Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Pour illustrer la thématique du Noir et le festin , Fetart et la galerie Stéphane Plassier Set In Black ont choisi de vous présenter : Frédéric Atlan

LE PROJET SET IN BLACK:

Après "Le noir de la torpeur" de Frédéric Delangle exposé cet été et les photos de Philippe Bordas autour de la boxe présentées à la rentrée dans le cadre de "Punching Black", la galerie Stéphane Plassier Set In Black qui présente en ce moment le travail de Raphaël Denis pour illustrer le thème du "Noir du deuil", poursuit son exploration, non pas du noir, mais des noirs et se prépare à célébrer à partir du 16 décembre "Le noir et le festin".
Stéphane Plassier intervient depuis une vingtaine d'années dans l'univers de la création entre la mode, le design et l'architecture. Difficilement classable, ce « serial designer » passionné par la couleur noire, ou bien plutôt par la pluralité des noirs, a imaginé un projet de mode, « Set In Black » mêlant le noir, la couleur, aux différents sens du mot noir.
Le projet de base, une collection de maille noire, fabriquée exclusivement en France par l'usine EMO, est au fil du temps devenu transversal ; des vêtements aux objets, des meubles aux films ; c'est de l'univers du Noir et de ses nuances qu'il est dorénavant question.
A cette idée d'un projet global autour du Noir, il fallait trouver un nouveau schéma de vente. Une boutique de marque à Paris - assortie du site de e-commerce www.setinblack.com -une galerie relayant les propositions artistiques, bien sûr, mais également une "Black Caravane", conversation autour du noir, mise en scène par Plassier. Après avoir été présentée du 27 octobre au 15 décembre à l'Institut Français de Madrid, cette "Black Caravane" regagne aujourd'hui son port d'attache, Paris.
Dans le cadre de l'exposition Noir et le festin , Frederic Atlan expose ses séries « Black presque out», série présentée dans le cadre de l'exposition Noir et festin, les photographies de Frédéric Atlan ne donnent plus à voir, elles ne sont plus un piège au regard mais deviennent de pures matières organiques impalpables. Contrairement au « cadeau » de Man Ray, le sac plastique ne renferme aucun objet. Il participe à cette forme écran qui symbolise ce vide et cette perte de sens.

FREDERIC ATLAN:

Frédéric Atlan découvre la photographie en devenant assistant photographe de mode au studio Baobab de Toulon. Il entre peu après chez Publicis Conseil comme stagiaire et prend part à la conception de films publicitaires tels « Les bas DIM » réalisé par Jean Paul Goude. Après avoir complété son apprentissage technique, Frédéric Atlan profite d'une opportunité et décide de se lancer dans
une errance maritime en Mélanésie. Il accepte par la suite un poste de professeur de photographie en Nouvelle Calédonie où il organise des expositions et installations in situ et crée des éditions photographiques en partenariat avec le ministère de la Culture.
Habité par la recherche d'un ailleurs photographique et d'un questionnement incessant sur la place du photographe dans l'image. Il décide de mener en parallèle une formation universitaire à Paris 8 en photographie et esthétique, et la poursuite de son activité professionnelle. L'introduction d'un hors-champ dans l'image devient son obsession : désireux de devenir le magicien, l'horloger de l'image, Frédéric Atlan pose le dilemme entre intrusion et disparition photographique comme base de son travail et d'un mémoire de maîtrise sur le mimétisme. Être là ou disparaître. Au besoin viscéral d'être dans le cadre, dans l'action, de montrer sa présence, il oppose sa volonté de laisser la création s'échapper. Alors, il retient le sujet dans le cadre par des procédés photographiques divers : nomenclature d'objets photographiés dans des illustrations pour Libération et la presse économique à la manière des rayographies de Man Ray, f
ixation chirurgicale d'un mouvement décomposé dans ses « Fantômes », étirés dans la longueur d'un temps de pose échappant à la maîtrise du photographe. Le geste, l'acte photographique est intrusion dans l'image jusqu'à devenir son sujet. Il cristallise une maîtrise visant à changer, cacher, renverser, détruire le sujet. Dans ses « Volatiles », Frédéric Atlan jette un objet poétique dénué de sens pour mieux occulter une vérité désuète ou inavouable. Sans en ignorer les tares, Frédéric Atlan propose une nouvelle vie pour l'objet. Le refus de l'évidence, ne pas montrer ce qu'on a vu, montrer ce que personne n'a vu : choisir l'outil photographique comme alibi.

Séries « Black presque out»

Black presque out, se veut l'illustration de la difficulté à révéler un noir profond. De la difficulté à cacher. Le noir brille et n'absorbe plus la lumière… Le noir révèle à nous la présence d'un sac poubelle. Le sac poubelle qui se veut l'écran noir de nos éjections. Un voile de pudeur sur notre animalité. Le sac poubelle qui consiste à camoufler, à voiler, à cacher tente ici de s'associer avec son meilleur complice le noir. Mais cette association s'avérera veine. Ce noir total qui fait peur et dont la perfection est inégalable laisse apparaître des nuances de noir. Des nuances infinies qui viennent nous révéler le stratagème.

L'association Fetart:

Fetart est une association loi 1901 reconnue d'intérêt général dont l'objectif est de faire la promotion des photographes émergents en leur donnant une première occasion d'exposer leur travail au travers l'organisation d'événements : expositions, projections, ateliers, location d'expositions… Depuis sa création en 2005, l'association a organisé 25 expositions et présenté plus d'une centaine d'artistes. Chaque événement rencontre un très vif succès auprès du grand public. Le nombre de visiteurs présents lors des manifestations et la présence de nombreux professionnels (galeristes, agents d'artistes…) témoignent de la réussite de cette démarche. A travers l'organisation d'expositions et de projections photos dans des lieux à chaque fois différents (Usine Spring Court, Studio Daguerre, La Générale, Mairie du 20ème…), Fetart cherche à susciter la curiosité et l'envie de découverte et à créer une rencontre entre les a
rtistes et un large public. Véritable tremplin pour lancer la carrière des artistes, Fetart a permis de révéler de nombreux talents et de leur fournir un premier ancrage dans le marché de l'art. La plupart de ces jeunes photographes sont désormais exposés dans des galeries, suivis par des agents ou dans des foires internationales. Association loi 1901, www.Fetart.org

Vernissage de l'exposition « Le noir et le festin » le mercredi 16 décembre de 19h à 21h


--
Contact Presse:
Stéphane Plassier Set In Black

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.setinblack.com

--

Communiqué envoyé le 27.11.2009 11:59:46 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

5588754184160657502-4560094117579039814?l=culture.annuairecommuniques Pour illustrer la thématique du Noir et le festin , Fetart et la galerie Stéphane Plassier Set In Black ont choisi de vous présenter : Frédéric Atlan


Posted: 2009-11-27 11:59:51

Lire article Source