Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Andy Warhol en Andorrre

« Andy Warhol en Andorre »

Présentation de l’exposition

Communiqué de presse.



C’est en présence du chef du Gouvernement d’Andorre, M. Albert Pintat, et du Ministre de la Culture M. Juli Minoves que fut inaugurée, le 16 mars dernier, l’exposition sur Andy Warhol, organisée par le Ministère des Affaires étrangères, de la Culture et de la Coopération.



L’exposition, ouverte au public jusqu’au 28 mai prochain, présente un ensemble à la fois vaste et varié d’œuvres qui illustrent la trajectoire du maître du Pop Art, de 1957 à 1986, date de ses dernières productions. Outre les 79 œuvres d’Andy Warhol, est également exposé Andy Warhol Drag Queen, de Christopher Makos, un portrait de l’artiste par Hans Namuth, un splendide instantané de Warhol et Joseph Beuys du photographe Mimmo Jodice, et Anticamera avec Andy Warhol, un ensemble de vingt-huit photographies de Dino Pedrialli. Il s’agit d’un total de 110 pièces provenant de collections d’Italie, de France et des États Unis. Le catalogue, édité à l’occasion de cette exposition, reproduit la totalité des œuvres exposées et des textes de Gianfranco Rosini — commissaire — et de prestigieux critiques comme Achille Bonito Oliva et Maria Lluïsa Borràs.



À l’occasion de cette importante manifestation artistique, le Département de la Culture organisera deux conférences sur l’artiste et son œuvre ; l’une de Maria Lluïsa Borràs le 20 avril et l’autre de Serge Lenczer le 4 mai. Un programme pédagogique destiné aux écoles de la Principauté sera également proposé par le Département des Musées et Monuments et par la Promotion Culturelle.



Information disponible sur : www.exposicionsgovern.ad



Composition et itinéraire de l’exposition :



L’itinéraire de la visite de l’œuvre de Warhol débute avec le Gold Book, vingt dessins réalisés en 1857 selon la technique dite blotted line, qui ouvrent la voie à la méthodologie de travail qui deviendra sa « marque » au sein du Pop Art et qui caractérise ses œuvres des premières périodes. Flowers date de 1964 et fait partie de la série du même nom que Warhol réalisa en une série graphique, en utilisant différents supports, formats et colorations.

En 1968, alors qu’il est déjà devenu un véritable point de repère, non seulement pour l’art visuel mais aussi pour ce qu’il est habituel d’appeler les arts “mineurs”, il s’intéresse à un secteur auquel appartiennent ses origines : la mode.

Warhol réalise le Campbell's Soup Dress, une robe faite d’images du très célèbre symbole du Pop warholien, la boîte de soupe Campbell. Cette même année, il vivra l’événement le plus significatif de sa vie, échappant à un attentat perpétré contre lui dans son atelier, la Factory, par Valérie Solanis, une déséquilibrée qui le blessera d’une balle de revolver.

Parmi les personnages les plus célèbres, devenus immortels grâce à l’œuvre de Warhol, il faut retenir Marilyn Monroe, dont il fera de nombreux portraits parmi lesquels le dossier avec dix œuvres graphiques datant de 1967. En 1984, et voulant ainsi répondre à l’incroyable succès obtenu par la reproduction en série du visage de Marilyn, le génial Andy fera réaliser des tirages du Sunday B. Morning avec au verso l’indication « fill in your own signature » (apposez-y votre signature) ; il entendait ainsi souligner que cette image était déjà plus populaire que la propre actrice ou que l’artiste qui l’avait faite, dépassant ainsi toute limite conceptuelle imaginable.

Au début des années soixante-dix, Warhol reprend l’exécution de portraits de personnages célèbres ; l’exposition présente ceux de Mick Jagger, Mao Tsé-Toung, Liza Minnelli et son père, Vincent Minnelli. Il exécutera plusieurs versions du portrait de Liza Minnelli, en différents formats et couleurs, sur des fonds et des encadrements distincts, dont un, celui présenté sur fond blanc, deviendra la pochette de son dernier disque.

Toutes ces pièces ne seront pas achetées par l’actrice, circonstance heureuse qui fait que deux soient exposées ici. Par ailleurs, même s’il existait d’assez bons rapports d’amitié entre eux , Liza Minnelli n’autorisa jamais la reproduction en série de son image ; c’est pourquoi ces œuvres sont rares, contrairement aux portraits d’autres stars et personnages.

Il en va de même du très beau portrait de Vincent Minnelli, qu’il exécuta en grand format sur deux types de papier, transféré ensuite sur toile.

La très fameuse série Ladies & Gentlemen, de 1975, est dédiée à un groupe d’amis qui aimaient se déguiser et imiter ainsi leurs héros et stars préférés. À l’élaboration des prototypes pour la célèbre affiche, participa également le jeune artiste italien Dino Pedriali, qui deviendra plus tard un adepte de Warhol et le suivra durant son étape italienne et européenne. Cette synergie stimulera le travail de Pedriali, donnant ainsi naissance aux 28 photographies baptisées Anticamera avec Andy Warhol, qui font partie intégrante de cette exposition. En 1978, Warhol produira une série d’œuvres, sur un thème jusqu’alors inédit pour lui, ses fruits préférés : Space Fruits. Après cette série qui connaîtra un grand succès, et dont le propre Andy parle dans ses journaux, la présentant comme sa renaissance créative, il en réalisera une autre également consacrée aux fruits : Grapes. De cette même année date la très raffinée Diamond Dust Shoes, réalisée avec de la poussière de diamants, aussi bien sur toile que sur carton. L'œuvre publiée est une pièce unique dont Warhol réalisera par la suite quelques séries graphiques à tirage limité. C’est en utilisant la même technique qu’il exécute également Gem.



En 1980 il produit quelques images de personnages du monde de la culture européenne, comme Mildred Scheel pour, l’année d’après, faire le portrait de Kimiko destiné à l’Université de l’État du Colorado, à Fort Collins.

Trois ans plus tard paraît sa série consacrée aux poissons et il exécute un nouveau montage avec du papier à emballage représentant ses Fish à la Galleria Bruno Bischofberger, de Zurich. Entre 1981 et 1984, il peint une série de pièces consacrées à son ami Joseph Beuys, grand protagoniste de l’art conceptuel européen. Les œuvres, exécutées sur des poches de buanderie, représentent le summum de l’esthétique du portrait Pop et, au niveau contemporain, « l'antiportrait » dans la partie monochrome restante. À l’occasion de l’exposition anthologique qui lui est consacrée au Japon, Warhol étudie l’image de magnifiques Kiku (1983-1984) qu’il insère dans quelques précieux ouvrages reliés à la main. En 1984 il réalise Camouflages — comme une réponse ironique à la guerre — et After Munch. Ensorcelé par Naples, il produit Vesuvius et, de cette même année, date un magnifique portrait sur toile de Natalie Sparber, qui lui permet d’exprimer au plus haut degré la fascination et la féminité à l’aide de tonalités typiquement américaines. Sur la crête de la vague de cette heureuse veine expressive, le 19 de septembre 1986, son portrait de John Gotti fait la une du Time.

À ses derniers travaux appartient Douc Langur, Jazz — en collaboration avec Keith Haring — et le fascinant et à la fois inquiétant portrait de Lénine sur un fond rigoureusement rouge, presque fluorescent.

Le 22 février 1987, il meurt dans un hôpital de New York, au cours d’une bénigne opération chirurgicale que viendra compliquer une banale erreur d’étiquettes cliniques. Andy Warhol pénètre alors dans cet Olympe des divinités qu’il est parvenu à “rendre” indélébile dans l’imaginaire collectif.