Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

6 ARTISTES SE LIVRE(NT) . Gayle Chong Kwan (installation, photographie); Rossy de Palma...

Comme l'intitulé de l'exposition l'indique, les 6 créateurs européens présentés à la galerie KernotArt du 15 septembre au 31 octobre 2009 s'inspirent de leur perception du livre afin de nous livrer leur vision personnelle. Issus d'univers différents (art contemporain, littérature, cinéma et mode), chacun de ces intervenants se prête au jeu d'une thématique évoquant le livre sans forcément le montrer en tant qu'objet...

Toute démarche artistique suscite un regard et une lecture. Ici, de-ci de-là, des mots jalonnent le parcours du visiteur. Présents par définition dans le titre, ils apparaissent parfois dans l'œuvre même en tant que jeux de mots ou allusions implicites. À titre d'exemples, citons les sculptures de Rossy de Palma : « Sans pitié » ainsi que « Jen'peutplus » où le titre joue un rôle à part entière.

Les divers supports illustrant le champ de ce thème nous confrontent à de simples feuilles de papier dont l'usage varie selon la nature des projets et le discours des exposants : qu'il s'agisse de poèmes, de dessins, de photographies, de télécopies ou tout simplement de livres... Le rapport au temps est inversé lorsque Marie Denis utilise l'« ancien » système du fax en faisant parallèlement référence au monde de l'estampe. Sa sculpture-herbier nous parle de « papier amoureux ». Selon ses explications, dans la tradition du métier, lorsqu'un imprimeur-lithographe rend le papier « amoureux », il humidifie et brosse son fil pour lui permettre d'être « au plus sensible de sa fibre ». Ainsi l'œuvre intitulée « Alexandra ou le papier amoureux » est entre autres née de cette expression associée à l'imprimerie. Pour Michelangelo Penso, des pages provenant d'un Atlas de 1907 – ultimes témoignage d'un arrière grand père juif déporté dura
nt la 2e guerre mondiale – seront marouflées dans des agendas (Moleskine), avant d'être rehaussées de dessins.

Outre des mots mis en exergue, le concept du livre en tant que tel s'inscrit en filigrane tout au long de cette exposition ludique, sous forme d'invitation au voyage… Dans « Terroir and the Pathetic Fallacy » (qui pourrait se traduire de l'Anglais par « Terroirs et pathos fallacieux »), Gayle Chong Kwan recrée une atmosphère habituellement inhérente au livre sans avoir recours à l'objet même. Au cœur d'un récit-dispositif, des éléments inanimés tels que le paysage ou le temps sont traités comme si ces derniers avaient des sentiments humains à l'instar des principaux acteurs d'un film, d'une pièce de théâtre voire d'un roman. Deux projets concernent le livre-livre. Tout d'abord le roman « Qoëlet » publié par l'écrivain François de Gourcez (édition Robert Laffont, 2006) : partie intégrante d'une installation intitulée « Le Tiroir ». Le dit Tiroir contient notamment la quasi totalité du travail non édité de l'auteur, dont bon nom
bre de poèmes. Emmanuel Régent propose quant à lui une version savamment remaniée du célèbre ouvrage d'Ernst Hans Gombrich, à travers lequel des générations de néophytes se sont familiarisés avec l'histoire de l'art.

Livrons-nous sans a priori à cette exposition au sujet inépuisable, amorcé par le cubisme synthétique de Picasso et constamment réactualisé via le langage visuel d'artistes contemporains tels que Lawrence Weiner et Sophie Calle.

(Adrien Pasternak)

--
Contact Presse:
Galerie KernotArt
Federica Mariani
+33 (0)1 43 06 58 72
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.kernotart.com

--

Communiqué envoyé le 09.09.2009 17:10:24 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Comme l'intitulé de l'exposition l'indique, les 6 créateurs européens présentés à la galerie KernotArt du 15 septembre au 31 octobre 2009 s'inspirent de leur perception du livre afin de nous livrer leur vision personnelle. Issus d'univers différents (art contemporain, littérature, cinéma et mode), chacun de ces intervenants se prête au jeu d'une thématique évoquant le livre sans forcément le montrer en tant qu'objet...

Toute démarche artistique suscite un regard et une lecture. Ici, de-ci de-là, des mots jalonnent le parcours du visiteur. Présents par définition dans le titre, ils apparaissent parfois dans l'œuvre même en tant que jeux de mots ou allusions implicites. À titre d'exemples, citons les sculptures de Rossy de Palma : « Sans pitié » ainsi que « Jen'peutplus » où le titre joue un rôle à part entière.

Les divers supports illustrant le champ de ce thème nous confrontent à de simples feuilles de papier dont l'usage varie selon la nature des projets et le discours des exposants : qu'il s'agisse de poèmes, de dessins, de photographies, de télécopies ou tout simplement de livres... Le rapport au temps est inversé lorsque Marie Denis utilise l'« ancien » système du fax en faisant parallèlement référence au monde de l'estampe. Sa sculpture-herbier nous parle de « papier amoureux ». Selon ses explications, dans la tradition du métier, lorsqu'un imprimeur-lithographe rend le papier « amoureux », il humidifie et brosse son fil pour lui permettre d'être « au plus sensible de sa fibre ». Ainsi l'œuvre intitulée « Alexandra ou le papier amoureux » est entre autres née de cette expression associée à l'imprimerie. Pour Michelangelo Penso, des pages provenant d'un Atlas de 1907 – ultimes témoignage d'un arrière grand père juif déporté dura
nt la 2e guerre mondiale – seront marouflées dans des agendas (Moleskine), avant d'être rehaussées de dessins.

Outre des mots mis en exergue, le concept du livre en tant que tel s'inscrit en filigrane tout au long de cette exposition ludique, sous forme d'invitation au voyage… Dans « Terroir and the Pathetic Fallacy » (qui pourrait se traduire de l'Anglais par « Terroirs et pathos fallacieux »), Gayle Chong Kwan recrée une atmosphère habituellement inhérente au livre sans avoir recours à l'objet même. Au cœur d'un récit-dispositif, des éléments inanimés tels que le paysage ou le temps sont traités comme si ces derniers avaient des sentiments humains à l'instar des principaux acteurs d'un film, d'une pièce de théâtre voire d'un roman. Deux projets concernent le livre-livre. Tout d'abord le roman « Qoëlet » publié par l'écrivain François de Gourcez (édition Robert Laffont, 2006) : partie intégrante d'une installation intitulée « Le Tiroir ». Le dit Tiroir contient notamment la quasi totalité du travail non édité de l'auteur, dont bon nom
bre de poèmes. Emmanuel Régent propose quant à lui une version savamment remaniée du célèbre ouvrage d'Ernst Hans Gombrich, à travers lequel des générations de néophytes se sont familiarisés avec l'histoire de l'art.

Livrons-nous sans a priori à cette exposition au sujet inépuisable, amorcé par le cubisme synthétique de Picasso et constamment réactualisé via le langage visuel d'artistes contemporains tels que Lawrence Weiner et Sophie Calle.

(Adrien Pasternak)

--
Contact Presse:
Galerie KernotArt
Federica Mariani
+33 (0)1 43 06 58 72
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.kernotart.com

--

Communiqué envoyé le 09.09.2009 17:10:24 via le site Categorynet.com dans la rubrique Art / Culture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Lire plus sur: http://culture.annuairecommuniques.com/2009/09/6-artistes-se-livrent-gayle-chong-kwan.html