Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

le mois de mars au manège.mons

Le Manège – Maubeuge et Mons

Mars 2005

Les évènements du mois de mars

FESTIVAL INTERNATIONAL VIA
Du 10 au 21 mars 2005


Attention ! Changements

- Représentation supplémentaire de « Quando l’uomo principale è una donna » le dimanche 3 avril à 20h30 aux Arbalestriers.

- Rappel : changement dans les dates de mort accidentelle d’un anarchiste :
Samedi 26 février et lundi 28 février à 20h30, mardi 1er mars à 13h30 et à 20.30 et mercredi 2 mars à 13h30 et à 20h30 aux Arbalestriers à Mons












RENSEIGNEMENTS / RESERVATIONS
Le Manège – Maubeuge Tél: 00 33 (0)3 27 65 65 40
Le Manège.Mons Tél : 00 32 (0) 65 39 59 39

Contact Presse Maubeuge : Audrey Ardiet
Tél : 03 27 65 93 83 / Fax : 03 27 65 93 80
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Web : www.lemanege.com

Contact Presse Mons : Charlotte Jacquet
Tél : 00 32 (0) 65 39 98 22 / Fax : 00 32 (0) 65 39 98 09
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Web : www.lemanege.com






CALENDRIER MARS 2005



MUSIQUE
RokiaTraoré
Mercredi 2 mars – 20h30 – La Luna - Maubeuge


THEATRE/MUSIQUE
Peer Gynt – Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli
Vendredi 4 et samedi 5 mars – 20h30 – Arbalestriers - Mons


DANSE/FESTIVAL
LE MOUVEMENT - MONS
Du 25 février au 5 mars – Mons


MUSIQUE/CONCOURS
Finale concours « Belle à chanter »
Samedi 5 mars - 20h30 – Auditorium Abel Dubois – Mons


CREATIONS INTERNATIONALES ET ARTS NUMERIQUES / FESTIVAL
VIA
Du 10 au 21 mars
Maubeuge – Mons – Feignies – Frameries -Jeumont


VARIETES
Georges MOUSTAKI
Vendredi 25 mars – 20h30 – Théâtre Royal – Mons






Vendredi 4 mars – 20h30
La Luna - Maubeuge

Tarif : 7.5 € / 15 €


MUSIQUE
Rokia Traoré


Entre tradition et modernité, Rokia Traoré trace un chemin particulier dans la création africaine, et malienne en particulier. Si elle ne renie pas du tout ses origines, elle adapte sa musique à son temps et à ses préoccupations sans à priori ni contrainte. Elle mène sa barque avec maestria et talent, parcourant le monde inlassablement pour présenter sa musique…
Rokia Traore est née en 1974 dans la région de Belidougou au Mali, près de la frontière mauritanienne. Mais son enfance se déroule au fil des affectations de son père diplomate. Rokia évolue donc dans un milieu très protégé qui mêle tradition et modernité, en particulier au niveau musical. Son père pratique le saxophone et ses sours pratiquent le chant traditionnel dans les cérémonies familiales. Quant à la jeune Rokia, elle écoute du jazz (comme son frère), du blues (comme son père) et tout ce qu'un adolescent du monde occidental écoute dans les années 70 et 80. N'étant pas issue d'une famille de griots, la modernité musicale n'est nullement un tabou dans sa famille.
Cependant, Rokia ne se détourne en aucun cas de l'environnement musical de son pays d'origine. La tradition des griots et les grandes voix maliennes n'ont pas de secrets pour elle. Dotée d'une voix exceptionnelle, Rokia travaille avec un ami de son père, le vieux maître Massamou Welle qui aide la jeune femme à forger sa voix. A l'âge adulte et après de multiples allers et retours avec son pays, Rokia s'installe sur sa terre natale. Elle ne tarde pas à écrire elle-même quelques chansons dont les influences occidentales mêlées aux sonorités traditionnelles séduisent tout un public de gens de sa génération et d'étudiants.
Lorsqu'elle a 20 ans, Rokia est déjà donc une artiste connue dans son pays. Le musicien Ali Farka Touré, star dans son pays, repère Rokia. Il peaufine son apprentissage de la guitare et l'encourage à composer.
En 1995, le titre "Finini" remporte un fort succès. Rokia fait de nombreux concerts. C'est une jeune femme brillante qui préfère étudier la musique dans son pays que s'inscrire dans une grande école en Europe. C'est ainsi qu'après quelques temps dans une école en Belgique, elle rentre au Mali pour faire de la chanson son métier. Elle suit des cours à Bamako et travaille avec le musicien Souleymane Kolly. Invitée au MASA (Marché des Arts et des Spectacles en Afrique), elle préfère refuser et continuer à travailler.
Le déclic se situe en 1997 quand Rokia concoure pour le prix Découverte Afrique de Radio France Internationale. Avec sa guitare sèche et accompagnée de quelques instruments traditionnels, elle présente un titre sur les enfants, "Mouneïssa". Elle remporte le prix face à des artistes plus connus et plus expérimentés.
A partir de ce jour, sa notoriété dépasse les frontières du Mali. Rokia s'envole en Europe pour y enregistrer son album. Mis en boîte à Amiens dans le nord de la France, "Mouneïssa" sort donc fin mars 98. Entièrement signé par la jeune femme, les neuf titres de l'album sont écrits et chantés en bambara. Son talent musical vaut largement ses dons d'auteur. Ses textes sont de longs poèmes tendres et philosophiques fortement teintés de blues.

Rokia new look
La jeune femme revient avec un nouvel album intitulé "Bowmboï" en septembre 2003. Enregistré en grande partie au Mali, il oscille entre sonorités africaines et ambiance folk. La voix de Rokia se pose avec justesse et finesse sur des titres aussi différents que "M'Bifo" qui ouvre l'album, un titre écrit pour l'anniversaire de son mari ou "Mariama" en duo avec le chanteur Ousmane Sacko. Autre invité sur cet album, le prestigieux Kronos Quartet qui ouvre l'univers de l'artiste vers la musique classique contemporaine.
Vendredi 4 et samedi 5 mars – 20h30
Arbalestriers - Mons

Tarif : 7.5 € / 10.5 €


THEATRE / MUSIQUE
Peer Gynt
De Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli


Un spectacle à partir de « Peer Gynt » de Henrik Ibsen
avec la musique de scène de Edvard Grieg

Le « Peer Gynt » de Enrico Bagnoli et Marianne Pousseur prend sa source dans un des chefs d’œuvre les plus connus de l’histoire du théâtre et de la musique, même si paradoxalement, c’est aussi un des moins représentés dans sa forme originale, c'est-à-dire la pièce théâtrale de Ibsen jointe à la partition orchestrale de Grieg.

Le montage de cette œuvre complète est un défi qui a été relevé ici en adaptant l’ensemble à une distribution extrêmement réduite : deux acteurs et un pianiste présents sur le plateau, auxquels s’ajoute une formation de trois chanteurs qui interprètent le spectacle dans plusieurs langues.

Le texte d’Ibsen, par son caractère hétérogène, offre une grande variété de mondes, réel, imaginaire, onirique, avec une vision distanciée, critique, contemporaine. Et un terrain d’expérimentation en matière d’univers, de formes, d’espaces.

Pour ce spectacle, il a été conçu une forme de dramaturgie et de technologie originales, un mélange tout à fait personnel de lumières, sons, images, texte, chant. Une technologie inventée, qui se rapproche de l’artisanat du moyen âge, appliquée à des fins créatrices modernes. Il en résulte une polyphonie complexe, qui accorde sa place à chaque voix, créant ensemble un espace de transition fluide entre théâtre, image et musique.

Conception, mise en scène, décor, vidéo et lumière : Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli
Dramaturgie : Guy Cassiers
Interprétation : Marianne Pousseur, Pierre Renaux
Piano et arrangements musicaux : Johan Bossers
Voix cachées : Kobe Baeyens, Thaïs Scholiers, Noémie Schellens

Une production de MUSIEKTHEATER TRANSPARANT en coproduction avec le Théâtre de la Balsamine et Opéra en île de France. Avec l’aide su Ministère de la Culture de la Communauté française de Belgique. Muziektheater Transparant est soutenu par le Gouvernement Flamand.



Du 25 février au 5 mars 2005
MONS


FESTIVAL
Le Mouvement – Mons



Belle envolée pour le festival Le Mouvement-Mons. Dans le cadre de sa 6eme édition, 3 soirées incontournables seront proposées : le solo de la délicieuse Ida de Vos fait sur mesure à son attachante personnalité et celui de Ciro Carcatella, danseur faune et virtueux. As Palavras proposera aussi 2 soli de son répertoire … Et une soirée exceptionnelle au Théâtre Royal de Mons : « NOMES IV »

VENDREDI 25 FEVRIER 2005 - La Machine à Eau
Soirée composée de 2 solos de AS PALAVRAS-CIE CLAUDIO BERNARDO
« Sketches for (my sacredheart the drunk) »
Avec ces 2 soli, Claudio Bernardo poursuit son travail autour de musiques populaires. « Sketches for (my sacredheart the drunk) » puise son inspiration auprès des chansons de Jeff Buckley. Avec « Off key », Claudio Bernardo, intiment lié aux racines du compositeur, rend hommage à Antonio Carlos Jobim, précurseur de la Bossa Nova.

JEUDI 3 MARS 2005- Théâtre Royal de Mons
« Nomes IV » avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie
Sur des compositions de Schubert, Bach et Stravinsky jouées par 12 musiciens de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie , quatre personnalités de la danse contemporaine se joignent à Claudio Bernardo pour la reprise de la soirée exceptionnelle présentée dans le cadre de l’ouverture du festival « Les Floraisons » au Botanique.
SAMEDI 5 MARS 2005- La Machine à Eau
Soirée composée de 2 soli
Emma - Quatre Solos pour une danseuse. Dansé par Ida De Vos
Ida – Emma sur scène-, habitera ces quatre corps qui sont le sien et qui ont été remodelés pour elle par le regard de deux hommes : Claudio Bernardo (brésilien) et Stefan Dreher (allemand), et de deux femmes : Johanne Saunier (française) et Joanne Leighton (australienne).

P.O.D. Petites Oeuvres Dansées de Ciro CARCATELLA
Réunies dans un solo très technique, six réflexions sur la danse nées de la rencontre de trois artistes: le chorégraphe et danseur Ciro Carcatella, le compositeur Critof Carrion et le plasticien Bruno Kladar.

Machine à Eau- Boulevard Dolez, 51-7000 Mons
Le Théâtre Royal de Mons- Grand Place-7000 Mons















Du 1er au 21 mars
FESTIVAL VIA


Découvrez les détails du Festival VIA dans le communiqué de presse joint à ce courrier.






Vendredi 25 mars – 20h30
Théâtre Royal - Mons

Tarif : 7.5 € / 10.5 €


VARIETES
Georges MOUSTAKI


Georges Moustaki est né "Giuseppe Mustacchi", de parents grecs, à Alexandrie (Egypte) le 3 mai 1934. Instrumentiste, auteur-compositeur-interprète, poète,
ses oeuvres seront souvent chantées par les plus grands : Piaf, Reggiani, Barbara, Dalida, Montand, Salvador entre autres...
Georges Moustaki se révèle comme interprète en 1969 avec "Le Métèque".
Il compose pour le cinéma, aime également écrire, dessiner et peindre.
Il parcourt la France et la planète (parfois à bord de sa moto) pour rencontrer ses amis, en découvrir de nouveaux et chanter partout sa révolution permanente.
Un homme simple, naturel, vif et amusant, piquant parfois...
Barbara dit un jour :"Moustaki, c'est ma tendresse".
Un mot qui lui va à ravir.