Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Quai Branly/Université populaire/12, 13 et 14 septembre

UNIVERSIT POPULAIRE Théâtre Claude Lévi-Strauss 12, 13 et 14 septembre 2006 En accés libre et gratuit Rapprocher le grand public, les artistes et les intellectuels, tel est le but de l’Université populaire du quai Branly, gratuite et en accés libre. Dans un esprit de partage et de respect des autres, historiens et chercheurs de toutes les nations, artistes, créateurs, anthropologues et philosophes délivreront des connaissances et des outils de réflexion permettant de comprendre la diversité des civilisations. Catherine Clément, philosophe, romanciére, auteur d’essais sur l’anthropologie et la psychanalyse, pilote l’Université populaire du quai Branly. MARDI 12 SEPTEMBRE 2006, 18H30 - Abdou Diouf LES GRANDS TEMOINS Chaque mois, l’Université populaire du quai Branly propose la rencontre avec de é grands témoins é, porteurs d’une rare expérience biographique et de la é parole sére é, selon une expression africaine. Personnalités politiques, artistiques et intellectuelles proposent, sous la forme d’une libre conversation avec le public, le récit de parcours exemplaires. Ces rencontres sont animées par Edwy Plenel, journaliste et écrivain. Premier Grand Témoin, Abdou Diouf, ancien Président du Sénégal, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, viendra ouvrir l’Université populaire. Mais il n’est pas lé pour la francophonie : il nous parlera de l’enseignement qu’il a reéu é l’Ecole nationale de la France d’Outre-mer, qui formait les administrateurs coloniaux de l’empire franéais. Dernier major de la derniére promotion de l’école coloniale franéaise, il fut nommé ministre du Sénégal dix ans aprés l’indépendance. Homme d’ouverture et de tolérance, fervent musulman, il a accepté de parler pour la premiére fois en public de son mariage avec une chrétienne. Plusieurs fois réélu, il sera Président du Sénégal jusqu’en mars 2000, date é laquelle il perd les élections présidentielles. Ses différents mandats ont été placés sous le signe de l’ouverture au multipartisme, de la libéralisation progressive de l’économie et de la décentralisation. Abdou Diouf a été élu Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie en 2002, succédant é Boutros Boutros-Ghali. MERCREDI 13 SEPTEMBRE, 18H30 - Mamadou Diouf HISTOIRE MONDIALE DE LA COLONISATION Introduit par le grand historien et sociologue sénégalais Mamadou Diouf, le cycle dédié é une histoire mondiale de la colonisation se déroulera selon une approche chronologique é partir du XVéme siécle en Europe, é l’exception des deux conférences inaugurales consacrées é la colonisation et é la décolonisation franéaise. Viendront ensuite, de chaque pays concerné, des historiens de toute l’Europe, en commenéant par le Portugal. Pour chaque conférence, un grand historien européen viendra présenter une synthése du réle colonial de son pays. Né au Sénégal en 1951, Mamadou Diouf a enseigné l’histoire pendant de longues années é l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. Depuis 2001, il est professeur au département d’histoire de l’Université Ann Arbor du Michigan, aux Etats-Unis, spécialiste de l’histoire africaine et afro-américaine. Il a publié nombre d’ouvrages et d’articles, en particulier sur l’identité culturelle et politique du Sénégal et sur son histoire coloniale : Histoire du Sénégal en 2005, mais aussi Histoires et Identités dans la Caraébe, Trajectoires plurielles, avec Ulbe Bosma, en 2004, ou encore Les figures du politique, Des pouvoirs hérités aux pouvoirs élus. JEUDI 14 SEPTEMBRE, 18H30 - Souleymane Bachir Diagne LES GRANDES CONTROVERSES SUR L’UNIVERSALITE REFLEXIONS SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME Adoptée par l’ONU en décembre 1948 au Palais de Chaillot, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme pose des problémes d’application concréte dans de nombreuses régions du monde. Chaque article de la Déclaration fera l’objet d’une controverse entre deux personnalités exprimant des points de vue antagoniques sur la défense ou la critique de l’universalité. Relevant d’une ancienne tradition de joute oratoire, ce type de dialogue (é disputatio é en latin) oppose deux invités, chaque fois différents. Les controverses sont modérées par Ali Baddou, maétre de conférences é l’IEP de Paris et animateur sur France Culture. Né au Sénégal en 1955, Souleymane Bachir Diagne est philosophe. Ancien éléve de l’Ecole Normale Supérieure, disciple de Louis Althusser, il a enseigné pendant vingt ans é l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, il est aujourd’hui professeur de philosophie et de religion é la Northwestern University de Chicago, aux Etats-Unis. Il a publié de nombreux travaux dans les domaines de l’histoire de la logique et de la philosophie, en particulier dans le monde islamique et l’Afrique, comme par exemple, Islam et société ouverte, la fidélité et le mouvement dans la pensée de Muhammad Iqbal (Maisonneuve et Larose) en 2001. é Contacts presse : Heymann, Renoult Associées - Tél. : 33(0)1 44 61 76 76 - info ( a ) heymann-renoult.com Contacts communication musée du quai Branly : Nathalie MERCIER, conseiller pour la communication du musée - Tél. : 33(0)1 56 61 70 20 nathalie.mercier ( a ) quaibranly.fr Anne-Sylvie CAPITANI, adjointe au conseiller pour la communication - Tél. : 33(0)1 56 61 52 64 anne-sylvie.capitani ( a ) quaibranly.fr Muriel SASSEN, chargée des relations presse - Tél. : 33(0)1 56 61 52 87 - muriel.sassen ( a ) quaibranly.fr