Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

PORSCHE PANAMERA : voiture paradoxe ?

Après l'annonce officielle le semaine dernière de la commercialisation début 2009 de la première Porsche à moteur Diesel, le constructeur Allemand continu sa diversification galopante en présentant cette semaine la silhouette de sa dernière née, dont le patronyme Panamera fait appel à l'histoire automobile chère à Porsche*. Première voiture à 4 portes de la marque dont le moteur sera situé à l'avant, cette berline est donc une double révolution pour Porsche.

Certe, les Moteurs Avant ont déjà largement contribué au succès et à la survie de Porsche entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, mais malheureusement aujourd'hui, l'image de marque de ces autos n'est pas excellente, pour des tas de raisons diverses dont les premières viennent de chez Porsche d'ailleurs...

Dans le contexte actuel, la sortie de la Panamera reste un moment important pour la marque, mais il est nettement moins crucial que ne l'était la sortie de la Porsche 924 en 1976, voiture sans laquelle le constructeur n'existerait peut-être plus aujourd'hui, du moins en tant que constructeur indépendant, et conquérant.

La Panamera a fait couler beaucoup d'encre et nombreuses ont été les photographies de prototypes plus ou moins maquillés à faire le tour de tous les sites internet à l'affût, mais elle a aussi et surtout fait débat dans tous les forums dédiés à Porsche, et ce dans le monde entier. Car Porsche a besoin de sa notoriété pour pouvoir imposer cette voiture, qui contrairement à la 911, va rencontrer beaucoup de concurrentes sur son chemin. Là où Porsche domine le segment très particulier de la voiture de sport exclusive, il se retrouve ici sur un terrain largement occupé et avec brio par Maserati (Quatropporte), Mercedes, BMW et sa futur série 7, AUDI et son A8, et on en passe.

Imposer la Panamera impose donc d'utiliser massivement la très travaillée image de marque de Porsche. Et c'est là toute l'ambiguité. Car Porsche n'est-il pas en train de sacrifier tout en l'utilisant au maximum ce fameux capital ? La 356, puis la 911, sont les 2 voitures mythiques du constructeur, et ce sont elles qui ont fait et qui font l'histoire de Porsche. Aujourd'hui, l'énorme notoriété véhiculée par cette image de constructeur vainqueur sur les circuits, dont les innovations ont révolutionné beaucoups de domaines, dont certaines voitures sont les plus cotées de l'histoire automobile, est utilisée sur tous les fronts pour vanter les mérites des nouvelles productions qui n'ont plus rien à voir avec cet univers.

On le voit donc, le champ de bataille s'est déplacé : aujourd'hui Porsche gagne ses galons en bourse, rachète le premier constructeur automobile Allemand, mais perd un peu de sa folie légendaire. Le lancement de la Panamera illustre parfaitement ce propos : site internet ultra sophistiqué, dont la complexité laisse perplexe mais qui en finalité est sensé vous faire ressentir l'extrême technicité de la Panamera, et dont les thèmes développés n'ont rien à voir avec la tradition Porsche.

Il suffit de lire les argumentaires qui servent à vendre une GT3, et de comparer. On n'a plus l'impression d'être chez le même fabricant. Le plus gros morceau, même s'il est déjà en route, sera de faire passer la commercialisation plus que probable d'une Panamera Diesel. Pour l'instant, même si la pilule est amère pour de très nombreux Porschistes, le fait que ce soit le Cayenne qui ait eu le "privilège" d'être "construit pour des passionnés de motorisation diesel, mais aussi de Porsche", le discours marketting n'arrive pas vraiment à tout faire avaler ! Porsche laisse planer le doute sur une cinquième gamme qui devrait voir le jour d'ici 4 ou 5 ans, et toutes les questions sont posées : va-t-on vers une Porsche d'entrée de gamme, qui désacraliserait complètement le mythe ?

A force d'écorner son image de marque avec la sortie de voitures qui n'ont pas grand chose de mythiques à priori, Porsche gagnera-t-il le pari de continuer à vendre des voitures dont le prix élevé se justifiait par la forte image ajoutée, c'est toute la question et c'est tout le paradoxe à la fois.

Notons par ailleurs un détail qui n'en est peut-être pas un : la typographie du logo Porsche a changé sur la Panamera, et depuis la 993, Porsche ne précisait plus la marque de la voiture sur le capot arrière... Malgré tout, souhaitons que le pari soit gagné, et que cela permette au fabuleux constructeur de toujours pouvoir fabriquer la fabuleuse 911 !! A Froggycar, on prend d'ores et déjà les paris : quel numéro restera à jamais gravé dans les mémoires : le 911, ou le 754 ?

* La Carrera Panamericana fut une célèbre course durant les années 1950-1954 : organisée pour la première fois en 1950 pour célébrer l'achèvement du tronçon mexicain de l'autoroute panaméricaine qui reliait Ciudad Juarez (près d'El Paso, dans le Texas) à El Ocotal (frontière du Guatemala), cette course fut arrêtée en 1955 à cause du trop grand nombre de pilotes qui y trouvèrent la mort. Après le mot "Carrera", Porsche utilise aujourd'hui le mot Panamericana comme base pour nommer sa dernière production.

article rédigé sur www.froggycar.com




Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Lacomblez Hugues



Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.froggycar.com


Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence 5ZPVGD7S