Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

KARA en concert au Satellit Café le 28/09

Jeudi 28 septembre 2006
Le son Peulh Sénégalais

Le griot, guitariste et chanteur sénégalais Mamadou Sylla Ka, dit « Kara », actualise avec talent les traditions musicales de son pays dans des formules orchestrales variées. Cet ambassadeur de la culture peulh en Europe propose en version acoustique une musique construite autour de métissages chaleureux et intelligents.

Kara, cumule une liste impressionnante de savoir-faire, mais se contente d'un nom de scène des plus brefs. « Kara était le nom d'un marabout dont je peignais le visage sous verre fixé, quand j'étais apprenti rêvant de musique... Les enfants avaient pris l'habitude de m'appeler Kara, alors j'ai fini par adopter ce nom. » Celui que la presse sénégalaise décrit aujourd'hui comme « un modèle d'intégration réussie » est né à Dakar il y a trente et quelques printemps... Kara descend en effet des bergers de cette ethnie nomade partie d'Egypte antique, qu'on retrouve dans toute l'Afrique noire et dont il se sent encore plus proche depuis qu'il sillonne le monde. Mais au départ, bien que la musique et la danse aient toujours été présentes dans sa famille, son père, membre du « parti socialiste » et chef de quartier respecté, le destinait à la politique. Bouillonnant intérieurement, d'une nature physique, le jeune Kara quitte son apprentissage pour aller danser. Au prestigieux Ballet National du Sénégal (« une école exigeante et très complète »), puis dans une troupe professionnelle qui lui permet de voyager en Europe. Doué, Kara finira néanmoins par poser son sac à la faveur d'une histoire de cœur. A Genève... terre de contrastes. Les Ateliers d'ethnomusicologie seront son premier port d'attache - il y crée un cours de danse africaine qui existe encore. Mais la guitare le démange. « J'avais beaucoup de chansons dans la tête. Au début, j'ai dû m'accrocher, je me suis fait montrer deux accords basiques et j'ai travaillé dans mon coin. »
Kara y forme le groupe Keur Sénégal avec des amis d'enfance dans lequel se côtoient plusieurs cultures traditionnelles de l'Afrique de l'ouest. En 2003 sort un premier album solo et acoustique « Sante Yalla » qu'il dédie à l'association du même nom, dont le but est d'aider les enfants des rues au Sénégal. Un album riche en émotion, qui a eu d'emblée un grand succès lors de son vernissage à la Fnac de Rive à Genève.

A l'écoute du dernier album intitulé « Ndi-Yam » (« l'eau » en peulh) sorti en été 2005, on découvre avec bonheur la créativité sans limite de Kara, mise au service d'un travail constant et inlassable qui lui permet une évolution permanente. Ce disque, véritable petit bijou, ciselé par l'émotion, la tendresse et admirable par la qualité des textes et des arrangements, nous emporte vers une musique qui le rapproche des racines de la culture d'origine de Kara, la culture peulh.

A noter la présence sur cette soirée, d'Ali Boulo Santo, jeune et talentueux joueur de kora de la nouvelle scène africaine, aperçu sur notre scène en juin dernier, signé sur le label Frikiwa de Frédéric Galliano. De nombreux invités se succèderont d'ailleurs ce soir là !

SATELLIT Café
44 rue de la Folie Méricourt 75011 PARIS
Métro : St Ambroise ou Oberkampf
www.satellit-cafe.com / 01 47 00 48 87
Concert 21h - paf : 8/10 €
5€20 pour les étudiants (places à retirer au Crous de Paris)