Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Gravures contemporaines brésiliennes

La galerie Sycomore Art présente :

Une exposition de gravures brésiliennes

- ANA CECILIA KESSELRING Installation "Corpotopias'
- MARCO WILLIANS
- SILVIA MECOZZI

ANA CECILIA KESSELRING
L’installation « Corpotopias » réunit quelques-uns des procédés avec lesquels je travaille depuis un certain temps : la gravure, la sculpture et le dessin. Elle concerne la construction d’un corps, possiblement féminin. Mais ce corps ne ressemble pas aux corps qui nous sont familiers, car il s’agit d’un corps qui naît aussi auprès d’autres formes de la nature, comme les cocons, les papillons, les coquilles. Pour cette exposition, je me suis inspirée de sculptures de corps féminins du Musée Anatomique, La Specola, à Florence, de gravures de l’artiste Hollandais Albertus Seba, et de coquillages, observés dans la Salle Velins du Musée d’Histoire Naturelle de Paris. A partir de ceux-ci, j’ai construit les formes de ce corps, un corps qui ne se veut pas un corps scientifique, mais un corps de rêve et de fantaisie, qui se construit petit à petit, en tant que projet. Il se construit de l’intérieur vers l’extérieur, à partir de ses organes étranges et de ces conjonctions imprévues entre l’humain et le féminin, le monde animal et végétal.


MARCO WILLIANS
Une tentative de compréhension du paysage urbain, utilisant le principe élémentaire de l’organisation spatiale : la ligne. C’est instabilité et vertige. Un immeuble est un bloc rigide de béton, une structure indubitablement statique, mais c’est juste avec la sécurisation de la distance contemplative, qu’avec une certaine proximité, sa solidité se défait. Verticalité, échelle, poids, s’imposent, comprimant mon corps piétonnier. Les œuvres sont des marques de l’affrontement, une possibilité potentialisatrice de l’expérience de l’espace urbain. Cet espace construit tend à se réaliser sur le plan de l’expression, dans l’action qui joint l’analyse à la réaction du corps, car ce n’est pas juste l’œil , ça engage toute ma présence physique.


SILVIA MECOZZI
L'utilisation du plexiglas comme nouveau matériel de travail provoque un approfondissement dans l'exercice de la gravure: usage des surfaces pendant la conception de l'image. La transparence structure le travail. Elle permet l'apparition de "corps plats", isolés, qui se superposent et dans lesquels sont insérés des formes et des lignes. Ces corps différents coexistent dans la tentative de former un seul corps....

Galerie Sycomore Art
7 bis rue Geoffroy Marie
75009 paris
Métro : Grands Boulevards

Informations:
Camille de Bayser et Rose Burki
Tel : 01 47 70 25 12
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.sycomoreart.com