Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La beauté violente vue par ses artistes les 13 et 14 octobre 2007

Les artistes, reflet d’une époque…?

La question sera posée par Lionel BAYOL-THEMINES le samedi 13 octobre à 15h00 et Philippe BORDERIEUX le dimanche 14 octobre à 11h00 lors de deux visites exceptionnelles organisées à l’occasion de la 7ème Biennale d’Issy au Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux.

Pour cette édition dont le thème central tourne autour de la « beauté violente à en perdre la raison »*, le parcours des cimaises de la Biennale d’Issy tend à démontrer qu’il subsiste encore un espace de dialogue entre l’œuvre d’art véritable aboutissement subjectif et son créateur à un moment choisi.
Pour nous les « voyeurs », l’huile, l’acrylique, l’encre, le lavis et le crayon sur une toile, le bronze et l’acier, le papier argentique, la gélatine, le latex ou encore le silicone se métamorphosent en une palette d’émotions variées. Pour l’artiste plasticien, toute création le plonge dans l’enclos intime de nos enfances, le projette dans un amour féroce du désordre de nos vies d’adulte ou dans le chaos de nos espérances, l’aveuglement de notre impuissance ou encore l’illusion de notre propre « immensitude ».

Ainsi, en octobre, deux artistes sélectionnés par le jury de la 7ème Biennale d’Issy, se prêtent à l’exercice.

Dans un effroyable dérangement, Lionel BAYOL-THEMINES, photographe, confronte les frontières de la manipulation génétique à la miniaturisation extrême des technologies informatiques et mécaniques. Sa série « Orga-Muta » explore les techno-sciences mutantes dans une sorte de design du désir dont le regard serait la marque.
Fortement emprunt des célèbres céramiques brulées japonaises, Philippe BORDERIEUX, professeur à l’Ecole des Beaux Arts de Caen, s’investit dans la représentation de l’humain, se libérant d’une approche trop mémorielle et nostalgique pour une explosion de rhizomes et d’enracinements profonds. Danses de masques et d’os, de tiges et de fleurs, l’encre et le lavis se fait cursifs, véritables doigts pointés ou encore griffes sur la page blanche.

* « Une beauté violente à en perdre la raison » est la dernière phrase du roman N-P de Banana YOSHIMOTO édité chez Payot & Rivages en 1997


RENCONTRES AVEC UN ARTISTE
au Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux

Lionel BAYOL-THEMINES samedi 13 octobre 2007 à 15h00
Philippe BORDERIEUX dimanche 14 octobre 2007 à 11h00


INFORMATIONS PRATIQUES
Musée Français de la Carte à Jouer
16 rue Auguste Gervais 92130 ISSY-LES-MOULINEAUX
Tél. : +33 (0)1 41 23 83 60
Métro : Mairie d’Issy (ligne 12)
Musée accessible aux personnes handicapées.
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site Internet : http://www.issy.com/musee