Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La Galerie Petits Papiers présente "L'Ecume des jours" planches originales de Marion Mousse - Du 11 mai au 6 juin.

La galerie Petits Papiers présente en exclusivité l’intégralité des planches originales de L’Écume des jours de Marion Mousse, à l’occasion de la sortie de l’album le 9 mai prochain aux Editions Delcourt. Marion Mousse, habitué des adaptations de romans emblématiques, fait usage de son trait précis et humoristique pour sublimer les ambiances dramatiques et l’univers onirique de Vian. En collaboration avec les scénaristes Jean-David Morvan et Frédérique Voulyzé, « L’Ecume des jours » est la première adaptation en bande-dessinée de l’ouvrage. Du 10 mai au 6 juin 2012, La Galerie Petits Papiers dévoile pour la première fois au public 170 planches noir & blanc mises en regard avec les 170 planches couleurs, jamais publiées !

Pierrick Pailharet, alias Marion Mousse, est né en 1974 à Chabeuil près de Valence. C’est un jeune homme passionné d’art qui entame un parcours universitaire autour de l’histoire de l’art, et se destine à l’enseignement. Vers 25 ans il découvre l’univers de la bande-dessinée : Marion Mousse est né. Travailleur infatigable et exigeant, il explore, dès ses débuts, les possibilités graphiques offertes par cet art. Véritable caméléon du trait, il adapte son dessin, sa facture et son style en fonction des textes et des sujets représentés afin de livrer un rendu où la forme épouse parfaitement les textes illustrés.
Il dessine son premier album, Phinéas (2001) chez Treize étrange. Pour se libérer des tics et maniérismes de la main droite, trop souvent sollicitée, il le réalise de la main gauche ! Mousse est un auteur qui s’affirme et il devient un habitué des adaptations de romans. Il dessine Moonfleet de Falkner, Le capitaine Fracasse de Gautier (2004, 2005) chez Treize étrange, Frankenstein de Mary Shelley (2006) chez Delcourt. Cette dernière publication le met sur le devant de la scène avec ses dessins en noir et blanc où le contraste du sombre profond et de la lumière laisse une légère impression d’angoisse chez le lecteur, impression rehaussée par les aplats de couleur de Marie Galopin. Parallèlement, Mousse, polyvalent, réalise le premier tome d’une parodie de science-fiction. En 2010, il signe Tête de marron, un huis clos mettant en scène Franck Sinatra. L’univers de Mousse est très inspiré des œuvres cinématographiques des années 1950-1960.

Récemment, Jean-David Morvan, scénariste prolifique et admirateur des dessins de Mousse, lui propose de participer à la première adaptation en bande-dessinée d’une œuvre de Boris Vian : L’Écume des jours. La galerie dévoile l’ensemble des planches de l’album, soit 170 pages dessinées en noir et blanc. En regard de celles-ci, sont exposées les mêmes planches rehaussées de couleurs par l’artiste. Ces dernières, inédites, n’ont jamais été publiées ou montrées. L’ensemble des 340 œuvres de Mousse sera consultable par paire dans la galerie.

L’Écume des jours de Boris Vian (1947) est un roman mythique, tendre, tragique et délirant à la fois. L’histoire, étrange presque absurde, est celle de Colin, jeune homme fortuné, tourmenté par son célibat. Un jour, il rencontre Chloé, son âme sœur, la femme de sa vie. Le bonheur est à portée de main, mais… la vie en a décidé autrement. Chloé toussote et Colin est inquiet ; inquiet pour elle et leur bonheur ensemble. Le diagnostic ne tarde pas à tomber : Chloé a dans son poumon un nénuphar, que Colin va s’épuiser à soigner. Mais rien n’y fait ; l’état de Chloé s’aggrave et tout autour du couple se délite et est contaminé : la maison rapetisse, se délabre. L’atmosphère devient étriquée et étouffante.

Le défi pour un auteur de bande-dessinée est de rendre tangible l’atmosphère du roman original et susciter des émotions fortes chez le lecteur. Pour réussir ce tour de force, Mousse s’emploie à rester dans un graphisme pur où les lignes des contours oscillent entre un trait réaliste et naïf. Autour de ce travail sur le trait, l’auteur joue sur l’antagonisme du noir et du blanc, synthèse des émotions humaines, lutte perpétuelle entre l’ombre et la lumière. Le noir, appliqué par grands aplats, peut « étouffer la case » et laisser chez le spectateur une impression lourde. L’auteur joue avec l’encre de Chine et réalise parallèlement les mêmes planches en couleurs pour lesquelles il emploie la technique de l’application directe à l’aquarelle. Les formes et contours abstraits des sujets des planches colorés viennent compléter la lecture de planches noir & blanc format A4 exposées par paire lors de l’exposition.

--
Contact Presse:

Galerie Petits Papiers


http://www.petitspapiers.be
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=70406



--

Communiqué envoyé le 27.04.2012 16:27:51 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______