Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Exposition

GALERIE JEANNE-BUCHER

53, rue de seine 75006 Paris

Tél. 01 44 41 69 65 Fax 01 44 41 69 68





Exposition personnelle



FELIX ROZEN



Lettres à Paul Klee

25 peintures sur papier japon





Exposition:

du 1er décembre 2005 au 5 janvier 2006

vernissage le 1er décembre 2005







Pour plus d'informations :

tél. 01 44 41 69 65

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.





Exposition personnelle

FELIX ROZEN

du 1er Décembre 2005 au 5 Janvier 2006







La Galerie JEANNE-BUCHER est heureuse de présenter une exposition personnelle de l’artiste Félix ROZEN dont le vernissage se tiendra le jeudi 1er décembre et se poursuivra jusqu’au 5 janvier 2006. Cette première exposition à la galerie révèle un artiste en pleine créativité qui développe dans le calme de son atelier ses travaux de peinture, dont nous présentons ici la dernière séquence : Les Lettres à Paul Klee.

Les Lettres à Paul Klee de Félix Rozen s'adressent au "grand frère spirituel", qui sût admirablement concilier dans sa destinée son don de peintre et son naturel de musicien. Cette correspondance assure sa propre dualité de créateur, dans un contrepoint d'inspiration propre à exprimer la richesse de sa nature et la diversité de sa culture technique.

Chaque Lettre débute tel un chant incantatoire sur papier japon, enregistrant les premiers "vertiges" de l'inspiration. Ceux-ci, livrés à eux-mêmes dans le silence et le retrait, le temps de leur fermentation, recouverts picturalement d'un voile de transition, vont susciter les résonances qui détermineront l'orchestration de la deuxième et finale étape. L'œuvre acquiert ainsi sa lumière, son espace, son écriture, son rythme et sa vérité, dans le style qui les transcendent.

Les affinités de cette peinture avec celles, méditatives, de quelques grands devanciers, s'inscrivent naturellement dans l'ordre d'une famille spirituelle et nous situent à un niveau de présence en contraste avec la plupart des pratiques de l'art actuel, plutôt livrées au mal de vivre de nos contemporains.

Cette peinture s'écoute.

Elle se fait l'écho de toute une expérience de vie, non pour oublier la perte de parents mélomanes ou celle d'un frère aîné, tué sur le front ukrainien et toutes les vicissitudes d'une jeunesse mouvementée entre Russie et Pologne dans le climat de troubles politiques et religieux, mais pour construire, dès l'arrivée à Paris en 1966 un avenir basé sur les dons et le travail.

Comme l'écrivait Jacques Lacarrière, il y a chez lui "deux mondes entrelacés, insécables : une tendresse tourmentée, un rire grave, et une passion lucide."

L'invention de sa technique de peinture pyrocera autant que sa série de portraits photographiques d'artistes, si pleine d'humanité ou encore ses expériences chez Boulez à l'IRCAM, de dialogues entre peinture et musique, démontrent l'étendue et le sérieux de ses capacités d'investigation dans les domaines de la sensibilité artistique. Avec ses Lettres à Paul Klee, Félix Rozen prouve que ses derniers travaux s’attachent moins à exorciser les douloureux souvenirs du passé qu'à tendre vers une certaine sagesse.





Petite Biographie de l’artiste

Félix Rozen est né à Moscou le 12 janvier 1938 de parents mélomanes originaires de Llov. Cette ville ukrainienne fut successivement autrichienne, puis polonaise avant d'être intégrée à l'URSS.

Son enfance est particulièrement mouvementée du fait du climat politique et religieux au milieu duquel se débat sa famille. Son père emprisonné; sa mère esseulée et démunie avec deux enfants; une partie des siens exterminés par les nazis; la tuberculose; la misère ; la mort du frère aîné en 1944 sur le front biélorusse; le départ pour Varsovie et la découverte d'une ville ravagée : tous ces évènements marquent la conscience de l'adolescent. Il en témoigne dans son autobiographie "La valise ouverte" en 1979.

Installé à Varsovie en 1948, il y poursuit des études secondaires. Voyages à Potsdam, à Prague, à Moscou, à Helsinki. Il se découvre des dons pour la peinture. Il perd sa mère en 1956.

De 1955 à 1965 il fréquente l'Ecole Nationale d'Electronique et l'Académie des Beaux-Arts dont il sort diplômé. Il y reçoit une formation très complète de peinture, de gravure, de photographie, d'architecture d'intérieur, de création de meubles et continue à se passionner pour la musique, passion qu’il a développé depuis sa tendre enfance.

Il décide en 1966, à 28 ans de s'installer en France.

A Paris, lourd d'une mémoire pleine de tragédies, il tente de se construire un avenir. Ses connaissances techniques variées lui ouvrent de nouveaux horizons et lui permettent de s'insérer dans le courant de la vie culturelle. Passionné d’expérimentations pluridisciplinaires, à l’affût de techniques inédites et d’outils nouveaux, Rozen multiplie les tentatives afin d’ouvrir son registre expressif. Peintre et graveur, il est également sculpteur, auteur et acteur de performances, affichiste réalisateur de courts métrages et compositeur de musique. Félix Rozen est naturalisé Français en 1974. Affichiste pour France Culture, enseignant à l'Ecole des Beaux-Arts de Besançon, à l'Université de Vincennes et à la Sorbonne, il poursuit des expériences personnelles sur les rapports musique-peinture à l'IRCAM de Pierre Boulez.

En 1984-85 il devient boursier de Center for Music Experiment de San Diego, ainsi qu'au Japon. A l'université de New York, il effectue des recherches informatique-son-image. Il invente en 1990 la gravure pyrocera, puis la peinture pyrocera en 1993, techniques particulièrement originales, qui ont fait l’objet de dépôts de brevet à l’Institut de la Propriété Industrielle.