Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Expo de Ferenc Martyn du 22 fevrier au 25 mars

Communiqué de presse

 
Ferenc Martyn (1899-1986) à Paris
 
 
Du 23 février au 25 mars, l'Institut Hongrois de Paris organise la première exposition individuelle parisienne les oeuvres de Ferenc Martyn, un des artistes hongrois abstraits les plus intéressants de l'époque d'avant-guerre. Elevé par Rippl-Ronai, membre du groupe Abstraction-Création dans les années 30, exposant au Salon des Réalités Nouvelles en 1947, il continue à travailler en Hongrie après 1945, tout en restant toujours fidèle aux insporations parisiennes. Le public parisien aura l'occasion d'admirer les ouvres de ce peintre à travers d'une sélection de la collection Martyn du Musée Janus Pannonnius de Pécs.
 
Ferenc Martyn a passé son enfance dans la maison de József Rippl-Rónai à Kaposvár, c'est à ce haut-lieu franco-hongrois de l'art qu'il a rencontré la peinture et a fait ses premiers pas d'artiste.
Après avoir fait des études à Pécs, Budapest et Vienne il arrive à Paris en 1926. Les 14 ans qu'il y a passés seront décisifs dans son oeuvre. En 1934, il devient membre du groupe Abstraction-Création, fondé en 1931 par Arp, Gleizes, Hélion, Herbin, Kupka ou encore Séligmann. Il publie et expose avec ce groupe et parmi eux d'autres hongrois comme Beöthy, Reth ou Moholy-Nagy. Ses confrères - Delaunay ou encore Herbin lui réclament son première exposition individuelle parisienne que lui, mécontent encore de son travail, repousse d'année en année. Quand il se sent enfin prêt en 1939, la guerre éclate, il rentre en Hongrie. En 1947 il expose encore au Salon des Réalités Nouvelles, mais après 1948 la Hongrie communiste ferme pour longtemps les routes vers Paris.
Grâce à la collection du Musée Janus Pannonius de Pécs, le public parisien peut découvrir l'univers de cet artiste d'exception, 80 ans après son arrivée en France.
 
 
 
Informations pratiques :
Vernissage :
Ferenc Martyn (1899-1986) à Paris
DATE : LE MARDI 22 FEVRIER 2005, DE 19 HEURES A 21 HEURES. EXPOSITION OUVERTE JUSQU'AU 25 MARS 2005.
LIEU : INSTITUT HONGROIS DE PARIS, 92, RUE BONAPARTE, 75006 PARIS
CONTACT PRESSE : ZSUZSA KIS, ATTACHEE DE PRESSE
TEL : 01 43 26 12 06, FAX : 01 43 26 89 92, E-MAIL : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
 
 
Paris, le 1er février 2005                                                                                    Zsuzsa Kis
Institut Hongrois de Paris
 
 

 
 
Légendes des photos disponibles pour la presse
 
Exposition „Ferenc Martyn (1899-1986) à Paris", Institut Hongrois de Paris, du 22 février au 25 mars 2005.
 
 
1. Martyn7484.jpg  - Nature morte aux instruments de musique, 1928, toile, huile, 88x116 cm
2. Martyn7486.jpg  Femme dans un paysage marin, 1928, toile, huile, 80x98 cm
3. Martyn7488.jpg  Figures en structures superposées, 1928, toile, huile, 150x80 cm
4. Martyn8219.jpg Jugement d'une grande ville, 1928-30, toile, huile, 150x198 cm
 
 
 
Liste des oeuvres exposées
 
 
  1. Autoportrait, 1927, papier, pastel, 44x31,5 cm
  2. Formes flottantes, 1933, craie, tempera, bistre, papier, 81x62 cm
  3. Composition avec un oiseau, 1933, papier, craie, bistre, 59,5x81 cm
  4. Formes pointues, 1933, papier, craie, bistre, tempera, 59,5x80 cm
  5. Nature morte aux instruments de musique, 1928, toile, huile, 88x116 cm
  6. Femme dans un paysage marin, 1928, toile, huile, 80x98 cm
  7. Figures en structures superposées, 1928, toile, huile, 150x80 cm
  8. Monstre de la guerre sur Collioure, 1936-1956, 82x117 cm
  9. Formes en lobes, 1933, papier, sanguine, 60x81 cm
  10. Formes flottantes, 1933, papier, sanguine, 62x81 cm
  11. Bateau, 1933, papier, sanguine, 81x62 cm
  12. Au-dessus des eaux, 1933, papier, sanguine, bistre, 62x81 cm
  13. Lignes dans l'espace, 1933, papier, craie, tempera, 62x81 cm
  14. Hommage, 1933, papier, sanguine, 58x80 cm
  15. Jugement d'une grande ville, 1928-30, toile, huile, 150x198 cm
  16. Bac aux triangles, 1933-35, papier, aquarelle, 29,5x39,8 cm
  17. Trois figures, 193-35, papier, aquarelle, 30,5x40,5 cm
  18. Souvenirs avec des oiseaux et poissons, 1933-35, papier, aquarelle, 29,8x40 cm
  19. Equilibre, 1933-35, papier aquarelle, 30,2x40,2 cm
  20. Formes en progression, 1933-35, papier, aquarelle, 29,8x40 cm
 

 
Textes sur Ferenc Martyn
 
I. Eva Hárs, In Martyn Múzeum, A Janus Pannonius Múzeum művészeti kiadványai 51. Pécs, 1984 /Extraits /
 
« L'oeuvre de Ferenc Martyn s'étend sur une longue période dans le développement des arts plastiques hongrois. On peut situer son début aux alentours de 1918. Après les essais des années académiques, une nouvelle étape est marquée par une série d'autoportraits aux traits saillants ainsi que d'excellents portraits.
Les soixante fécondes années de son activité sont marquées par les caractéristiques du style abstrait d'entre les deux guerres mondiales. L'évolution de son oeuvre était influencée premièrement par son maître d'enfance et père adoptif, József Rippl-Rónai. Ce n'est pas la forme, mais plutôt le fond qui était touché par cette influence. Comme son maître, Ferenc Martyn a cherché, lui aussi, à Paris le chemin possible de son développement artistique.
Entre 1926 et 1940, c'était là que ses principes de création se sont formés qui - dans la période postérieure d'après son retour en Hongrie - ne changeaient plus par d'autres influences ou tendances artis­tiques. Son développement s'attache à son propre monde intérieur, à ce sévère autocontrôle avec lequel il examine ses oeuvres, à ce niveau élevé qu'il s'est imposé lui-même, à ce respect du métier dans lequel son exemple est l'art du moyen-âge. Son oeuvre se formait avec son destin, c'est-à-dire sa vie se reflète dans ses oeuvres. L'attention avec laquelle il surveillait le monde ne se contentait jamais d'une contemplation de l'extérieur. II a examiné avec une curiosité impatiente - et par l'expé­rience de toute une série d'oeuvre - la possibilité d'exprimer le con­tenu intérieur, le fond rationnel des choses. Dans ses études de la na­ture, on découvre l'analyse et la reformulation de l'ordre et de la loi.
L'une des pensées essentielles de l'artiste est l'interdépendance de l'homme et la nature. La connaissance et l'observation rigoureuses de la nature l'ont aidé dans la création d'un langage formel identique pour décrire le monde des êtres et des choses, l'homme et son environne­ment. Les pensées qui dominent ses peintures et ses dessins abstraits, libérés du simple phénomène, parcourent presque tout le terrain de l'existence et leur gamme de couleurs et de formes suit d'un courant libre et frais la pensée créative.
La présence et le respect de la nature si décisive du point de vue de l'existence n'est que l'un des motifs de l'art de Ferenc Martyn, mais il est fondamental. L'autre élément non moins important est l'interprétation de la supériorité intellectuelle de l'homme. La formation des idées prog­ressistes ou des propriétés générales, éternellement valables pour l'homme, caractérise plusieures de ses oeuvres, en général à un niveau symbolique et abstrait, mais parfaitement clair et compréhensible. On pourrait largement énumérer des exemples dans son oeuvre pour illustrer sa protestation contre l'agression, son désir de la liberté, son humanisme et bien d'autres sentiments nobles qui sont constamment présents dans le monde de l'artiste (...).
Son art contient plusieurs aspects pratiques et théoriques qui lui sont propres. Ainsi la façon de traiter les couleurs, celle de leur choix et de leur rapport, le comment et la qualité de l'application de la matière. Ainsi le rôle de la linéarité dans les dessins, la sensibilité des lignes et, dans chaque genre, l'exactitude de la construction, le goût de l'ordre, la con­science de l'harmonie et de la disharmonie. A partir de ces généralités, dans les oeuvres de Ferenc Martyn on retrouve plusieurs fois et au fil des années les formes renvoyant à l'eau, aux bateaux et aux oiseaux, les élé­ments végétaux foisonnants, les rochers formés par l'érosion de milliers d'années, les coquillages, les motifs particuliers en spiral rappelant des surfaces froissées. II apporte à ses tableaux des couleurs pures, sans mélange sur une toile de bonne qualité soigneusement préparé une touche mince et un dessin fin. Ses couleurs préférées sont le jaune et le rouge cadmium, le rouge chinois, le cinabre, l'ombre naturelle, I'ultramarin et le cobalt, ainsi que le vert chromoxide. Ses dessins sont d'une linéarité très richement diversifiée en fonction de l'intensité intérieure de l'idée à exprimer et de sa puissance de transfert pour la main de l'artiste. Le plus caractéristique est la ligne rapide s'arrêtant par endroits en des noeuds, ligne qui détermine par la suite des directions, des itinéraires la structure de l'oeuvre. II utilise en même temps des lignes droites parallèles, et s'entrecroisant qui assurent la couverture, la surface. La tracé en est souvent épineuse en pattes de mouche, mais parfois tendre souple aussi. Le contraste des surfaces sombres et claires, ainsi que le remplissement du dessin linéaire par une teinture diluée, le lavis lui donnent un effet mou, pictural.
Ferenc Martyn a une place importante et déterminante dans l'art plastique national avec son oeuvre riche et ses multiples activités. C'est lui qui a transplanté d'en France les résultats de l'art abstrait d'entre les deux guerres mondiales. Son activité d'avant-garde qui a son origine dans l'art contemporain européen était un exemple pour les jeunes artistes progressistes. Pendant la deuxième guerre mondiale, il a protesté avec ses oeuvres contre l'agression fasciste et après la guerre il était parmi les premiers qui ont aidé la réorganisation de l'art progressiste. »
 
II.
 
Tamás Aknai, In Martyn Múzeum, A Janus Pannonius Múzeum művészeti kiadványai 51. Pécs, 1984 /Extrait/
« Lors de la formation du groupe Abstraction-Création (15 février 1931) les analyses de forme de l'avant-garde et le désir constructif de créer se montrèrent plus indulgents. L'ambiguïté, l'instinct, le poids méditatif et la vision abstraite et lyrique de la réalité se transformèrent en principes. Les constructions sèches et précises, la recherche de la composition culminent encore, mais l'intellect, l'imagination libérée et l'argumenta­tion critique s'amplifiant dans l'attirance de l'irrégularité détruisent déjà la dureté. Ferenc Martyn vit alors à Paris. Le jeune artiste ne veut pas assurer le tranquille fonctionnement de son « moi » par le dépassement rare de l'objet. II s'engouffre dans le milieu choisi et s'y confond. Les dessins réalisés en 1933 nous montrent que lui non plus ne put échap­per au motif « double-nature » que l'on trouve souvent dans les composi­tions du groupe Abstraction-Création. Chez Martyn, par les thèmes nouveaux de la métamorphose, les sujets vivants, animaux, végétaux, marins, terrestres se combinent en suprises de l'histoire ou de l'histoire de l'art. Le sujet et le contenu se meuvent dans un constant aller-retour du vivant au mort. Dans les dessins et dans les statues des années quarante également, les signes venant d'une base de la poétique sur­réaliste se mélangent. Ils inspirent les possibilités d'élaborer une exis­tence émotionnelle en mêlant dans leurs structures anguleuses la beauté qui ne contient rien d'exact et de métaphorique. L'esprit des jeux de forme - qui ne permet pas de tâche indélébile au milieu de la page ­- pas de profil illogique sur une plastique - se confond avec les emprein­tes caractéristiques de la personnalité avec l'humeur méditative qui conduit à des résultats individuels dans le langage hérité de la vague précoce de l'avant-garde. »
 
 
Liste sélective des expositions
 
Expositions individuelles
1929 Galerie Tamás, Budapest
1934 Galerie Fränkel, Budapest /avec Béla Czóbel/
1934 Rejoint le groupe Abstraction-Création. Reproductions deux de ses oeuvres dans la revue Abstraction-Création en 1936
1938 Galerie Tamás, Budapest - Première exposition des artistes abstraits
1946 Budapest
1947 Salon des Réalités Nouvelles, Paris
1947 Pécs
1951 Musée Janus Pannonius, Pécs
1955 Musée Janus Pannonius, Pécs
1957 Pécs
1960 Musée Rippl-Rónai, Kaposvár
1962 Budapest, Pécs
1962 Biennale de Venise, Italie
1965 Kaposvár, Budapest
1966 Musée Littéraire Petőfi, Budapest
1969 Musée Littéraire Petőfi, Budapest
1969 Pécs, Nikla
1970 Tihany
1971 Musée Janus Pannonius, Pécs
1973 Kaposvár
1974 Installation de la collection Martyn au Musée de Pécs
1976 Musée de Lvov
1978 Musée de l'Histoire de Budapest, exposition retrospective
1979 Accademia d'Ungheria, Rome, Italie
1979 Galerie de Miskolc, Le Château de Tata
1979 Exposition permanente, Maison Martyn du Musée Janus Pannonius, Pécs
1980 Galerie Vigadó, Budapest
1981 Pécs
1982 Kaposvár, Tata
1983 Nouveau accrochage de l'exposition permanente de ses tableaux et dessins au Château de Tata
1983-84 Pécs