Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La hausse des coûts du travail soulève des questions relatives au crédit

Pour une fois, personne ne pourra placer employés et patrons sur deux marches différentes du grand "escalier salarial". Parlons, bien entendu, des petits patrons. Ceux qui ne dirigent qu'une ou deux personnes. Ceux qui ont des prêts hypothécaires, des prêts à tempérament... sur le dos. Tout autre Bernard Arnault ne peut bien évidemment pas être sujet à comparaison. 
Pourquoi peut-on affirmer telle chose? Parce que, selon les chiffres d'Eurostat, les coûts du travail ont augmenté beaucoup plus rapidement en Belgique qu'ailleurs. Ainsi, si la hausse moyenne de la Zone euro est de 1,6%, la Belgique s'envole avec ses 2,7%.
Le résultat, c'est que si un employeur dépense 23,10€ par heure de travail dans à peu près n'importe quelle zone d'Europe, il devra injecter 39,9€ en Belgique.
Ceci relance donc le débat du crédit aux entreprises. En 2009, 17% des PME se voyaient encore refusés un prêt. En 2011, le Centre de Financement des PME a affirmé que ce chiffre était passé à 13%. De bon augure donc, mais cette hausse significative des coûts du travail par rapport à 2011 ne risque-t-elle pas d'émousser la confiance que les banquiers semblaient commencer à ré-accorder aux PME?



--

Contact Presse:
Referenceur.be

3219677116
http://www.referenceur.be/
Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=72074

 

--

Communiqué envoyé le 18.09.2012 11:30:37 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

______