Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La galerie Victor Sfez fête ses dix ans avec Massimo Silveri

10 ans... cela fait une longue existence pour une galerie d'art, surtout spécialiste dans un domaine aussi difficile que celui de l'art construit. La galerie Victor Sfez, depuis 10 ans, maintient le cap. D'abord rive gauche, au 47 quai des grands Augustins, elle est passée rive droite, au 5 rue Jean, Mermoz, sans dévier de sa ligne rigoureuse et exigeante. Et présente, à l'occasion de cet anniveraire, un de ses artistes les plus radicaux : Massimo Silveri

En juin 1996, la galerie Victor Sfez ouvrait pour la première fois ses portes pour commencer son activité suivie de défenseur de l'abstraction géométrique. Sa politique d'exposition visait trois objectifs : faire découvrir, avec les avant-gardes, en particulier russes, des années 1910-1930, les pionniers de cette forme plastique. Faire mieux connaître certains grands représentants de l'art construit, comme Morisson, Thépot, de Lussigny, Menessons, etc. Enfin, faire découvrir les jeunes représentants de cette tendance, comme Pala, Steinbrenner, Hernandez & Fernandez, Silveri.
Malgré les aléas d'un marché de l'art bien capricieux, la galerie a tenu le cap. Le succès international de sa dernière exposition : Avant-garde russe 1919-1930, en témoigne.
Mais la Galerie Victor Sfez, c'est aussi et surtout la (re)découverte et la promotion d'artistes radicaux auxquels elle croit et pour qui elle s'engage. A preuve l'exposition de Massimo Silveri, qui débute ce 22 Juin 2006.


Les habitués des lieux d'art contemporain, et bien sûr ceux de la Galerie Victor Sfez, retrouveront la création originale et constante de Massimo Silveri, que la galerie a déjà présenté dans de nombreuses manifestations artistiques.
Actif depuis au moins deux décennies dans l'art construit et minimal, Massimo Silveri a créé un vocabulaire plastique basé sur le carré et la monochromie. Faisant se côtoyer deux carrés avec un infime, mais néanmoins sensible décalage, il déstabilise cette forme géométrique dont nous croyions tout savoir.
L'exposition présente ses toutes dernières créations, en particulier un mur de carrés rouges qui illustrent la manière sérielle de l'artiste, et donnent d'ailleurs un titre à l'exposition.
Cette remarquable série se situe bien dans la lignée de sa manière exigeante, basée sur ce minimalisme qui est un des fers de lance de la galerie. Découpant l'espace par leur force, les compositions, assez souvent petites ou moyennes, occupent le mur et s'y imposent par et avec l'évidence de leur puissance plastique.
Il y a dans le travail de Silveri, aussi paradoxal que cela puisse paraître, une monumentalité qui démontre a l'envi, comme le proclament les tenants de sa tendance, que le moins, c'est le plus. Seuls les maîtres de l'art minimal accomplissent ce paradoxe. Silveri le réalise, montrant qu'il a sa place parmi eux.