Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Charles Gonzalès devient Camille Claudel

Chers amis,



Nous avons le plaisir de vous adresser ci-joint le communiqué de presse concernant le spectacle Charles Gonzalès devient Camille Claudel et vous remercions d'en faire part dans vos prochaines éditions.



Du mercredi 13 au samedi 23 avril 2005, à 20h30, les jeudi à 19h, dimanche 17 à 16h, relâche lundi 18 et mardi 19,

Charles Gonzalès devient Camille Claudel

adaptation, mise en scène et interprétation : Charles Gonzalès

Inspiré par la correspondance de Camille Claudel, ce spectacle entièrement conçu par Charles Gonzalès veut réhabiliter une artiste remarquable et une femme au destin tragique. Camille n\'a pas vingt ans lorsqu\'elle s\'établit à Paris et y rencontre Rodin. L\'élève exceptionnellement douée devient la maîtresse de l\'artiste, marié à Rose Beuret, que Camille ne parviendra jamais à évincer. Après une liaison chaotique qui dure plus de dix ans, la rupture survient, inévitable. Malgré un succès artistique grandissant, la jeune femme est profondément marquée par son échec amoureux. Saisie par un délire de persécution, folle de chagrin, elle est internée par sa famille à l\'hospice de Montdevergues où elle mourra trente ans plus tard, abandonnée par tous ses proches.

Charles Gonzalès endosse le personnage bouleversant de Camille Claudel, sans pour autant tomber dans le piège du travestissement et de l\'ambiguïté sexuelle. Ne cherchant naturellement pas à atteindre une ressemblance physique, le comédien s\'attache à illustrer la douleur et le désespoir de l\'artiste rejetée par son amant et mise à l\'écart par sa famille. Il nous convainc ainsi que la folie n\'est ni masculine ni féminine, mais universelle.

Charles Gonzalès n\'interprète pas Camille Claudel mais sa folie, et c\'est en cela qu\'il est fascinant. A travers le titre, Charles Gonzalès devient Camille Claudel, il insiste sur son travail de comédien qui tente d\'incarner un personnage.

Vêtu d\'une longue chemise de nuit et d\'un manteau noir, Charles Gonzalès nous révèle les souffrances de Camille Claudel, engendrées par l\'attitude de Rodin à son égard : tromperies, humiliations, mensonges... Ensuite, le spectacle bascule dans la folie de Camille, qui lui valut son internement et sa solitude à l\'asile. Oscillant sans cesse entre révolte et désespoir, colère et tristesse, folie et normalité, le comédien incarne magnifiquement le portrait de cette femme abandonnée.







--

THEATRE-POEME

direction / animation : Monique Dorsel

30, rue d\'Ecosse, 1060 Bruxelles

Métro : Hôtel des Monnaies

tél : 02 538 63 58

fax : 02 534 58 58

email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.