Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Groupov - Communiqué de presse



EVOCATIONS

JANE

RWANDA. A TRAVERS NOUS, L’HUMANITE

JAZ

LA MOUETTE :

les projets du Groupov and C° à l’automne 2005



■ EVOCATIONS

Installation de Marie-France Collard

Dans le cadre du Festival Voix de Femmes, présentation aux Halles de Schaerbeek du 29 octobre au 4 novembre.



Sous la terre rouge du Rwanda, des morts attendent … Ils n’ont pas été ensevelis, mais jetés - parfois vivants, blessés, machetés, humiliés, dépecés, tués par balles - par dizaines dans des latrines, par milliers dans des fosses communes… Victimes du génocide des Tutsi qui, d’avril à juillet 1994, a fait un million de morts.

Aujourd’hui, les rescapés recherchent toujours les corps des leurs disparus, ils déterrent et commémorent, ils organisent l’indispensable travail de deuil et de lutte contre l’oubli. Ils traquent le déni. Leur douleur est infinie, elle s’exprime parfois dans des mises en forme collectives de la parole, du récit. Les étudiants rescapés du génocide, regroupés dans une association (AERG), en ont inventée une, ils l’appellent «évocation ». Elle laisse à ceux et celles qui le désirent la possibilité de s’adresser à leurs proches disparus. Souvenirs et chants se tissent à partir de ces quelques mots : Ibuka, Ndibuka Souviens-toi, Je me souviens…

Les images et les sons proposés dans l’installation ont été tournés lors de la réalisation du documentaire Rwanda. A travers nous, l’humanité, qui suivait la présentation du spectacle Rwanda 94, au Rwanda, dans le cadre du programme officiel de la dixième commémoration du génocide des Tutsi et du massacre des opposants politiques Hutu.

Les évocations ont été filmées le 11 avril 2004, à Nyanza, Kigali, là où 2000 personnes réfugiées à l’ETO-Kicukiro, furent tuées après le départ des Forces Belges de la Minuar.



Une coproduction du Groupov et du Festival Voix de Femmes.



■ JANE

Mise en scène : Jeanne Dandoy

Présentation dans le cadre du Festival Emulation, organisé par le Théâtre de la Place à Liège, les 14, 15, 19 et 21 novembre à 20h15, le 20 novembre à 10h.



Vous payez, vous voyez, entendez, éprouvez, vous avez passé une commande vous êtes servi. Comme au Peep-Show (ou au théâtre ?) vous ne savez pas exactement ce que vous avez payé d’avance. Comme au bordel, vous pouvez, dans cette étrange, minable et merveilleuse salle d’attente, observer la tête de ceux qui ressortent du Saint des Saints. Que s’est-il passé ? Ils ne semblent pas pressés de le partager. Et puis c’est votre tour. Il est onze heures du soir, ou trois heures du matin, depuis 4, 6, 7 ou 9 heures elle est là, derrière cette vitre, elle a pleuré, chuchoté, crié, vous avez peut-être payé pour la même « performance » que les cinq précédents, mais elle doit vous l’offrir comme pour la première fois, toujours. Vous avez payé pour cela.

Au fait est-ce un peep-show cette boîte ? Ou un confessionnal ? Cette autre boîte où les premiers mots que l’on prononce sont « Pardonnez-moi, mon Père »…

« Jane » est une expérience au sens premier du terme. Autrement dit, elle est inoubliable.



Une production de Seriallilith, en coproduction avec le Groupov, avec le soutien de Théâtre & Publics.



■ RWANDA. A TRAVERS NOUS, L’HUMANITE…

Présentation en avant-première du documentaire de Marie-France Collard :

Au Mois du Film Documentaire du Centre national du Théâtre à Paris, le 28 novembre ;

Au Cinéma Le Parc à Liège le 30 novembre ;

Au Botanique à Bruxelles le 1er décembre, dans le cadre du Festival Attac.



Sous titré « à propos d’une tentative de réparation symbolique envers les morts, à l’usage des vivants », Rwanda. A travers nous, l’humanité… a été tourné au Rwanda en avril 2004, lors des représentations du spectacle Rwanda 94 dans le cadre de la 10ème commémoration du génocide des Tutsi et du massacre des opposants politiques Hutu.

Comment le théâtre peut-il interroger le réel face aux acteurs premiers de l’histoire racontée sur scène ? La réponse intense, cathartique, active du public rwandais ouvre sur les préoccupations actuelles des rescapés.

Qu’est la vie, pour eux, dix ans après le génocide ?

En résonance avec les propos de la pièce, Rwanda. A travers nous, l’humanité… donne la parole à des rescapés du génocide dans leur réalité d’aujourd’hui durant cette période particulière de deuil. La mémoire du génocide s’y recherche, s’y établit à travers les réveils traumatiques, les évocations, les déterrements et enterrements de victimes dans la dignité, les peurs et inquiétudes face aux menaces qui pèsent encore sur eux. Ils expriment leur profond ressentiment à notre égard suite à l’abandon et au silence complice de la communauté internationale pendant le génocide, mais aussi dans l’exclusion, les discriminations et la violence dont ils sont toujours victimes.



Le documentaire, ainsi que le téléfilm tourné lors des ultimes représentations du spectacle Rwanda 94 au Théâtre de la Place à Liège, devraient être présentés au Rwanda en avril 2006, dans le cadre de la 12ème Commémoration du génocide.



Une production du Groupov en coproduction avec la RTBF (La Deux), le Centre bruxellois de l’Audiovisuel (C.B.A.), l’Orinfor (Rwanda), Iota Production, et le Centre du Cinéma de la Communauté française de Belgique et les télédistributeurs wallons.



■ JAZ

De Koffi Kwahule

Mise en scène : Denis Mpunga

Avec Carole Karemera et Julie Chemin au violoncelle

Présentation au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris les 2 et 3 décembre à 20h30.



JAZ : une parole, un cri sourd, une voix profonde venue de la nuit des temps et de la profondeur des entrailles d’une femme qui interroge notre silence face à la douleur d’autrui, notre responsabilité face à l’oubli.



Une création d’Amounra en coproduction avec le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, le KVS, le Groupov et le soutien du Théâtre Varia à Bruxelles et du Théâtre Musical Possible à Liège.



■ LA MOUETTE

D’Anton Tchekhov

Mise en scène : Jacques Delcuvellerie

Après Bruxelles et Tournai, La Mouette reste en tournée du 8 au 13 novembre à Mons – du 16 au 18 novembre à Maubeuge – du 22 novembre au 2 décembre à Angers avec relâche le 27 novembre – du 6 au 10 décembre à Créteil.



Spectacle d’ouverture de la première saison du nouveau directeur du Théâtre National, Jean-Louis Colinet, La Mouette de Tchekhov, mise en scène de Jacques Delcuvellerie, fut créée le 27 septembre dans une version éclatée et intimiste.

Le choix de La Mouette, spectacle emblématique du Théâtre d’Art de Stanislavski, de la naissance de la mise en scène contemporaine et d’une nouvelle conception du jeu de l’acteur, n’est pas innocent. La Mouette de Tchekhov a accompagné le travail du Groupov depuis très longtemps et constituait déjà la référence et la matrice de sa création Koniec (genre théâtre) en 1987. La pièce qui entremêle avec légèreté, comme sans y toucher, les histoires d’amour, les conflits de génération, les relations des écrivains et des actrices – c’est-à-dire du versant littéraire et du versant charnel du théâtre – la question centrale des

« formes nouvelles » contre l’académisme, le tout dans le contexte d’un monde au bord du naufrage et que 14-18 engloutira à jamais, tout cela n’est pas sans renvoyer à beaucoup d’interrogations actuelles.



Une coproduction du Théâtre National, du manège.mons-Centre Dramatique, du Groupov et du Nouveau Théâtre d’Angers.





Contact : renseignements, dossiers et photos : Le Groupov – Centre Expérimental de Culture Active – 26/28 rue Bois l’Evêque – 4000 Liège – Belgique – Tel : +32 (0) 4 253 61 23 – Fax : +32 (0) 4 253 60 94 – E -mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.