Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Une grande exposition à Marseille : "Sous le soleil exactement"

Communiqué de presse

Grande exposition à Marseille

« Sous le soleil, exactement »,

le paysage en Provence, du classicisme à la modernité (1750-1920)

Les musées de Marseille présentent l'exposition « Sous le soleil, exactement », le paysage en Provence, du classicisme à la modernité (1750-1920), du 19 mai au 21 août 2005 dans

les galeries de la Vieille Charité.

En 150 tableaux d'une soixantaine d'artistes, « Sous le soleil, exactement », met en évidence

les atouts qui ont fait de la Provence l'un des principaux foyers de l'élaboration du

développement de la peinture de paysage d'Horace Vernet à Georges Braque.

Pourquoi la Provence ? Parce qu'elle porte en elle comme un avant-goût de l'Italie, parce que

poètes, écrivains et peintres ont célébré l'éclat de sa lumière, la douceur de son climat, la diversité

de ses paysages, la luxuriance de sa végétation, la beauté de son rivage méditerranéen.

Si la Provence est depuis le XIXème siècle une terre de villégiature, elle est aussi, et de longue

tradition, une terre d'élection pour les peintres. Du XVIIIème siècle et jusqu'à l'aube du XXème

ème siècle et jusqu'à l'aube du XXème

siècle, paysages et lumière tissent la trame d'une histoire, ou plus exactement d'histoires, qui ne

pouvaient pas se jouer ailleurs que sous le soleil du Midi.

L'attrait du paysage du Midi, de son ciel toujours bleu, de sa lumière qui rend les couleurs

toujours plus éclatantes et les contrastes plus violents, conduit Vincent Van Gogh au coeur même

de la Provence, à Arles. Cézanne, Derain, Braque, Dufy ... ont tous contribué à rendre de

nombreux sites provençaux célèbres à jamais. Si leurs oeuvres ont modifiés notre vision du

paysage, elles ont aussi fondé une Provence légendaire.

Cette exposition est coproduite par le Musée des Beaux-Arts de Marseille et le musée des

Beaux-Arts de Montréal où elle sera présentée du 22 septembre 2005 au 8 janvier 2006.

Service presse, le 31 janvier 2005