Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Sécheresse : les Conservatoires d'espaces naturels solidaires des éleveurs.

Face à l’épisode de sécheresse qui touche aujourd’hui la France et notamment l’élevage, les Conservatoires d’espaces naturels prennent des mesures concrètes
pour soutenir les éleveurs sur les sites qu’ils ont en gestion.

> Un réseau professionnel actif depuis plus de 30 ans
Les Conservatoires d'espaces naturels se sont donné pour missions de connaître, protéger, gérer et valoriser les milieux naturels depuis maintenant plus de 30 ans. Ils gèrent et protègent plus de 120 000 hectares répartis sur 2 200 espaces naturels en métropole et sur l'île de la Réunion.

> Un partenariat « gagnant-gagnant » avec les éleveurs
Les Conservatoires sont conscients du rôle essentiel de l’agriculture pour la gestion des milieux naturels et la préservation de la biodiversité. Au fil des années, des partenariats se sont concrétisés et multipliés dans un esprit de concertation et de respect mutuels. Aujourd’hui près de 1 000 agriculteurs pratiquent la fauche ou le pâturage sur les sites des Conservatoires sur la base de cahiers des charges précis conciliant protection agricole et biodiversité.

> Les Conservatoires d’espaces naturels solidaires des éleveurs
Les Conservatoires d’espaces naturels gèrent des sites présentant une large diversité de milieux, dont une grande proportion de zones humides (40 % des sites d’intervention) et de milieux ouverts tels que les pelouses sèches (23 % des sites), les prairies (12 % des sites), les landes et les fruticées. Longtemps les zones humides ont été bénéfiques à l’élevage en servant de zone de refuge pendant les périodes de sécheresse et en offrant des stocks de fourrage mobilisables* (voir note en bas de page).

Les Conservatoires d’espaces naturels sont solidaires des éleveurs :

1. En mettant à leur disposition, sous réserve du respect des objectifs de préservation de la biodiversité, les ressources fourragères sur leurs sites. Quelques exemples concrets :
• Le Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels propose aux éleveurs des terrains en propriété ou conventionnés pour leurs opérations de fauche et de pâturage par le biais d’une « convention sécheresse ».
• Le Conservatoire du patrimoine naturel de la Savoie met à disposition des éleveurs les balles de blâches produites par le Conservatoire (plus de 2000 par an) et communique auprès de la Chambre d'agriculture la partie des zones humides gérées qui sont ouvertes aux éleveurs, avec accord des propriétaires.
• Le Conservatoire d'espaces naturels de Poitou-Charentes assouplit les conditions des baux environnementaux sur ses terrains pour permettre aux éleveurs de récolter du foin de qualité.
• Le Conservatoire d'espaces naturels d'Auvergne a adressé un courrier aux 57 agriculteurs sous contrat leur donnant autorisation de fauche et de chargement libres sur les sites gérés.

2. En ajustant les dates de fauches sur les sites qu’ils gèrent et animent, quand cela est juridiquement possible et écologiquement compatible. D’autres exemples concrets :
• Le Conservatoire des Sites Lorrains avance de 15 jours sur certains sites et au cas par cas l’autorisation de fauche sur les sites à habitats et à partir du 1er août dans les marais.
• Le Conservatoire d'espaces naturels de la région Centre autorise les dates de fauche anticipées sur toutes les prairies alluviales.
• Dans les 5 sites Natura 2000 où il est opérateur de mesures agro-environnementales (plus de 500 ha), le Conservatoire du patrimoine naturel de la Savoie avance les dates de fauches ou de pâturages.
• Le Conservatoire d'espaces naturels de la Sarthe avance de 20 jours les dates de fauches sur les sites gérés.
• Le Conservatoire d'espaces naturels de Picardie dans la Moyenne vallée de l'Oise vient d’adapter les mesures prises pour la protection du papillon Cuivré des marais et du râle des genêts avec possibilité de fauche sans contrainte de date.

Par cette solidarité avec les éleveurs, les Conservatoires d’espaces naturels
souhaitent rappeler toute l’importance des zones humides et prairiales pour conserver un patrimoine naturel et agricole de qualité.

* : Les zones humides font partie des missions de protection prioritaires menées par les Conservatoires d’espaces naturels. En effet, ces écosystèmes très riches assurent de nombreuses fonctions indispensables aux équilibres biologiques dont l’homme est souvent et directement bénéficiaire. Ces milieux régulent les échanges entre les eaux de surface et les nappes phréatiques. Ils sont de véritables filtres et baromètres attestant de la préservation de la qualité de l’eau nécessaire à toute vie. Depuis le début du XXe siècle, les deux tiers des zones humides ont disparu en France. On estime qu’elles continuent actuellement à disparaître au rythme d’environ 10 000 hectares par an, avec un cortège extraordinaire d’animaux et de plantes.

Contact Presse :
Christophe Lépine - 06 07 27 20 60 - Secrétaire général
Hervé Chouteau - 02 38 24 55 00 - Chargé de communication

Fédération des Conservatoires d’espaces naturels - Espaces Naturels de France
www.enf-conservatoires.org


--
Contact Presse:

Fédération des Conservatoires d'espaces naturels
Christophe Lépine
06 07 27 20 60
http://www.enf-conservatoires.org
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=58475



--

Communiqué envoyé le 10.06.2011 14:31:34 via le site Categorynet.com dans la rubrique Agriculture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______