Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La Galerie Spicilège expose les dessins érotiques de RICHARD GUINO au Louvre des Antiquaires

Du 27 avril au 21 mai 2006





Alors que plusieurs événements parisiens célèbrent actuellement l’érotisme dans l’art, la galerie Spicilège présente une soixantaine de dessins érotiques inédits du sculpteur Richard Guino (1890-1976) au Louvre des Antiquaires, du 27 avril au 21 mai 2006. Sous le commissariat de Corine Guino et d’Anne Demeurisse, historienne d’art, cette exposition nous dévoile une facette inattendue du sculpteur, inspirée de ses rêveries secrètes.





Les dessins érotiques de Richard Guino devaient rester secrets. A sa mort, sa femme les découvre, et choquée de découvrir que son mari aient eu des fantasmes aussi blasphématoires, elle en jette par poignées au feu. C’est leur fils, Michel, sculpteur également, qui les récupérera et les conservera jusqu’à aujourd’hui où il décide de les révéler au grand public à travers cette exposition.



« L’art du dessin est celui de l’introspection. La ligne induit le sens autant que le réel, piégé dans son intimité la plus inavouable.

Avec ses dessins érotiques, Richard Guino affronte la dimension licencieuse du sujet, tout en recourant à un classicisme, dont la maîtrise accomplie génère une sensualité qui imprègne toute sa sculpture. », explique Lydia Harambourg dans la préface du catalogue de l’exposition.







Alerte et souple, la ligne cerne ces corps en émoi. La création se délivre dans une effusion graphique, rageuse et caressante. Elle dévoile les fantasmes de l’artiste : faunes et satyres, extases impudiques, folles assomptions. L’érotisme dans les dessins de Richard Guino est rêverie poétique, mythologie délicieuse, loin de son œuvre sculpturale charmante et tout juste sensuelle.



D’origine catalane, Richard Guino rencontre très tôt Aristide Maillol à Barcelone. Le maître l’invite à travailler avec lui en France, où il s’installe rapidement. Dès 1910, le jeune sculpteur rencontre de nombreux artistes et marchands qui le guideront dans l’évolution de sa pratique. C’est en 1910 qu’il fait la connaissance du peintre impressionniste Pierre-Auguste Renoir, avec lequel il va collaborer à son œuvre sculptée. Entre ses mains, les laveuses et Vénus de Renoir ont pris corps, révélant pleinement leurs formes fécondes.



Un catalogue raisonné des œuvres de Richard Guino accompagne l’exposition. La préface est signée de Lydia Harambourg.







« Les Erotiques de Richard Guino au Louvre des Antiquaires »

Exposition de la galerie Spicilège



Du 27 avril au 21 mai 2006 du mardi au dimanche de 11h à 19h - Entrée libre

Salle d’expositions du Louvre des Antiquaires - 1e étage

Informations : Galerie Spicilège – Tèl : 01 42 61 77 56



Vernissage le jeudi 27 avril 2006 de 19 h à 22 h





Contacts presse et demandes de visuels

sylvia beder-communicationculture Tél : 01 42 18 09 42

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - site internet : www.sylviabeder.com