Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Airbus : le remède ne doit pas tuer le malade (CFE-CGC)

Bonsoir,

La CFE-CGC Aéronautique Espace Défense, communique :

Paris, ce 4 octobre 2006 :

"AIRBUS
Le remède ne doit pas tuer le malade !

Après l’annonce de EADS et Airbus de nouveaux retards A380 et le lancement d’un programme choc de réduction des coûts (Power8), la CFE-CGC Aéronautique Espace Défense s’interroge sur un tel retournement de situation en si peu de temps !

Il y a quelques mois Airbus était encore la figure de proue de la réussite européenne et il serait aujourd’hui dans une situation si précaire que seul un traitement de choc pourrait le sauver. Pour Bernard VALETTE, Président de la CFE-CGC Aéronautique Espace Défense, « si cette situation est avérée (ce sera le rôle des élus CFE-CGC dans les instance représentatives du personnel), les responsabilités des Directions Générales d’Airbus et de son actionnaire principal EADS sont pleinement engagées. »

D’autre part, la CFE-CGC AED se mobilisera pour que le « remède ne tue pas le malade » et ce d’autant plus que toutes les compétences seront nécessaires pour lancer l’A350. Il est d’ailleurs inquiétant que l’annonce de son lancement n’ait pas été faite de manière concomitante.

Le seul message envoyé aux salariés ne peut être l’horizon d’une restructuration de grande ampleur si elle ne doit pas servir à lancer l’A350.

Il est par ailleurs indispensable que la direction générale d’AIRBUS se préoccupe des conséquences sur le tissu industriel de sous-traitance qui a déjà été pressuré tout au long de ses dernières années. Il ne faudrait pas ajouter aux problèmes d’Airbus une déstructuration du tissu industriel."

Contact : Bernard Valette au 06 12 48 89 59


Merci.
Michel Ciesiolka
service presse CFE-CGC
01 55 30 12 59