Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La délocalisation est-elle la solution?!

La crise économique et financière globale dans laquelle nous sommes plongés depuis 2008, est encore loin d’être considérée comme du passé…

Dans le but de pallier aux conséquences désastreuses subies dans le secteur de l’immobilier, de l’industrie, des services et dans le but de résoudre le problème d’un taux de chômage beaucoup trop élevé, les hauts dirigeants ont décidé de mettre en place divers plans d’austérité. Ces derniers visent – comme vous le savez déjà – à combler la dette et réduire le déficit public, en stimulant l'innovation et le développement des nouvelles entreprises et de ce fait en redynamisant l’emploi.

Tout un ensemble de mesures drastiques qui pour l’instant n’ont pas vu naître le fruit de leur dur labeur…Bien qu’une certaine évolution quelque peu positive ait été observée dans certains pays de l’UE (pays développés), les résultats obtenus 3 ans plus tard sont encore trop fragiles.

L’austérité fiscale imposée par bon nombre de gouvernements courant 2010, ainsi que la politique de rigueur instaurée en août 2011 sont également des causes pour lesquelles les conglomérats et les multinationales sont encore aujourd’hui en difficulté.
Cela expliquerait donc la délocalisation croissante des entreprises vers des destinations Offshore ou Onshore dont le gouvernement encourage et facilite la création de société et simplifie les démarches administratives, juridiques et comptables de ces dernières.

La France est un parfait exemple de l’encouragement à la délocalisation! En effet, nous rappelons la mise en place en octobre dernier d’un dispositif pérenne visant à appliquer une taxe sur les hauts revenus qui affecte 20.000 contribuables.
Cette taxe se monte à 3% pour les revenus entre 250.000 et 500.000 euros et à 4% à partir de 500.000 euros. Une mesure qui, selon les estimations gouvernementales, rapportera 410 millions d'euros en 2012.

La délocalisation est devenue depuis quelques années une solution alternative de laquelle résultent de nombreux accords bilatéraux internationaux totalement légaux et permettant des échanges commerciaux fluides entre les pays.
Prenons un fait: Depuis 1993, tout ressortissant de l’UE peut créer sa société dans un pays membre de l’Union sans pour autant avoir l’obligation d’y être résident.

Vous trouverez à continuation quelques sites internet de cabinets juridiques et comptables de confiance et d’expérience (proposés par le Groupe Amedia Partners), spécialisés dans la création de société, la gestion administrative, la comptabilité et l’ouverture de comptes bancaires dans des juridictions Onshore et Offshore.

* L’Angleterre:
-Apport et libération du capital non taxés.
-Pas de forfait minimum d'impôt dès le démarrage de votre entreprise ou en cas de pertes.
-Anonymat possible des dirigeants ou propriétaires sous le système de "nominee director".

Voir plus d’informations sur le site d’easy-entrepreneur.com

* Chypre:
-Le taux d’impôt sur les bénéfices pour les sociétés enregistrées à Chypre est de 10%, et il n’y a pas de plafond.
-Le taux de TVA actuel à Chypre est de 15%, c’est l’un des plus bas en Europe.

Voir plus d’informations sur le site de creation-societe-chypre.com

* Suisse:
-Impôts sur les bénéfices de 24% si la société a une activité sur le sol suisse, 16% si elle n’a pas d’activité sur le sol suisse.
-Possibilité d’un nominee director and shareholder.

Voir plus d’informations sur le site de fiduciaire-suisse.com

* Offshore:
Un rapport récemment publié par l’OCDE met en avant le progrès de transparence fiscale parfois spectaculaire dans certaines juridictions auparavant considérées comme des paradis fiscaux (le Panama par exemple, critiqué publiquement par Nicolas Sarkozy, s’est fixé jusqu’à fin 2011 pour changer son statut et sortir de la black liste publiée par l’OCDE).

Plusieurs pays européens autrefois « trop opaques » ont obtenu un blanc-seing grâce à la suppression du secret bancaire, notamment San Marin et la Belgique. Ces Etats ont accepté de signer des conventions d'échanges d'informations conformes aux normes internationales avec tous les pays concernés (par exemple, Monaco en a signé une avec l'Italie).

Voir plus d’informations sur la création de sociétés offshore sur le site d’amedia-offshore.com

--
Contact Presse:

Amedia Partners
Elodie Guillard

http://www.amedia-offshore.com/index.php
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=70667



--

Communiqué envoyé le 22.11.2011 10:33:39 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______