Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Poètes Sans Frontières Vol1 N°4

La quatrième édition de la revue Poetas Sin Fronteras est à présent disponible sur le marché du livre international.
Encore une trentaine de poètes francophones et hispanophones qui prennent rendez-vous sur les pages d'un bel ouvrage collectif.
Cent vingt huit pages de poésie. Une dizaine de nationalités. Un échange de culture, de savoir faire et de savoir être. De différences et de ressemblances. Un recueil sans frontières. Jeunes et moins jeunes y participent. Aucune religion, point de race, nulle couleur n'est meilleure qu'une autre.
Les poètes Sans Frontières viennent ainsi enrichir cette collection d'ouvrages collectifs de beauté, de sens et de verbes.
Voici quelques extraits de leurs poèmes :

JEANNE RAVILLON (France) :

Lac inonde ce visage
Qui grimace et se tord
Mer emmène sur ton rivage
Les chagrins, les remords

WAHID BENNANI (Maroc) :

Je veille ce soir sur ton corps
Sans bougies sans langueur
Résigné, vaincu, empereur
De mes impuissantes fureurs.

FREDERIQUE BOURDIN (France):

J'ai la rage et la peine !
J'ai l'amour et le manque !
J'ai les odeurs et les douleurs !
J'ai les souvenirs en images !

PIERRE PELLEGRINI (France) :

J'aime tant ces douces paroles
Que l'on murmure au creux des pages
Et que l'on sème au gré des mots
En vers et contre toute attente.

ALAIN GURLEY (France):

Le temps s'ajoute au temps et les jours aux semaines,
La vie s'est écoulée, la belle vie d'antan
Comme vole une feuille au souffle de l'autan
Et les temps du passé jamais ne s'en reviennent.

ABDELLAH AÏT MESSAOUD (Maroc):

J'aime quand je m'égare
Dans le langage de ton regard
J'aime quand je fonds
Dans tes yeux au noir profond

CLAUDE LE QUELLEC (Canada) :

Celui qu'on imaginait devait être plus beau
Devenu un casse-tête fait de mille morceaux
Éparpillés autour de nous à tous les vents
Seuls quelques mots servent de paravent

VERONIQUE DUPORT (France) :

Des sentiments, si forts
Qu'ils en sont indicibles
Croissent d'un tel essor
Qu'ils en sont indescriptibles

NATHALIE RACINE (France) :

Mais cette nuit ce lien d'amitié
Tissé de nos rires et de notre complicité
De mon écoute attentive à ta fatigue
A rompu l'immense digue


PHILIPPE LEMOINE (France) :

De ton sein palpitant je ressens la brûlure,
Fier, son bouton éclos sur la courbe des monts,
J'en caresse, ébloui, l'ineffable luxure,
Pris de fièvre gémit l'adorable démon...

MARIE-CLAUDE MARTY (France) :

Qui es-tu mon coeur pour t'émouvoir
Au moindre regard jeté vers toi,
A la plus sensuelle des paroles
Glissée au creux de ton oreille ?

MONSIF OUADAI SALEH (Maroc) :

Le pli qui me suit
Qui m'annonce et me devance,
Le pli qui me crée
M'assume et me nie.

ABDELGHAFOUR MERHOUA (Maroc) :

Sais-tu que je subsiste encore dans le sombre?
Ai-je droit d'abord à l'avouer, à le dire?
Ne me dis pas qu'hélas, si nous étions libres!
A la perte d'autrefois s'ajoute le délire.

MANALE OSSOR (Maroc) :

Si les fleurs pouvaient parler
Elles diraient au monde de les arroser !
Si les handicapés pouvaient marcher
Ils n'arrêteraient pas de sauter

AMEL HAMDI SMAOUI (Tunisie) :

Le verbe en attente
L'inspiration en suspens
L'heure des confessions :
Clavier ou feuille blanche ?
Prose sobre et alignée ou mots rythmés chantants?

JENNY MARTY (France):

Ecoutez bien cette douce envolée de notes
Elles vous chantent le désespoir de la mer
Qui ne cesse de pleurer... C'est une mère
Souffrant des aléas en ayant des menottes

THORIN JACQUES (France) :

J'aime la coiffe de ton terroir
Ton sourire de jouvencelle
Un bonheur rempli d'espoir
Coquillage qui te rend belle.

MYSTIC DE BROCELIADE (France) :

Détiens-tu, dans cet unique flacon, tes charmes ?
Ô beauté que mes yeux avides n'osent voir
Ayant peur d'être foudroyée par tes alarmes
Tes ténèbres s'imposent d'un sourire illusoire.

Philippe Audiger de Neuville (France) :

Dans la Cordillière les beautés
indiennes fusent, alanguies,
telles des sirènes de Saint-Guy
-mais elles n'ont pas fauté-

FRANCISCA BALTASAR MARTIN (France):

Souvenirs inoubliables,
De ce pays formidable,
Que j'aime, il est magnifique !
Espagne aux sons euphoniques,
De l'Andalousie magique.

SANDRINE CHARLET (France) :

J'aurais aimé écrire...un poème, un texte...
Ton image me prend, et s'étend en vortex
Cette nuit tu es, mon unique contexte
Mes pensées sont nues, libres de prétexte


Editeur en chef: Guy Boulianne
http://www.mille-poetes.com
info ( a ) mille-poetes.com

Directeur de publication: Wahid Bennani
http://poetassinfronteras.aceboard.fr

Lulu Press Inc