Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Pierre Wemaëre « ELEVATIONS », du 5 avril au 2 juin 2012

En avril, la Galerie Guillaume met une nouvelle fois à l’honneur le travail de Pierre Wemaëre. « Elévations » est la cinquième exposition personnelle que Guillaume Sébastien consacre depuis 2003 à l’artiste disparu en janvier 2010. Elle comprend un rare choix de peintures et d’œuvres sur papier datant des années 1990, à la palette vive et colorée. Récemment, des œuvres de Pierre Wemaëre - peintures et papiers -, sont entrées dans les collections du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris où un accrochage est en cours de programmation.


« Pour la première fois, je présente à la galerie des tableaux de Pierre Wemaëre qui ne sont pas « ses dernières œuvres ». Teintées de couleurs vives et sublimées, elles témoignent de l’harmonie des contraires si caractéristique du peintre avec des formes horizontales et verticales en équilibre parfait. Toutes sont des élévations. Elévation est bien le terme qui m’arrête. Je n’en trouve pas d’autre pour décrire ce que m’inspirent ces œuvres » commente Guillaume Sébastien.

Pierre Wemaëre intègre à ses influences nordiques une touche de lyrisme, des pulsions expressionnistes se distinguant ainsi des courants abstraits d’après-guerre comme COBRA. Dans son œuvre, les jaillissements, les empâtements, les fulgurances contrastent avec des plages fluides, des transparences et des blancs subtils. Au-delà de ces compositions aux structures hardies, c’est un tempérament à la fois fougueux et intime qui transparaît…

Au sujet de la peinture de Pierre Wemaëre, le poète belge Christian Dotremont annonce qu’elle « n’est pas écrite d’un dictionnaire de la peinture (abstraction, surréalisme, etc.)…On dirait souvent que Wemaëre cherche à atteindre un point où cessent d’être perçus contradictoirement la courbe et la droite, le visage et l’ordre, le feu et l’ombre. »

Les « Mouks », une série particulière.
Soulignée par l’emploi d’une palette riche, subtile et maîtrisée, la série des « Mouks » de Pierre Wemaëre (dont certaines toiles vont figurer dans l’exposition) dévoile des formes et des motifs dont les thèmes familiers donnent lieu à de multiples interprétations. Le terme « mouk », néologisme employé par l’artiste pour définir l’indéfinissable, prend ici toute son importance; chacun est libre de voir dans l’œuvre ce qu’il veut se représenter. Cette série avait été présentée pour la première fois à l’occasion des 80 ans de l’artiste à la Galerie Moderne Silkeborg au Danemark.

Personnage ou paysage ?
La composition des peintures de Pierre Wemaëre est cernée par l’ambivalence et l’enchevêtrement des deux thèmes principaux que sont les Paysages et les Masques/visages. « Il y a des figures et des paysages, il y a des accents de paysagiste dans mes tableaux. On pourrait dire que ce sont des paysages animés » explique l’artiste à propos de son œuvre. D’ailleurs, dans plusieurs œuvres présentées à la Galerie Guillaume, Pierre Wemaëre détourne cette valeur esthétique attribuée au décor et décide de peindre le paysage en tant que personnage. Son intervention et son regard entraîne ainsi une dualité personnage-paysage. Il y a interpénétration des deux.


A propos de Pierre Wemaëre.
Né en 1913 en Flandre et décédé à Versailles en janvier 2010, Pierre Wemaëre s’est mis à peindre en 1933 dans un genre figuratif. Dès 1936, il s’imprègne de la simplification, la géométrisation des formes sous l’influence de Fernand Léger dont il est devenu l’élève. En 1937, pour le «patron», il réalise avec Asger Jorn et Grekoff, «Le Transport des Forces», commande pour l’Exposition internationale à Paris. Séduit par le lyrisme de Kandinsky, il aborde la transposition plastique des images concrètes et affirme sa progression vers l’abstraction en 1938-39. C’est avec Jorn, connu chez Léger, qu’il va donner sa première exposition particulière à Copenhague en janvier 1938. Leur amitié féconde durera jusqu’à la mort de Jorn en 1973. Travailleur solitaire, Pierre Wemaëre se révèle comme un peintre de grande personnalité, d’école et de tempérament français, sans renier les thèmes d’inspiration nordique ou ethnique découver
ts au Danemark.


La Galerie Guillaume en mars
Pour clôturer l’exposition consacrée à Jean-Paul Agosti, Guillaume Sébastien organise une conférence animée par l’historienne d’art Frédérique Villemur sur le thème « Des aquarelles! Toujours des paysages! ». A la manière des idées reçues de Flaubert: « Paysages de peintre: toujours des plats d’épinards »... le débat questionne sur l’association spontanée et commune entre aquarelle et paysage. Rendez-vous le mardi 20 mars à partir de 20h30 en présence de l’artiste.
Du 29 mars au 1er avril, pour sa 4ème participation consécutive au salon Art Paris Art Fair, Guillaume Sébastien présente sur son stand les œuvres de Marcoville, Tiantian Xu, Anna-Lisa Unkuri et Witold Pyzik. Vitalité, mouvement, joie de vivre, couleurs sont ainsi placés au cœur de l’exposition intitulée « Faisons un rêve…». Les artistes que Guillaume Sébastien a sélectionnés avec le critique d’art Alexandre Crochet rendent cette joie contagieuse.

--
Contact Presse:

sylviabeder communicationculture
Béatrice Martini
+33 1 43 20 51 07
www.sylviabeder.com
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=54839



--

Communiqué envoyé le 19.03.2012 16:40:43 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______