Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

SoFF, du 15 au 19 octobre 2008, les artistes français reprennent la main !







Christophe Avella Bagur, Michel Castaignet et une quinzaine d’autres peintres ont donc convaincu leurs galeries de leur faire confiance dans cette aventure So Feucking French... Ils leur donnent rendez-vous à Londres, du 15 au 19 octobre 2008, pour la première édition de ce salon-exposition peu conventionnel.

Genèse du projet

Quand on demande à Michel Castaignet comment est né le projet SoFF, il raconte : « J’ai rencontré Christophe Avella-Bagur lors de son exposition chez Jean-Luc et Takato Richard fin 2007. Il m’a confié qu’après avoir organisé « French Touche » à la Villa Tamaris, il aimerait faire quelque chose de plus risqué. J’avais de mon côté organisé « Vivre et laisser mourir » au centre Eugène Beaudouin (Antony - 92) et j’avais aussi l’envie de faire quelque chose de plus inédit. Partageant le même avis que la peinture française n’est pas assez montrée à l’étranger, nous nous sommes mis à réfléchir à une formule. Point de convergence pour le monde de l’art au mois d’octobre grâce à la Frieze, Londres s’est vite imposée à nous. Le titre vient de mon expérience à Londres où chaque Français dès qu’il dit ou fait quelque chose est d'emblée qualifié de « so f* french ! »… que nous avons francisé, pour ne pas heurter les oreilles sensibles.»

18 fervents ambassadeurs de la peinture française

Pour sélectionner la vingtaine d’artistes exposant à SoFF, Christophe Avella-Bagur s’est intéressé à la qualité du travail et la pertinence du propos de chacun, tout en veillant à présenter un panel diversifié de ce qui constitue la peinture française contemporaine. « Avec l’engouement actuel pour les nouveaux médias, la peinture française est moins soutenue au XXIème qu’elle ne l’a jamais été historiquement. Aujourd’hui encore, elle a pourtant quelque chose à dire ! C’est la raison d’être de SoFF : ce sont les artistes qui prennent les devants pour porter leur discours. Une fois n’est pas coutume… »

Liste des artistes SoFF

Christophe Avella Bagur (Galerie Jean-Luc et Takako Richard / Paris)
Michel Castaignet ; Sha Zijian (Galerie Nivet-Carzon / Paris)
Axel Sanson ; Clément Montolio (Galerie Françoise Besson / Lyon)
Raynald Driez (Galerie Déborah Zafman / Paris)
Yves Gobart (Galerie Hug / Paris)
Régis Gonzalez (Galerie Métropolis / Paris et Lyon)
Cristine Guinamand (Galerie Trafic / Paris)
Hervé Heuzé (Galerie Jean-Luc et Takako Richard / Paris)
Iris Levasseur (Galerie Odile Ouizeman / Paris)
Gilles Marrey (à titre personnel))
Gilles Miquelis (Galerie Norbert Pastor / Nice)
Pascal Pillard (Galerie Déborah Zafman / Paris)
Jules Rames (à titre personnel))
Florence Reymond (Galerie Odile Ouizeman / Paris)
Franck Rezzak (Galerie du Jour Agnès B / Paris)
Wilfrid Prager (Galerie Geneviève Mathieu)
 
Des galeristes mis en confiance par un salon au service des œuvres…

Invités par leurs artistes à leur emboîter le pas pour s’impliquer dans le projet SoFF, les galeristes ont vite été séduits par l’audace de la démarche.
C’est ainsi que Jean-Luc Richard promeut l’œuvre de Christophe Avella-Bagur dans sa galerie à Paris et en dehors : « En tant que galeriste, je me rends compte de la nécessité qu’il y a à défendre la peinture française sur la scène internationale. Avec Christophe comme curator, je savais qu'il ferait des choix sans compromis ni compromission, pour faire de SoFF un révélateur du talent incontestable des peintres français, hors de leurs frontières. »
Jérôme Nivet-Carzon, qui représente Michel Castaignet depuis l’ouverture de sa galerie, se réjouit quant à lui de prendre part à un salon qui laisse la primeur à la création jusque dans la conception scénographique. « C’est tout l’intérêt d’un salon initié par des artistes : les œuvres sont présentées de manière didactique et muséale. Le résultat est probant : l’exposition y gagne en visibilité, et le visiteur en compréhension. C’est aussi l’occasion pour nos voisins anglais de se rendre compte des parallèles qui existent en peinture contemporaine, de part et d’autre de la Manche.  »




… au cœur du quartier arty de Londres : The Village Underground

Forteresse de brique rouge en plein East End londonien, le Village Underground s’épanouit dans Shoreditch, un ancien quartier industriel en pleine effervescence artistique. En bordure de la City, ses entrepôts hérités de l’époque victorienne abritent toutes sortes d’ateliers et de galeries.

A l’occasion de SoFF, le Village Underground accueille les toiles françaises dans un espace d’exposition de près de 500 m2. La scénographie, confiée conjointement à Nadir Tazdait et AÏNU, privilégie un rapport intime avec les toiles, les artistes et les galeries.

Après une première journée réservée aux collectionneurs – le 14 octobre 2008 – SoFF accueillera le grand public du 15 au 19 octobre.  


Parce qu’il est avant tout porté par les artistes eux-mêmes, SoFF illustre l’engagement de ceux pour qui la création n’est rien sans implication.

Rendez-vous est donc pris pour aller à Londres en octobre, à la rencontre de ces peintres français du XXIème siècle…


SoFF 2008, c’est du 15 au 19 octobre 2008
Vernissage et journée professionnelle : le 14 octobre
Plus d’info sur www.soff.fr

Et quant au lieu :
The Village Underground (54 Holywell Lane, Shoreditch, London EC2) est situé à 5 minutes de Liverpool Street et de la City,
www.villageunderground.co.uk




Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Romane Dargent
attachée de presse
Sylvia Beder - Communication culture
01 43 20 51 07
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.sylviabeder.com





Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence QCKALQFH



---------------------------------------