient pas préjudiciables aux salariés du secteur en favorisant le « dumping social ».

La C.F.T.C entend agir, avec l’ensemble des organisations syndicales, auprès de la branche des télécommunications, pour défendre l’emploi et le maintien des compétences, pour qu’elle n’accepte pas aujourd’hui de voir disparaître toutes ces compétences.

La C.F.T.C veillera à ce que les économies d’échelle résultant d’une telle alliance-fusion se traduisent effectivement par des capacités d’investissement supplémentaires dans les réseaux du futur (fibre optique, mobile 4G/5G, objets connectés), et non à une augmentation des dividendes versées aux actionnaires, ni à une hausse des tarifs pour les consommateurs.