Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE conforté

coco1 Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE confortécoco2 Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE confortécoco3 Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE confortécoco4 Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE conforté

Communiqué de Presse. cocorettelogo Œuf fermier : Matines condamné, COCORETTE conforté

Ruf fermier : Matines condamné, COCORETTE conforté

Le Tribunal de Commerce dARRAS vient dinterdire au groupe Matines de continuer à apposer la mention « Sufs fermiers » sur ses boites dSufs plein air label rouge. Il lui a infligé une astreinte de 2000 € par jour de retard.

Le tribunal de commerce sest prononcé ainsi, à la demande du GIE COCORETTE en se fondant sur le fait que le label rouge « Suf fermier » correspond à des exigences spécifiques que le groupe Matines ne respecte pas.

Ces exigences concernent en particulier la production dans des fermes non spécialisées avec des poulaillers de petites tailles ouverts sur des prairies dune surface dau moins 10 m² par poule ainsi que la ponte en nids individuels garnis de paille et le ramassage des Sufs à la main dans les nids.

En outre, le tribunal a considéré que le respect du processus naturel de ponte imposé par le cahier des charges Cocorette permet à la poule de couver son Suf et donc de sécher « normalement » la cuticule protectrice qui entoure lSuf. Cette disposition est jugée nécessaire pour justifier de la mention fermière en ce quelle garantit la conservation de lSuf dans le respect des règles de la nature.

A linverse, constatant que le cahier des charges des Sufs plein air label rouge détenu par le Groupe Mâtines permet la mise en place de deux bâtiments de 6000 poules équipés de « pondoirs plastiques collectifs » et de tapis automatiques pour le transport des Sufs jusquau sas de ramassage, le tribunal a jugé que lusage de la mention « Sufs fermiers » pour un tel mode délevage qui, de plus, navait pas obtenu lhomologation label rouge sous cette dénomination était constitutive de publicité mensongère.

Le juge est allé plus loin et a ordonné la publication de sa décision dans trois organes de presse aux frais du groupe Matines, ce qui est rare.

Il la fait parce quil a considéré que la mention Suf fermier quappose Matines sur ses emballages trompe le consommateur.

Il est à noter que cette décision sapplique immédiatement même si Matines faisait appel.

Il est à noter également que le groupe Loué est également poursuivi en justice par le GIE COCORETTE pour des pratiques similaires.

http :// www.cocorette.com

Contacts Thierry Gluszak GIE COCORETTE 03 21 58 44 22
Daniel HIRSCH Comaral Consulting 06 62 64 97 26
Dany Cohen Avocat 06 20 45 71 83