Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le commerce du caviar Beluga réouvert malgré une objection internationale

L

Pour diffusion immédiate

Contact :
Julia Roberson: +1.828.734.6741
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Shannon Crownover : +1.808.391.0281
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


LE COMMERCE DU CAVIAR BELUGA REOUVERT MALGRE UNE OBJECTION INTERNATIONALE

L’esturgeon Beluga en grave déclin, les scientifiques s’inquiètent pour la survie de l’espèce

(5 Février, 2007) La communauté internationale s’est alarmée aujourd’hui alors que le commerce du caviar sauvage Beluga a été réouvert malgré les preuves de son déclin inéluctable dans la Mer Caspienne. La CITES - Convention Internationale pour le Commerce des Espèces en Danger - a décidé aujourd’hui des quotas de caviar Beluga pour l’Azerbaijan, l’Iran, le Kazakhstan et la Russie, après avoir interdit son commerce l’an dernier en raison de surpêche, de contrebande et de gestion insufffisante.

Les données les plus récentes démontrent un déclin de 45% de la population d’Esturgeon Beluga entre 2004 et 2005. Les Etats de la Mer Noire, qui s’étaient vu accorder près de la moitié du total de 8,5 tonnes avaient décidé de n’exporter aucun caviar sauvage pour cause de “grave déclin de l’espèce”.

Le Dr. Ellen Pikitch, co-fondateur des campagnes Caviar Emptor et l’Autre Caviar et Directrice du Pew Institute a déclaré : « C’est une décision totalement irresponsable. Avec l’esturgeon Beluga, nous avons une espèce au bord de l’extinction dont la population s’est réduite de 90 % en 20 ans. C’est une sentence de mort pour permettre la reprise du commerce de luxe que sont ses oeufs ».

En Janvier, près de 100 professionnels de l’industrie des produits de la mer, 23 scientifiques océanographes renommés et plus de 50 ONG à travers le monde ont écrit personnellement à la CITES ou signé des pétitions demandant avec insistance le maintien de l’interdiction du commerce.

La pétition des industriels mentionnait “Cette interdiction est nécessaire jusqu’à ce que l’esturgeon Beluga puisse donner des signes de reprise”. “les populations continuent de chuter dramatiquement et seule une interdiction de pêche à long terme permettra d’éviter sa disparition”.

Plusieurs grands chefs en France parmi lesquels Thierry Marx du Château de Cordeillan-Bages à Pauillac a exprimé sa conviction que les chefs ont une vraie responsabilité en terme de consommation durable par le choix des produits qu’ils utilisent. Pour que les générations à venir puissent un jour connaître la sensation exceptionnelle d’un caviar Béluga, Thierry Marx et Philippe Etchebest ont cosigné une lettre adressée à la CITES demandant de prolonger la protection de cette espèce et de maintenir l’interdiction de tout commerce sur ce caviar au moins pour l’année 2007.

La surpêche, la pêche illégale, la destruction de son habitat et la pollution ont conduit l’esturgeon au bord de l’extinction. Les scientifiques de la région de la Caspienne, comprenant l’ International Sturgeon Research Institute, ont été cités pour des propos indiquant que si aucune mesure n’est prise, l’esturgeon de la Caspienne pourrait disparaître d’ici 14 ans.

La Campagne “Caviar Emptor”, la campagne initiale américaine puis “L’Autre Caviar” – la campagne europénne plus récente – sont des initiatives de l’ONG internationale SeaWeb – spécialisée dans la protection des océans et des espèces marines - , du Pew Institute for Ocean Science, et du Natural Resources Defense Council. Ces partenaires ont appelé à une protection du commerce de l’esturgeon Beluga pour six ans. L’année dernière, agissant sur une pétition des organisations, les Etats-Unis avaient interdit les importations de caviar Beluga après avoir inscrit l’espèce dans le U.S. Endangered Species Act.

La campagne L’Autre Caviar recommande aux consommateurs d’éviter le caviar sauvage de la Mer Caspienne et de préférer les caviars d’élevage français ou européens. “Les états de la Caspienne ont jusqu’ici refusé de considérer le cas de l’esturgeon comme une priorité. Il revient donc aux consommateurs de contribuer à la préservation de l’espèce en ne consommant pas les oeufs d’une espèce menacée d’extinction ” déclare Dawn Martin, Présidente de SeaWeb. “Choisir du caviar d’élevage plutôt que des caviars sauvages permet aux consommateurs de se faire plaisir de façon responsable en contribuant à la survie de l’esturgeon
à l’état sauvage pour les générations à venir ».

En juin 2007, la CITES tient sa Conférence des Parties à La Haye aux Pays Bas. La campagne L’Autre Caviar demandera la mise en place de procédures d’établissement de quotas plus transparents pour l’esturgeon afin de permettre un avis scientifique international de la dimension durable du commerce du caviar. L’Autre Caviar demandera également aux Etats de la Caspienne d’accepter un plan de sauvegarde de l’esturgeon Beluga scientifiquement correct avant toute
nouvelle attribution de quotas d’exportation.
 

Pour tout complément d’informations et/ou interview de scientifiques, environnementalistes ou industriels :

Julia Roberson at +1.828.734.6741 (after February 8 at +44.77.04.54.83.92) and Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

or Shannon Crownover at +1.808.391.0281 and Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

For more information, see www.caviaremptor.org.

Marie Laure de Langhe : + 33 1 56 03 55 48 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Julia Roberson : +33.6.76.51.48.08,
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.seaweb.fr

Source du communiqué du Cites : http://www.cites.org/eng/news/press_release.shtml