Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Assemblée Générale de Vivadour le 4 décembre 2009

Vendredi 4 décembre 2009 Vivadour tiendra son Assemblée Générale à Nogaro rassemblant plus de 200 personnes, adhérents, invités, responsables professionnels et politiques du Gers et de sa périphérie.

Avec un chiffre d'affaires de 383 millions d'euros, Vivadour est la première entreprise du Gers, un des leaders en Midi Pyrénées. Avec ses 32 filiales, Vivadour c'est également 800 salariés et 5000 adhérents agriculteurs.

Le chiffre d'affaires se décline en plusieurs activités, résultant de l'implication de Vivadour dans l'ensemble des filières agro alimentaires :
Activité territoriale : 48%
Productions animales : 34%
Semences : 10%
Viticulture 3%
Services : 4 %

L'exercice a été marqué par un retournement de conjoncture violent et sans précédent qui a impacté l'ensemble des filières. Ce contexte difficile confirme la validité de la stratégie de structuration des filières de Vivadour, dont l'objectif premier reste la défense du revenu des agriculteurs de la région. Pour Christophe Terrain "Face à la dérèglementation et la main invisible du marché, le rôle structurant de la coopérative, sa capacité à nouer des alliances, deviennent majeurs et indispensables pour nos exploitations".

Dans les différentes filières, plusieurs faits marquants ont jalonnés cet exercice :

- Poursuite de la structuration de la filière bovine avec la mise en place de la contractualisation de la production répondant aux besoins de l'aval, chamboulant en cela les usages et pratiques dans ce secteur,
- Programmation pour la filière volailles d'un plan de développement ambitieux portant sur la construction de 16 000 m² de bâtiments,
- Création avec nos partenaires régionaux d'une structure d'achat des
engrais : AXSO,
- Dans la filière viticole, CVG (caves et vignobles gersois) devient leader national du vin blanc en vrac par le regroupement de l'offre des trois coopératives, Gerland, CPR de Nogaro et Vivadour,


L'activité territoriale

Les productions végétales sont présentes sur l'ensemble des exploitations, notre mission s'exerce dans les domaines de la collecte, du stockage, de la mise en marché des produits du sol, de l'agro fourniture et du conseil technique.
Franck Clavier : " Nous avons travaillé dans un contexte exceptionnel de volatilité des matières premières, tant dans le domaine des céréales que dans le domaine des engrais. Dans ce contexte, nous avons maintenu une ligne de conduite précise :
-garder à l'esprit l'économie réelle, alimenter des industriels de l'amidonnerie, de l'alimentation animale, des distilleries; s'assurer de la disponibilité des engrais au moment de l'emploi.
- utiliser les marchés financiers à des fins de couverture des risques et non pour spéculer.
- former nos techniciens et les agriculteurs qui le souhaitent à la compréhension des marchés, à leurs mécanismes et tenir à leur disposition, une information permanente.
L'application de ces principes nous a permis d'optimiser nos performances commerciales."

La collecte globale s'élève à 536 000 tonnes, un record pour le groupe, soumis aux aléas climatiques avec des amplitudes allant jusqu' 100 000 tonnes. Les débouchés traditionnels des céréales ont été complétés cette année par la consommation des 500 000 tonnes de maïs de l'usine de bio éthanol de Lacq.

La volatilité du prix des engrais nous a fortement perturbés, pour Christophe Terrain "comme Président de Coopérative et comme agriculteur, je dis clairement que l'agriculture ne peut être laissée à la main invisible du marché. Cette logique condamne une par une, les productions mises en compétition avec la région la plus favorisée.
Pour protéger l'agriculture de nos territoires, nous avons besoin de sécurité, de visibilité et de régulation".
Pour appréhender le plus en amont possible notre stratégie engrais, nous avons crée avec nos voisins et partenaires, la société AXSO.
Cet outil a pour finalité de mieux maitriser dans notre région le compromis entre sécurisation des débouchés et optimisation du cout de la fertilisation pour les cultures.

Semences

Dans le domaine des grandes cultures, le contexte a été particulièrement favorable à l'espèce maïs, le réseau Vivadour s'appuie sur le partenariat avec Dupont Pioneer pour une surface de 2500 ha.
En tournesol la collaboration avec Maïsadour semences et des investissements industriels conséquents permettent de traiter 1000 ha.

Dans les semences potagères, l'intégration de Brivain à GSN a permis dès la première année de mettre en œuvre toutes les synergies attendues. Dans le secteur amateur la filiale Gondian se positionne comme le n°3 français.

Les filières agro alimentaires : une politique d'alliances

Christophe Terrain " Pour peser sur les orientations de l'agriculture et de ses filières, notre vision est simple : favoriser l'émergence de pôles coopératifs leaders, filière par filière. C'est le moyen de redonner du pouvoir aux agriculteurs sur l'orientation de leur filière et de remettre au centre de la politique économique, la défense du revenu.
Cette voie est possible, elle nécessite de mener une politique d'alliance, secteur par secteur".
Franck Clavier ". Le revenu des adhérents dépend de la qualité de la structuration de la filière qui les concerne. Chaque filière s'analyse différemment mais on peut dégager un même modèle stratégique :
- Concentrer l'amont au maximum pour augmenter son poids dans les rapports de force, pour rechercher par la taille et l'organisation, des gains de compétitivité.
- Constituer une alliance capitalistique avec le maillon transformation pour fixer la production sur le territoire, éviter les délocalisations et pour peser sur les orientations de l'aval.
- Choisir des partenaires leaders dès lors qu'ils partagent nos finalités : création de valeur pour que les agriculteurs producteurs dégagent des revenus."

Les productions animales.

Avec 7 millions de têtes de volailles, 2 millions de têtes de palmipèdes gras et 15 000 têtes de bovins viande, Vivadour est un acteur incontournable des productions animales dans le Gers.

Avec le partenaire Gastronome, 2ème national, l'objectif de Vivadour est d'optimiser les sites d'abattage gersois par un plan ambitieux de production de 100 000 volailles/semaine de poulet végétal et la construction de 16 000 m² de bâtiments.

En palmipèdes gras, la force et la maturité de la filière a permis à Delpeyrat de jouer tout son rôle d'amortisseur pour les producteurs qui n'ont subit aucun impact de la variation du prix des céréales.

Le contexte sanitaire de la FCO a fortement perturbé les opérations commerciales de la filière bovine.
Vivadour a chamboulé les usages et pratiques par la mise en place d'une filière amont/aval basée sur la programmation et la contractualisation de la production, la création d'un poste de référent technique garant de la transparence de l'évaluation des animaux et de l'équité des transactions commerciales.

Viticulture

Franck Clavier "Dans le domaine de la viticulture, nous mettons en oeuvre, pas à pas, notre stratégie de construction d'une filière cohérente. Cette filière évolue dans un environnement complexe. Le rôle du climat est majeur parce qu'il influe sur la qualité et sur la quantité. Les influences économiques et marketing sont mondiales.
Tous ces éléments doivent être appréhendés et au final, nous devons créer de la valeur".
Les dirigeants de CPR, Gerland et Vivadour ont réalisé un pas décisif en regroupant l'offre des trois coopératives au sein de CVG. Avec 800 000 hl CVG se positionne comme fournisseur et partenaire des grands metteurs en marché nationaux et internationaux.

La distribution grand public

La réorganisation entreprise en 2007 se poursuit en s'appuyant sur la plate forme de distribution de Gamm vert Sud Ouest à Montbartier.
Un nouveau magasin a été ouvert à Marciac et l'enseigne "Comptoir du village" a été adoptée pour les magasins de moins de 500 m².
En alliance avec Gascoval, un magasin Gamm vert a été ouvert à Lombez.

Environnement

La présence de Vivadour dans l'environnement est ancienne, bien avant que ces concepts soient sur le devant de la scène.
Au-delà de l'activité de compostage, des projets d'équipement de toitures photovoltaïques "clés en main" sont mis à la disposition des agriculteurs. Une centaine de dossiers est en cours, elle représente près de 15 000 m² de surface photovoltaïque.

En conclusion Christophe Terrain rappelle le contexte difficile de l'agriculture et le rôle primordial des coopératives dans le soutien à ses adhérents pour surmonter ces difficultés "Tous les systèmes d'exploitation sont fragilisés et nous sommes particulièrement inquiets pour les structures en phase d'investissement.
Les agriculteurs se tournent vers leur coopérative, notre agriculture est diversifiée et nous sommes sollicités sur tous les fronts.
Le conseil d'administration de notre coopérative connait les exploitations, leur gestion et les cycles de trésorerie. Nous avons une politique financière orientée vers les exploitations. Que ce soit par une aide au plan d'investissement en bâtiments d'élevage, un financement de la restructuration du vignoble, ou le financement des trésoreries des exploitations par les crédits de campagne, la coopérative négocie avec les banques pour décharger les adhérents des soucis administratifs.
Enfin notre coopérative a, dans tous ses métiers, chaque fois que les agriculteurs sont soit des fournisseurs soit des clients, resserré ses marges."

Contact : Franck Clavier 06 30 29 02 45
Bernard Wiss 06 82 46 70 67


--
Contact Presse:
RAFFUT & Communication
Sophie Garanger
05 61 26 84 88
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


--

Communiqué envoyé le 04.12.2009 14:35:04 via le site Categorynet.com dans la rubrique Agriculture

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

3783561974109887754-4300643424701695593?l=agriculture.annuairecommuniques Assemblée Générale de Vivadour le 4 décembre 2009


Posted: 2009-12-04 14:35:08

Lire article Source