Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Coup de chaud sur la saison Asperge

Coup de chaud sur la saison Asperge

mais un résultat bien meilleur que les impressions de campagne



C’est une campagne très atypique qu’a vécue l’asperge languedocienne et au delà,européenne,cette année.

Les conditions météo estivales qui ont frappé la moitié nord de l’Europe, comme jamais vues à la mi-avril, ont complètement bouleversé les calendriers de production.

Le marché a connu un long tunnel de 3 semaines avec un télescopage de l’offre des différents bassins entraînant une chute des

cours.

Mais la dernière partie de campagne a été exceptionnellement positive.



Retour sur les événements

La météo joue toujours un rôle très important dans le déroulement des campagnes Asperge.

Mais elle aura rarement bouleversé la donne comme en 2007.

Dès le mois de mars, après un bon démarrage,

l’Europe était balayée par une vague sibérienne qui bloquait tout, la demande comme la production.

La reprise était des plus positives avec le moteur pascal et une offre équilibrée qui confirmait les nets replis de la production espagnole et grecque.

Les cours se positionnaient sur des bases élevées.

Mais dès la mi-avril, la donne changeait totalement.

Poussées par une météo estivale, les productions du Val de Loire, alsaciennes, hollandaises et allemandes démarraient en véritable explosion avec plus de 15 jours

d’avance alors que l’offre du sud restait stable.

Le marché s’engorgeait avec une consommation qui n’était pas encore lancée et des prix qui étaient toujours élevés.

Passer brusquement d’une quasi pénurie

à une situation de pléthore a logiquement eu comme conséquence un effondrement des prix et des reports de marchandises.

Le phénomène était d’autant plus fort que les variétés majoritaires dans le bassin nordique ont tendance à des démarrages sur les chapeaux de roue.

Malgré toute la mobilisation de la profession, l’aiguille restait bloquée dans le rouge tout comme l’anticyclone restait planté sur le nord de l’Europe.

Ce n’est qu’après plus de 3 semaines que la situation a rebasculé avec le retour de la fraîcheur et le fléchissement tant

climatique que technique des aspergeraies du nord.

Les actions de mise en avant programmées pour la Semaine de l’Asperge positionnées à la date normale du pic d’offre, avec un appui médiatique, ont fini de booster la demande.

La dernière partie de campagne, habituellement tendue sous la pression de l’offre allemande, s’est passée

cette fois-ci de façon très fluide avec des cours particulièrement corrects, permettant aux producteurs

d’aller jusqu’au bout du potentiel de leurs aspergeraies.

Un bilan économique meilleur que le vécu

Globalement, le bilan est nettement plus positif que le ressenti des acteurs traumatisés par cette crised’une rare durée.

En effet, le prix moyen net producteur pour la saison est près de 6% supérieur à la

référence 2006, déjà considérée comme satisfaisante.

Les volumes sont par contre en retrait de l’ordre de 10 % mais avec des situations très différentes suivant les producteurs, d’où un chiffre d’affaires hectare moyen en léger repli.

Les résultats individuels sont contrastés.En effet, certains producteurs, soit par lassitude devant la durée de la crise et des cours du jour à la limite des frais de récolte, soit par obligation technique sur des aspergeraies qui, début mai ont vu leur calibre chuter fortement (comportement variétal, déficit irrigation ou d’alimentation pendant les étés chauds précédents, vieillissement) ont vu leur campagne écourtée et n’ont pas profité de l’embellie finale.

D’autres, par contre, en ont pleinement tiré profit.

Si, pour certains le résultat sera décevant, en moyenne, il sera correct et, particulièrement bon pour certains, puisque le chiffre d’affaire hectare dépasse 15 000 €, allant même exceptionnellement au-delàde 19000 €/ha !

L’analyse des résultats confirme le potentiel qualitatif et économique incontestable de la zone des sables de la région d’Aigues-Mortes, l’asperge blanche ayant atteint un prix moyen record pour ces dernières années.

La gamme du Pôle Asperge Camargue Languedoc : des atouts de valeurs

Le pôle Asperge Camargue Languedoc réuni autour de COFRUID’OC Méditerranée, avec un partenariat avec Cardell, poursuit son travail d’implantation de sa gamme dans une optique de valorisation.

L’équipe du projet IGP Asperge des Sables du Golfe du Lion, mobilisée autour de Serge Amouroux, a poursuivi son action de promotion de Célestine Camargue sur le terrain, avec un retour très positif des

consommateurs régionaux.

Célestine est maintenant une référence haut de gamme suivie et reconnue sur le marché Suisse ainsi qu’auprès des spécialistes nationaux.

Personne ne peut échapper aux tendances lourdes du marché, mais avec Asperge d’Oc, le pôle apoursuivi son travail de mise en avant de l’asperge, avec certains partenariats réellement positifs dans la gestion de la période de crise.

Dans un tel contexte, la qualité de la relation commerciale est déterminante.

En asperge verte, le marché, forcément moins exposé à la pression nordique, a été moins chahuté.

Sauvageonne confirme son positionnement haut de gamme, décalé par rapport à la concurrence espagnole toujours très agressive, en étant une référence identifiée sur ses circuits.

Les producteurs impliqués maintiennent les exigences de ce positionnement, avec une vigilance à poursuivre sur le calibre pour optimiser la valorisation.

Toujours tournés vers l’avenir

Les conclusions à tirer d’une telle campagne malgré sa complexité, sa longue période de difficulté, ne sont certainement pas celles du découragement et de l’abandon de projets. Maintenir un niveau tarifaire final malgré un contexte exceptionnel sur le plan des conditions est positif.

La réalité de la baisse de la pression espagnole ou grecque dégage des perspectives pour la 1ère partie

de campagne, avant l’arrivée des produits allemands, partie cette année écourtée.

Deux écueils sont à éviter : l’écueil technique et l’écueil distribution.

Au niveau distribution, des progrès évidents restent à accomplir pour reconquérir les consommateurs, tant pour la qualité de l’offre en magasin que par les pratiques tarifaires. Certaines enseignes ou magasins jouent positivement le jeu et sont en train de développer un véritable partenariat de projet

avec nos structures.

D’autres ont encore de très grandes marges de progrès pour parler positivement.

La concertation et la structuration de l’offre autour de pôles régionaux complémentaires, tant dans le sud-est que le sud-ouest, sont un atout.

La mobilisation des restaurateurs et commerçants d’Aigues-Mortes, lors de la Semaine de l’Asperge est également un exemple d’initiative très encourageant et très

positif pour l’attrait de notre produit.

Sur le plan technique, il est impératif que tous les soins soient apportés aux aspergeraies pendant l’intersaison notamment sur le plan irrigation, fumure afin de ne pas hypothéquer le potentiel agronomique.

Objectivement, pour ceux qui sont dans les conditions agronomiques idéales, l’asperge

reste encore un fleuron économique avec très peu d’équivalent…

Alors la relance, on y croit encore !



C o n t a c t s

Service Presse

SFages Relations Presse

Sophie Fages / Stéphanie Andrieu

Tél. 06 26 73 40 01 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Marti Conseil – Blue Ice

Marielle Marti

Tél. 04 68 55 81 18 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.