Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

La B.A.N.K présente : Dreams are my reality

Expo du 22 sept. au 17 nov. 2005

La toute nouvelle galerie La B.A.N.K inaugure son espace de 200m2 avec un group-show de 9 artistes issus de la jeune scène française et internationale.
L'exposition « Dreams are my reality » aborde la question de la perception du réel et de la dimension du rêve dans la représentation et donne la part belle à l'hyperréalisme.

L'Allemand Franck Bauer présente une « Sasha » trop belle pour être vraie et un monde où même les enterrements ressemblent à une magnifique journée d'été. D'autres scènes de vie, avec la canadienne Kate Waters qui capte la lumière dans chacun des détails de ses peintures photographiques. New York, symbole du rêve américain, est dépeint par le Japonais Masaaki Sato sous forme de spectaculaires kiosques à journaux, croulant d'information, alors que pour Curt Hoppe c'est le souvenir de passantes anonymes, éphémères et aguichantes. Les icônes kitsch et mystiques de Lili Fantozzi et l'installation planante de Sylvain Ciavaldini offrent un moment de contemplation, entre Ciel et Terre, qui rappelle l'illusoire besoin de repères (religieux ou géographiques), recherchés parfois en vain. Dans ses peintures aux allures d'aquarelles, Katia Bourdarel fait revivre les contes de l'enfance, Peau d'âne, le petit chaperon rouge, un univers qui oscille entre la féerie de l'imagination et la peur omniprésente d'être dévoré. Dans ses broderies, Corinne Marchetti fantasme, avec beaucoup d'humour, et s'imagine squattée par Matthew Barney ou kidnappée par Paul McCarthy. Enfin, le réalisateur autrichien Virgil Widrich réunit une dream team hollywoodienne pour son court-métrage « Fast-Film », une folle course-poursuite, stupéfiante de prouesse technique et d'audace artistique.

La B.AN.K c'est aussi le rêve et le pari audacieux de Céline Brugnon, ancienne directrice de la galerie Kamel Mennour, et Marie-Céline Somolo, qui a entre autres fait ses armes au Triage à Nanterre. Sur deux niveaux, ce superbe espace pourra proposer des installations de grandes dimensions, ainsi qu'une une salle de projection permanente.
Le "vidéodrôme", installé en sous-sol de la galerie, a pour objectif de faire partager des œuvres de cinéma expérimental peu visibles dans le champ de l'art contemporain. Composée par Charlotte Léouzon, journaliste et jeune commissaire d'exposition, la programmation donnera l'occasion au public de découvrir de grands ciné-artistes actuels, ainsi que la jeune garde des nouvelles images numériques.