Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Marrakech Art Fair: Une deuxième édition qui confirme le potentiel du marché de l’art marocain

Près de 4500 visiteurs ont convergé vers le Palace Es Saadi vendredi 30 septembre pour
le vernissage de la foire d’art moderne et contemporain Marrakech Art Fair.
Parmi les personnalités présentes ce soir-là et pendant la foire : M. Bensalem Himmich,
Ministre de la culture au Maroc, M. Jack Lang, ancien Ministre de la culture en France, mais
aussi M. Bruno Joubert, Ambassadeur de France au Maroc. On y a vu également de
nombreux représentants des institutions culturelles internationales et notamment Richard
Lagrange, Anne-Marie Charbonneaux et Pascale Cassagnau du CNAP, mais aussi Mme
Catherine Grenier, Co-directrice du Centre Pompidou, Mme Rosa Sandretto, membre du
conseil d’administration du PS1 MOMA, M. Jérôme Sans, directeur de l’Ullens Center for
Contemporary Art à Pékin, M. Daniel Bosser, Président de l’Association des Amis du Palais
de Tokyo, M. Jean-Conrad Lemaître, Président de l’Association des Amis du Jeu de
Paume, Mme Catherine David, commissaire d’expositions. Mme Jennifer Flay, directrice
de la FIAC, M. Carlos Urroz, directeur de l’ARCO, M. Philippe Piguet, directeur artistique
de Drawing Now et M. Paul Ardenne, directeur artistique du Printemps de Toulouse 2012
ont eux aussi sillonné les allées de Marrakech Art Fair. Etaient également présents plusieurs
dirigeants de maisons de ventes aux enchères tels que M. Francis Briest pour Artcurial,
Mme Pascale Pavageau pour Sotheby’s, et M. Etienne Hellman de Christie’s.
Au total, 14000 visiteurs ont franchi le seuil du Palace Es Saadi, salués par la sculpture de
Jaume Plensa (« The Soul of Marrakech ») installée par la galerie Lelong dans le bassin du
palace pour la foire. Parmi ces amateurs d’art : de nombreux Marocains, mais aussi des
étrangers résidant au Maroc, des collectionneurs venus de France, d’Espagne, d’Italie,
d’Allemagne, des Emirats Arabes Unis, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de Turquie…
Jaume Plensa, Marrakech's soul, 2011, acier inoxydable,
courtesy Galerie Lelong
Dans des espaces scénographiés par Philippe Délis, chacun des visiteurs de MAF#2 a pu
prendre la mesure de l’impact et le rayonnement d’une manifestation qui chaque année se
renouvelle, tout en restant fidèle à sa mission de célébrer « l’art en partage ».
Offrant une vision élargie de l’art contemporain et de ses enjeux actuels, MAF#2 a
conçu cette année encore un parcours culturel d’une haute qualité, avec un programme de
tables rondes et une exposition consacrant le règne de l’image et de la culture numérique,
au service des sociétés en mouvements.
Hicham Daoudi en a confié la conception à Brahim Alaoui, qui a réuni les oeuvres de
quinze artistes arabes de premier plan sur le thème : « Images Affranchies ».
La programmation de vidéos d’artistes internationaux et la projection des long-métrages
de Nabil Ayouch, ont également suscité l’adhésion des visiteurs, mettant ainsi l’imagination
au pouvoir, au-delà des tabous et des diktats artistiques.
48 galeries venues de 11 pays, une plateforme pour des scènes
artistiques en ébullition
Au total, 48 galeries venues de 11 pays différents participaient à Marrakech Art Fair#2,
réparties entre les espaces intérieurs et extérieurs du Palace Es Saadi. Parmi les pays
représentés : l’Arabie Saoudite, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis, l’Espagne, les Etats-Unis,
la France, l’Italie, le Maroc, la Russie, la Tunisie et la Turquie.
« Marrakech Art Fair est la première foire du continent africain à permettre le rapprochement
de cultures très proches, mais qui n’avaient pas l’occasion d’exposer ensemble », se félicite
Hicham Daoudi, fondateur de Marrakech Art Fair.
Le dynamisme de la scène artistique tunisienne était mis en lumière à travers la
présence de 5 galeries qui avaient décidé de montrer les différentes facettes de la création
en abordant des thèmes de société. Ainsi les galeries Ammar Farhat, El Marsa, Kanvas
Art Gallery, qui venaient d’exposer à Lyon à la mi-septembre et également les galeries Le
Violon Bleu et VB Contemporain présentaient des artistes établis, et d’autres à découvrir.
La galerie El Marsa, qui soutient des figures majeures de la création tunisienne et de
l’Afrique du Nord internationalement, exposait les photographies du jeune Thameur Mejri
qui ont été acquises entre 5 et 10 000 euros par une prestigieuse collection marocaine,
tandis que les collectionneurs étaient également attirés par par le travail Khaled Ben
Slimane aux côtés des photographies de Lamia Naji.
La galerie Ammar Farhat, très impliquée dans dans le renouvellement des pratiques
artistiques en Tunisie révélait le talent et l’humour d’Aicha Filali, ainsi que les pérégrinations
entre images en mouvement et images fixes de Nicène Kossentini. Elle exposait également
quatre oeuvres de Meriem Bouderbala dont 3 ont été vendues à 6 000 euros, alors que la
même artiste recevait également un accueil enthousiaste, sur le stand de la toute jeune
galerie VB Contemporain. Celle-ci avait fait aussi le choix de montrer pour la première fois
le travail d’une Afghane : Gazelle Samizay. Un collectionneur new-yorkais a acheté
plusieurs de ses photos, tandis qu’un collectionneur turc a acheté une de ses vidéos. La
galerie Kanvas a attiré l’attention avec les oeuvres du jeune artiste Mohamed Ben Slama,
aux côtés de celles de Mohamed Ben Soltane. Quant à la galerie Le Violon Bleu, qui
revenait pour la seconde fois à Marrakech Art Fair, elle a exposé avec succès l’artiste
marocain Farid Belkahia.
La présence de la Turquie a été très remarquée, avec la participation de 7 galeries
stambouliotes – C.A.M. Gallery, CDA Projects, The Empire Project, Galerist, Merkur et
PG Art Gallery, qui se sont réjouies de l’intérêt du public pour la scène turque.
Les collectionneurs ont apprécié les peintures de Mehmet Güleryüz, représenté par The
Empire Project, ainsi que le travail de l’artiste hollandais Jasper de Beijer qui a cédé
plusieurs photos de ses personnages ainsi que le jeu interactif qu’il présentait à 7500 euros
à un collectionneur marocain.
Les céramiques de Burçak Bingöl proposées par CDA Projects ont été achetées par 2
collectionneurs, les tapis de :mentalKLINIK qui ornaient le stand de Galerist ont beaucoup
séduit, ainsi que les installations en papier journal d’Irfan Onurmen qui trônaient chez PI
Artworks. Celles-ci ont été acquises par 2 collectionneurs marocain et français. La galerie
Merkur a vendu 2 toiles d’Ercan Akin, CAM Gallery a cédé plusieurs oeuvres de Murat
Germen et de Kezban Arca Batibeki, et plus de 6 photos de Kerem Ozan Bayraktar ont
trouvé preneur sur le stand de PG art gallery qui a vendu principalement à une clientèle
marocaine.
La scène marocaine était représentée dans toute sa diversité, grâce à la participation
de 13 galeries : la galerie 127, la galerie 38, l’Artothèque, l’Atelier 21, David Bloch
Gallery, la galerie FJ, Integral Gallery Art&Design, Loft Art Gallery, Matisse Art Gallery,
la galerie Shart, Le Sous Sol Art Gallery, GVCC et Voice Gallery, inaugurée à Marrakech
pendant la semaine de la foire. Les collectionneurs ont retrouvé à Marrakech Art Fair la
galerie Matisse qui a vendu bon nombre des oeuvres qu’elle exposait, parmi lesquelles
plusieurs photos d’Amina Benbouchta et un grand dessin de Mohamed Lekleti. Nouvelle
venue à la foire, Fatma Jellal de la galerie FJ a cédé une installation de Mustapha Akrim,
représentant l’article 13 de la Constitution marocaine, une installation très importante de
Younés Rahmoune et l’installation sonore, «Call for Prayer - Morse» de son jeune artiste
Younès Baba Ali est en discussion. La galerie 38 a trouvé acquéreur pour des oeuvres de
Fatiha Zemmouri et des photos de Fouad Maazouz. Tandis que le stand de la galerie
Shart s’ouvrait sur la peinture de Najia Mehadji, Sous-Sol Art Gallery a vendu un tableau
de Younes Khourassani. L’Atelier 21 qui représentait l’artiste Mohamed El Baz avec une
pièce très originale « Save Mohamed » en cours de négociation, a vendu des dessins de
Chourouk Hriech, des oeuvres de Zakaria Ramhani et de Safa Erruas, et le « Festin nu »
d’El Baz, exposé dans l’espace des tables rondes, a aussi déclenché l’enthousiasme des
collectionneurs.
Certaines galeries installées au Maroc ont fait le choix de rendre hommage à l’ouverture du
pays sur le monde, en présentant une sélection d’oeuvres d’artistes occidentaux. C’est le cas
de l’Artothèque qui a trouvé preneur pour plusieurs pièces de l’artiste russe Roland
Shalamberidze et de l’Espagnol Josep Bofill, David Bloch Gallery qui a vendu une toile
de Mist, représentant français de l’art graffiti, ou encore Nathalie Locatelli de la galerie 127
qui mettait notamment à l’honneur les photographes Sarah Moon, Marco Barbon, Flore,
Denis Dailleux…
Hicham Daoudi soulignait que « Marrakech Art Fair offre une plateforme supplémentaire
et complémentaire d’échanges dans cette partie du monde situé entre l’Orient et
l’Occident » ; c’est ce que montraient certaines galeries qui ont créé des passerelles avec le
Maroc, comme Edwynn Houk Gallery, venue de New-York pour exposer avec succès les
photos de Lalla Essaydi. Tandis que la galerie parisienne Marie Vitoux vendait des oeuvres
de Mahi Binebine, la galerie Jean Fournier négociait le départ de 3 peintures de Saâd
Hassani. La galerie Rive Gauche de Marcel Strouk proposait la peinture de Mehdi Qotbi
pour lequel elle prépare une rétrospective, et la galerie JGM attirait quant à elle des
collectionneurs avec les dessins de Chourouk Hriech, les photos de Mohamed El Baz et
les sculptures de Jean-François Fourtou, un artiste français vivant au Maroc. Plus tôt dans
l’année, le galeriste Jean Brolly avait invité David Scher, artiste d’origine américaine, à
passer quelques semaines à Marrakech, le temps de produire une série d’oeuvres sur papier
que les visiteurs découvraient à l’occasion de la foire. Le dialogue artistique d’un pays à
l’autre était également de mise sur le stand de la galerie Dominique Fiat qui présentait à la
fois les artistes marocains Safâa Erruas et Abderrahim Yamou, la Franco-danoise Eva
Nielsen ou encore l’artiste indienne Anita Dube, dont elle a vendu une installation.
Centré sur les artistes contemporains africains, André Magnin proposait un très bel
ensemble d’oeuvres récentes (peintures, sculptures, photos, dessins) rappelant l’ancrage de
la foire sur le continent africain, à travers les oeuvres d’artistes ayant en commun de vivre et
travailler en Afrique : Pierre Bodo, Frédéric Bruly Bouabré, Calixte Dakpogan,
Emmanuel Ekefrey, John Goba, Romuald Hazoumè, Kiripi Katembo, Seydou Keïta,
George Lilanga, Gonçalo Mabunda, Moke, J.D.’Okhai Ojeikere, Chéri Samba, Kura
Shomali, Monsengo Shula, Malick Sidibé, Billie Zangewa.
Plus largement, les artistes issus du monde arabe dans sa diversité ont trouvé à Marrakech
Art Fair une belle tribune d’expression, au-delà des barrières idéologiques habituelles
et permettant d’amplifier leur visibilité.
La galerie Art Space de Dubaï a notamment vendu « Le chien » pour 28.000 euros, une
sculpture éditée à 5 exemplaires du sculpteur égyptien Adam Henein.
Installée en Italie à San Gimignano et en Chine à Pékin, la Galleria Continua a notamment
attiré les regards des collectionneurs avec les oeuvres de l’Egyptien Moataz Nasr et de
l’Algérien Kader Attia. Ces artistes ont trouvé preneur pour leurs oeuvres dès le premier soir.
D’autres oeuvres de Pascale Marthine Tayou et Mona Hatoum ont été achetées par des
collectionneurs internationaux. Une carte du Monde sur un tapis traditionnel avait été vendue
peu avant la venue de la galerie à un amateur marocain à près de 70.000 euros.
L’installation de Daniel Buren est en bonne voie d’acquisition par un prestigieux
collectionneur marocain installé à Paris.
Venue d’Arabie Saoudite, Athr Gallery a vendu à de grands collectionneurs marocains des
artistes de son pays : Noha al Sharif et Jowhara Al Saud. En solo-show chez galerie Aline
Vidal, l’artiste d’origine iranienne Elika Hedayat a rencontré un large succès d’estime si bien
que l’ensemble de ses oeuvres présentées sur le stand serait sur le point d’être vendu.
Quant à la galerie Ward Culture & Art Center, du Caire, qui s’apprête à exposer bientôt à
Palm Beach, elle a recueilli un réel intérêt notamment avec les travaux d’Armen Agop, Adel
El Swi et Essam Marouf.
La galerie Daniela Da Prato a reçu un accueil de qualité, avec une présentation axée sur
une cartographie des artistes venant de l’ensemble des pays du Moyen Orient et à ce titre
une nouvelle oeuvre, en rupture avec son style habituel, de l’Egyptien Khaled Hafez et un
hommage à la liberté de la libanaise Zena El Khalil ont été acquises par des collectionneurs
marocains. Sur le stand de la galerie IVDE (Dubaï), le solo-show de l’artiste francoalgérienne
Zoulikha Bouabdellah avec ses travaux sur céramique ont convaincu plusieurs
collectionneurs.
L’art contemporain occidental a été également apprécié au coeur de cette confrontation ;
ainsi, la galerie new-yorkaise Metro Pictures a vendu des oeuvres d’Olaf Breuning et de
Robert Longo à un grand collectionneur marocain. Les regards ont convergé vers un
tableau de Vasarely chez Di Meo, et vers les tapis d’Aladdin Garunov présentés par la
galerie russe Aidan. Le parisien Albert Benamou s’est départi de plusieurs photos de
Xavier Zimbardo ; la galerie DiX9 a vendu une photo de Tia Calli Borlase et deux oeuvres
de Mehdi Georges Lahlou. La galerie Besseiche Lartigue a conclu la vente de deux
photos de Serge Mendjisky, et Piramidon Centre d’art Contemporani (Barcelone), d’une
toile de Pere de Ribot.
Des résultats de vente significatifs
60% des achats ont été consacrés à la photographie dans une moyenne située entre 3
000 et 20 000 euros, ce qui est une évolution importante au Maroc. En effet, cette 2ème
édition de Marrakech Art Fair a souligné l’appétit des collectionneurs pour la photographie et
la video. La programmation culturelle et la foire elle-même ont permis d’installer ces deux
médias dans le paysage artistique marocain, aux côtés de la peinture plus traditionnelle. La
sculpture a également récolté un large suffrage auprès des collectionneurs, de même que le
dessin, mis à l’honneur par le Prix Es Saadi pour l’art contemporain.
Parmi les principales ventes : Metro Pictures, qui avait vendu peu avant la foire un immense
dessin au fusain de Robert Longo, a aussi cédé une photo d’Olaf Breuning autour de
15 000 euros ; la galerie Lelong a négocié la vente d’une sculpture de Jaume Plensa pour
150 000 euros ; le Violon Bleu a vendu des pièces de Farid Belkahia allant jusqu’à 40 000
euros ; la galerie FJ a vendu une oeuvre de Younès Rahmoun à 38 000 euros ; trois
sculptures d’Antony Gormley ont été acquises pour 34 500 euros chacune sur le stand de
la Galleria Continua ; la galerie El Marsa a vendu une sculpture en bronze de Khaled Ben
Slimane à 16 000 euros ; les sculptures de Noha Al Sharif sont parties pour 15 800 euros
chez Arthr Gallery ; plusieurs photos de Xavier Zimbardo ont trouvé preneur sur le stand
de la galerie Benamou à 8500 euros l’unité ; deux photos de Lalla Essaydi sont parties
pour 7500 euros pièce sur le stand d’Edwynn Houk Gallery qui est sur le point d’en vendre
une troisième, plus grande, pour 18 000 euros ; la galerie stambouliote Merkur a vendu
deux toiles d’Ercan Akin à 6000 euros chacune ; la galerie Matisse a cédé des photos
d’Amina Benbouchta à 5000 euros pièce ; la galerie JGM a vendu 3 dessins de Chourouk
Hriech, entre 1000 et 3000 euros ; la galerie 127 a vendu plus d’une vingtaine de photos,
autour de 1 500 euros chacune.
Le 1er Prix Es Saadi décerné à Chourouk Hriech
Cette édition 2011 est marquée par le lancement du Prix Es Saadi pour l’art
contemporain, créé par Elisabeth Bauchet-Bouhlal et Jamil Bouhlal, qui président à la
destinée du Es Saadi Gardens & Resort où se tient la foire depuis sa création. Ce premier
Prix a été remis à Chourouk Hriech, une artiste de 34 ans qui vit et travaille à Marseille et
dont les dessins sont présentés à la fois par l’Atelier 21 (Casablanca) et JGM Galerie
(Paris). Grâce à celui-ci, l’artiste viendra présenter un projet qu’elle aura réalisé grâce à la
bourse de production qui s’élève à 15 000 euros.
Les artistes célébrés…
Si Marrakech Art Fair a permis des échanges, des découvertes et des confrontations
culturelles enrichissantes, elle a été également un lieu de rencontres uniques avec les
artistes. Chaque jour, on croisait dans les allées, les expositions, les tables rondes et chez
les collectionneurs, Adel Abidin, Leila Alaoui, Meriem Bouderbala, Mohamed El Baz,
Ninar Esber, Nicène Kossentini, Mehdi Meddacci, Youssef Nabil, Moataz Nasr, Faisal
Samra, Mahi Binebine, Chourouk Hriech, Nadia Mehadji, Farid Belkahia, Mohamed
Morabiti, Daniel Buren, Jean François Fourtou... pour ne citer qu’eux.
Cette présence renforcée des artistes a permis de donner à Marrakech Art Fair une tonalité
différente, qui ancrait définitivement l’événement dans l’ère du dialogue et de l’ouverture.
Les organisateurs de la foire, Hicham et Zineb Daoudi,
donnent rendez-vous aux collectionneurs et aux artistes du monde entier
en octobre prochain pour le lancement de Marrakech Art Fair#3,
avec un focus spécial sur l’Afrique contemporaine.
www.marrakechartfair.com
Contacts presse internationale
sylvia beder - communication culture - Paris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Romane Dargent – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tel : +33 (0)1 42 18 09 42
www.sylviabeder.com
Contacts presse nationale
Ikram Haddaji PR One- Casablanca
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / tel : +212 6 63 33 61 77
Comité d’organisation de Marrakech Art Fair #2 (2011)
Hicham Daoudi, Zineb Daoudi, Brahim Alaoui, Renaud Siegmann, Philippe Délis,
Elisabeth Bauchet Bouhlal

--
Contact Presse:

sylviabeder - CommunicationCulture
Sylvia Beder
0142180942
www.marrakechartfair.com
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=54839



--

Communiqué envoyé le 10.10.2011 14:10:40 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______